Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 Apr

Eglise de Leuc

Publié par basilique saint nazaire  - Catégories :  #Clergé de l'Aude

ÉGLISE DE LEUC.

(Registres de la paroisse, dépouillés par M. l'abbé Haubin , curé de Villegly).

Autrefois paroisse du diocèse de Carcassonne , à la collation de l'Evêque diocésain; aujourd'hui succursale du doyenné de Saint-Nazaire de la Cité de Carcassonne. — Patron : saint Pierre-aux-Liens.

Catalogue Des Curés De Leuc.

An 1422. — Durand Fabrb. « Paguem a mossenor Duran Fabre, rector de Leuc, per abocar per nos, a la cor de mossenor l'Official, a x de mars. x s. » ( Livre des comptes de l'Eglise paroissiale de Saint-Michel de Carcassonne. Mémoire* de la Société d$> Sciences et Arts de Carcassonne. t. II. pag. 285.).

1425. — Recembem de moss. Durant Fabre, rector de Leuc, perlologuier de un drap d'or que fouc mes sus la tahut lo jorn que fouc sepullurat: vij s. vj d. »

1641. — Pierre Catuffe , recteur de Leuc depuis l'an 1641 jusqu'en 1671, durant 30 ans. C'est lui qui a commencé le registre des Délibérations, inventaires, etc. de l'Eglise paroissiale de Leuc, qui comprend de l'an 1641 à l'an 1843, pendant plus de deux siècles; on y remarque : 1° Dénombrement des biens donnés au bassin du Purgatoire de l'église de Leuc, en 14 articles; 2" Etat des fondations; 3° que l'Eglise de Leuc possédait un creux à fumier, loué à son profit, de temps im

mémorial. Dans tous les comptes réglés par le curé Catulle , on trouve présent M° Piere Despujols baillé; en 1601, mars 27, Jean Bedos , prêtre résidant en ce lieu. Une note du môme curé constate que l'Eglise de Leuc donnait J 3 bêtes à laine à garder, à moitié profit, à la fumille Despujols.

1699. — Etablissement par le curé Catffe , dans l'Eglise de Leuc, de la Confrérie du Saint-Sacrement, instituée pdu d'années auparavant dans le Velay, par saint François-Régis, natif de Fontcouverte. Cette confrérie y fleurit encore aujourd'hui. — v. ci-après: pag. 202.

1671 à 1713-— Pierre Barre, recteur.

1688, Mars 12. —« Déclarons avoir resseu des hoirs de feu damoiselle Germaine de Turles, vefue à feu M.r Guilhaumc Bousquet,bourgeois,une lampe d'argent delà valeur de 1001., conformément à la volonté do lad. de Tui les, ainsi qu'il apert de son testament, pezant lad. lampe 3 marcs 4 onces 6 gros; et l'Œuvre a payé la façon, qui a coûté 311... de Barre, rect.r

1706, May 23.—» Les R.R. P.P. Jésuites de Carcassonnc ■vindrent commencer une mission, qui dura quinze jours,

pendant le devoir pascal fait l'ouverture le dimanche des

Rameaux , et on planta la Croix le jour de Quasimodo. »

1714 - 1753. — Jean-Louis Darzens, mort le 3 juin 1753, à l'âge de 64 ans. Il fut enseveli le même jour, dans le sanctuaire de son église.

1752 à 1792 — Antoine Miss.

1755 , May. — Le compte des marguillers de l'OEuvre est réglé parMr de Bellegarde,vicaire-général,en cours de visite.

1754. — L'OEuvre possédoit 17 bêtes à laine: 12 brebis et 5 agneaux; 4 sont à la métairie de Fraisse , 2 à celle de M.r Arnal, 4 chez M. Callat, 2 chez Bernard Coulom , 2 chez Guillaume Coulom , 3 chez Pierre Ormières.

1755, Mai 25. — Visite épiscopale , par M. de Bezons évêque de Carcassonne.

1757. — Achat d'un dais en velours cramoisi, frange en or et plumets : 450 livres.

dans l'Hanovre, sur les Auglais,par M.le maréchal de Broglie.

1762 ■ Juin 4. — M. de Bezons évêque de Carcassonne , prête à l'OEuvre de l'église de Leuc 715 1, 10 s., payables dans 4 ans, pour acheter la grosse cloche.

1762, Février 10. — Visite épiscopale de l'Eglise de Leuc, par M. Galibert vicaire général. —, Juin 17. — Autre , par M. de Bezons évêque. 1766 , Juin 1". — Autre , par le même évêque.

1790. — La quête annuelle des sarmens de vigne donne, depuis longues années , de 14 à 17 francs.

1796 et 1800. — Pierre Jean , curé constitutionnel.

1803- — Louis Sourbikd , ci-devant jésuite.

1807 , Mars 10. — Léonard-Jacques Gamel , né le 27 février 1763 , mort le 20 octobre 1833 ; - depuis , aumônier de l'Hôpital- général de Carcassonne , ensuite chanoine titulaire de la Cathédrale.

1810.— Recette de 6 fr., pour 4 années, proven ait du loyer d'une cave (fossé) appartenant à l'Eglise de té*raps immémorial , laquelle cave est en face de la maison de Pierre Vidal, tisseur ( comptes de la Fabrique ).

1814 , Octobre 1". — Claude Rivier , né le 29 juillet 1755, aux environs du Puy-en-Velay. Dans sa jeunesse, il avaitappartenu à la congrégation de St-Lazare; il fut depuis curé de Bouisse, canton de Mouthoumet; il quitta cette paroisse pour venir à Leuc , où il mourut après un service de 7 mois.

1816. — Joseph-Antoine-Lucie Géli, né le 2 novembre 1791 , d'une famille bourgeoise de Carcassonne , mort le 7 avril 1855. — v. ci-dessus: Leuc. - Communauté. Choléra, ad ann 1854. pag. 200.

1855 , Avril 24. Laurent Durand , né aux Ilhes en Cabardés, le 18 août 1821 ; vicaire de Villegly en 1849 et 1850; puis curé de Clermont sur Lauquette , canton de St-Hilaire; transféré de Leuc, en 1856, à la succursale de Castans.

1856, novembre 14.— Jacques Ferrand , successivement

1761, Mai 3. — Te Deum, chanté par ordre deM.l'Evêque vicaire à Pexiora en Lauragais et à Saint-Martin de Limoux , de Carcassonne , en action de grâce de la victoire remportée après desservant de'Limousis, enfin de Leuc; titulaire actuel.

— TJn double des Archives de paroisse de Leuc a été déposé aux Archives de la sénéchaussée de Carcassonne, sçnvoir : par eitrait collationné , depuis et compris 1671 jusques et inclus IC88 ; comme aussi , un double original pour les années 1690, 1691 , 1723, 1724 ; et depuis et compris 1737 jusques et inclus 1789: manque l'année 1742 ( Viguebie. Annales du diocèse de Carcassonne. t. 11. mss. fol. 801).

Libre contenant les affaires de l'Eglise Saint-Pierre de Leuc. in-4°. — commencé en 1641 et continué jusqu'au curé Géli mort en 1855 (Archives de l'Eglise paroissiale de Leuc). On trouve dans ce registre le règlement annuel des comptes des marguilliers et divers inventaires: • Inventaire des choses qui appartiennent à cette église , fait en 1641, par M. Pierre Catuffe recteur de Leuc: 1° Vn reliquaire d'argent auec sa petite croix d'argent, dans lequel il y a vne petite croix, au dedans de laquelle s'est trouvé quelques reliques ; vne lunete aussy d'argent, - pesant en tout 2 liures trois caris et demy poix de marc. Vne custodie, ou ciboire d'argent, auec sa petite croix, pesant 1 marc demy once et demy ternal (?). 3° Autre ciboire de laiton ou cuiure.

t. v. 26

4» Trois calices d'argent surdorés , auec, leur patène , pesant tous trois 3 1.1 cart ; - vn autre petit calice d'argent, pesant 2 1. et demy cart, seruant à dire messe tous les jours-(note). Ce calice fut fondu pour faire la croix en 1661.

Vne croix d'alchimie à faire la procession ; - vne lampe de laiton, a 10 branches; - vn grand falot de ferblanc ; - vn vasede cuiure pour tenir l'eau bénite , fait comme un petit chauderon ; - vne croix argent, pesant 9 marcs , à raison de 38 1. le marc , 239 1., et 70 1. de façon , revenant en tout a 322 1., faicte dans Carcassonne , par M.r Fabre , l'an 1661 ; - quatre pierres sacrées, une a chaque autel et l'autre dans le coffre ; - Deux missels, vn libre grand pour officier les messes, vn vespéral. •

Confrérie du Saint Sacrement, établie à Lcuc en l'année 1649 , étant recteur Pierre Catuffe. Registre depuis la fondation jusqu'à ce jour {Archives de l'Eglise de LeucJ. — Extrait.

En entrant, chaque confrère donne 3 sols. On s'assemble au son de la cloche. On nomme chaque année, un prieur , 2 marguilliers , et deux mandataires , un pour les hommes , un pour les femmes. Le registre donne les noms des Prieurs annuels: An 1660, Pierre-Raymond Bousquet (v. ci-dessus : Communauté, ad ann. i703. pag. 200); - 1671, Jean Bousquet; - 1672, Pierre-Anthoine Bru ; - 1673 , Jean Guilhem , régent des Escoles ; - 1C76, Anthoine Bru ; - 1680 , Jean Bousquet ; - 1681, Jean Gaich ; - 1684 , Anthoine Bru , baillé ; - 1690 , Eslienne Gaich ; - 1692, Jean Guilhem régent des Esrholes ; - 1708 , Estienne Gaich ; - 1716 , Pierre Estrade , prieur et baillé de la Confrérie ; - 1734 , Jean Callat. - 1737 , la quête du bled produit 29 1. 13 s.; les sarmens , 4 livres; laine , 13 1.7 s.; produit du bassin et dons particuliers , 47 1. 13 s. 6 d.; vin , 19 1.6 s. — 1797, Juin 23 (noter la date) , Jean Bru est élu prieur; - 1798 , Bernard Callat-Colin ; - 1799 , Juin 22 , Jean Courrière ; - 1823 , Pierre Gaich-Bassounet, élu prieur par 36 suffrages ; - 1830 , Bernard Andrieu.

Prieurés de Sainte-Foy de Licayrac el de Saint-Etienne de Cazalt. — Il y a dans le territoire de la paroisse deux prieurés simples séculiers : Sle-Foy de Licayrac et StÉticnne de Cazals. Le Chapitre de l'abbaye de Ste-Foy de Conques , en Rouergue, est le possesseur de ces deux pi-ieuros, qui furent réunis en l'année 1060. On voit, dans Je territoire de Ste-Foy de Licayrac , les ruines d'un ancien édifice, qui a dù être le siège du prieuré. On voit de pareilles ruines dans le territoire de Saint-Etienne de Cazals [Motes du Curé de Leuc, en 1759).— v. ci-après : Territoire. Sainte-Foy et Saint-Etienne de Cazals. pag. 204.

La paroisse de Leuc était divisée , avant 1789 , en 3 territoires églisiers:

t" Saint-Pierre; paroissial, dans lequel l'Evéque prenait les 3/5 de la dtme, et le Curé les 2/5".
2" Saint-Laurent; en lequel l'Evéque prenait les 2/5 , el le curé les 3/5".
3" Saintc-Foy de Lycaiiac; décimaleur l'abbaye de Conques, en Rouerguc.

Sainte-foï De Licayrac , originairement Sainte-Colombe de Licayrac , prieuré.

An 1063. — Donation à l'abbaye de Sainte-Foy, de Conques (en Rouergue), de l'église de Sainte-Colombe de Lycairac et de Cazals, avec décimes et prémices, par Pons de Ceba, le tout à l'honneur de St-Sauueur, etc. (Languedoc, vol. 98. Extraits. Sénéchaussée de Carcassonne. pag. 21. — Bibliothèque imp. mss.).

1073. — Donation (Restitution?) du décimaire de Sainte-Foi de Licairac , terroir de Leuc, faite par Pons d'Izarn, de Villefloure, sa femme et ses enfans, à l'abbaye de Saint-Sauueur, de Conques en Rouergue [Inventaire de M. Airolles. pag. 41. Archives du château de Leuc).

1090 fcircàj. — Donation par Ermengarde vicomtesse de Rcziers , pour le salut de son âme et de celles de son mari Raymond et de son fils Rernard Atto, à Saintc-Foy, de Conques en Rouergue , de l'albergue et autres droits qu'elle possède dans le village de Licairac , au comté de Carcassonne (Histoire générale de Languedoc, édit. in-fol. t. II. Preuve c.ccu. col. 327. Cartttlaire de l'abbaye de Conques.).

« In nomine Domiui. Ego Ermengardis vicecomitissa, fi- per istam convenientiam quia nec ego, nec ulla potestas quse

lia Raugardis , donator sum Domino Deo et S. Fulis , illa al- ibi sit, nec iuantea adveniat in comitatu Carcassona, nec ul

berga et illa explecta quœ abeo in ipsa villa quœ vocatur Li- lus homo per illos , non possit ullam rem adquirere. Facta

cairag, totum et ab integrum, propter remedium anirme mes?, carta et donalio ista, sub die feria H. in mense novembris.

etc., et pro remedium anima; seniore meo Raymundo, et pro S t Ermengardis, qui ista carta scribere fecit et firmare roga

salvatione filio meo Bernardo Atto , et per remedium animas vit, régnante Philippo rege, teste Petro Monaello. S f Petro

parentorum meorum. Ista honore supra scripta dono Domino Arnal. Sf Petro Picart. SfBernar Atto. SfWiilelmi Pon

Deo et S. Fidis de Conclus, et D- abbat; Begoni et omni con- cij , etc. Steplianus presbyter rogatus , scripsit die et anno

gregatione fratrum qui ibi sunt, nec iuaulea adveneruut. Et quod suprà. »

Même année : xi. kal. lui. — Déguerpissement par Raymond Ferrachan , et autres de sa famille , en faveur de Sainte-Foy, de Conques en Rouerguc , des églises de Lichairac et de Casais , sauf certaines réserve.* fut suprà. ibidem.).

« In nornine Dotnini. Ego Raymundus quem vocant Fer- nos jam dicti guarpilores retinemus quarlam partem de ipsis rachan , et uxor mea Barsendis, et filius noster Petrus, atque justitiis et placifis quas ibi advenient et exibunt, exceptis consobrini mei, Guillelmus Ademarus , Bernardus Petrus , mois homimbus, etc. Carta... facta est xi kal julij, vu' feria, nos omnes simul in unura , derelinquimus Deo et S. Fidi, régnante Philippo. S. Ferrachan, etc. S. Willelmi Poncij atque illius domno abbati Bego , etc., ipsam ecclesiam de Carcassonae vicarij. S. Udalgerij de Cavanaco. S. Raymundi Lichairaco , et ipsam ecclesiam de Casais; hoc est ipsum Arnaldi de Cavanaco... Osmundus scripsit hœc in ecclesia praeveiril, cun medietato de decimis , et ipsas primicias , at- S. Michaelis Carcassonae » que ipsa cimeteria, ipsas oblationes et terras, etc. Similiter

1209, Février — Rémission faite par fEvêque et les Chanoines de Carcassonne , à l'Eglise de Sainte-Foy, de Conques , des Eglises de Licayrac et de Casalz , auec les droits contenus aud. acte (doit. vol. 253. fol. 676. recto, au bas. Extrait d'un liure intitulé : Liber admirabilis , estant dans les Archiues de l'Eglise abbatiale de Conques, en Rouergue.).

—L'Evêque de Carcassonne prenait sur l'église de Licairac « quartam partem decimarum », et le • Capellanus parrochialis » les trois autres quarts. Postérieurement, les 3/4 des fruits décimaux furent pris par le Chapitre de Conques, en Rouergue : depuis longtemps il n'y avait plus de paroisse ni de curi it Licairac.

1559. — Dénombrement de Hélie de Gairaud..., déclarant que Pierre Gairaud lient vn fief à Saincte-Foy de Licayrac , au lieu de Leuc (doat. vol. 253. fol. 262. au bas. recto. Inuentaire des Archiues du Roy : château de la Cité de Carcassonne.— Bibliothèque impériale, mss.).

1735 - 1738 - 1740 , Août 7. — Consultation par MM« Quinquiry et Astruc , avocats au Parlement de Toulouse , pour les consuls de Leuc , dans laquelle est citée une ordonnance du 4 janvier 1738 , rendue par M. de Bezons évêque de Carcassonne, portant que le service ci-devant fait en l'église de Sainte-Foy, seroit ù l'avenir continué comme avant son ordonnance du 18 may 1735, par tel prêtre séculier ou régulier qui lui seroit présenté à cet effet, autre toutefois que le curé de Leuc, sauf néanmoins ses droits, si point il y en a , pour l'administration des sacremens dans le district de lad. église de Sainte-Foy.

17b9. — Dans le territoire de Sainte-Foy de Licairac, on voit encore les ruines d'un ancien édifice (Notes du Curé de Leuc. Archives de la Préfecture de l'Aude.).

1762, May 10. — Bail à ferme (Rodier, notaire à Carcassonne) consenti par les Chanoines du Chapitre de Sainte-Foy de la ville de Conques , en Rouergue , en faveur du s.r Pierre Callal, marchand droguiste de Carcassonne , pour neuf années , des fruits décimaux du prieuré de Sainte-Foy de Licairac et son annexe Saint-Etienne de Cazals, et ses dépendances, situés dans la paroisse de Leuc , annexés à la manse du Chapitre de Conques , pour le prix de 2511. de rente annuelle.

—Le fermier est chargé, en outre , de rendre taisant M. le Curé de Leuc , k raison de l'administration des sacremens , dans l'étendue dud. prieuré et de son annexe, et de faire faire le service que le Chapitre de Conques a accoutumé de faire dans la chapelle dud. prieuré. Est encore stipulé que le premier sera tenu de garantir des larmes et gouttières les couverts de lad. chapelle , d'entretenir la porte bien ouvrante et fermante, de même que d'entretenir la vitre et le ferniaillé que le susd. Chapitre ferait placer incessamment à la fenêtre de la chapelle dud. prieuré, et de remettre le tout a la fin du bail, lui ayant esté baillé de même.

—Le Chapitre de Conques est resté décimateur du territoire églisier de Sainle-Foy, jusqu'à la révolution de 1789. L'Eglise de Sainte-Foy, veudue en 1792, n'est plus qu'une ruine , sans toiture et sans clôtures.

TERRITOIRE DE LEUC.

Château, Fiefs, Églises, Prieurés, Hameau, Moulins, Métairies, Lieux Bâtis , Quartiers Ruraux.

AMIGUES, métairie, nom de propriétaire {Carte du Cadastre, mss.).
ANDRIEU , idem (ibidem).
ARNAL , idem (ibid. et Vigceeie.).

BAROU , idem (Carte du Cadastre, mss.).
BÉN'AJAN , idem , nom d'homme ( ibidem).

CALLAT , idem, idem (Notes du Curé de Leuc , en 1759). En 1734, Jean Callat est prieur de la confrérie du Saint-
Sacrement; en 1738, Pierre Callat; en 1793 , Bernard Callat; en 1801, Fr. Callat ; en 1821 , Jean Callat; en 1828 , Ant.
Callat boulanger (Registres de la Confrérie).'

CASSAIGNOL, idem (Notes du Curé).

COULOM , idem , nom d'homme. — En 1637 , Pierre-Martin Coulom est prieur de la confrérie du Saint-Sacrement (Registres de la Confrérie) ; - 1674, 1678, 1687 , Pierre Colom boulanger (ibid.). - v. ci-après : Métairie neuve.

FOURN1É, métairie (Carte du Cadastre, mss.).

FRAISSÉ , hameau , métairie. — An 1852, propriétaire, M. d'André; acquéreur, M. Embry , de Carcassonne (M« Callat), n.« a Leuc); — par extension dans Ladern.

JEAN GACH , métairie , nom d'homme. — Dès le 16° siècle , on trouve à Leuc des Gach ou Caich (v. Cartulaire de Carcassonne. t. VI : Dictionnaire biographique et héraldique,Caich) ; an 1636 , Jean Caich habitant de Leuc ; 1681 , Jean Gaich prieur de la Confrairie du Saint-Sacrement; 1690, Estienne Gach (Registres de la Confrairie).

—An 1864. La métairie de Jean Gach dépendait du domaine du château de Leuc. Propriétaire actuel (1864), M. Taulière. — V. ci-après : Saint-martin.

Las JUSTICES (Carte du Cadastre, mss ).

MÉTAIRIE NEUVE (Dorio nobo), et métairie vieille (las Borios). An 1850 , propriétaire, P. Auguste Jalabert cadet; -1859, Mai 9 , vente par Antoine Coulom , dit Pamparre , cultivateur, en faveur d'Antoinette Caissac , épouse Antoine Coulom fils , cultivateur , d'un domaine appellé la Métairie neuve; pris 7,300 fr. : M» Vergues, notaire à Carcassonne ( Courrier de l'Aude. n° 477, 8 juin 1859.).

MINGAUD , métairie ( Carte du Cadastre, mss.). t
MONTPLAISIR, idem (ibidem).

SAINT-ETIENNE de Cazals , ancien prieuré. — v. ci-dessus : Église, pag. 202.

SAINTE-FOY de Licayrar , ancien prieuré (v. ut suprà), métairie.— An 1859, propriétaire , M. Babou (François-Antoine) , caissier à la Recelte générale de l'Aude.

Quartiers ruraux de Ste-Foy : — Rec Pompayé; las Justices; al Prat ; rec de Thoron; Coumo de Griffe; Col blanc; al Bigot.

SAINT-LAURENT, Eglise champêtre (v. ci-dessus : pag. 202), bâtie au bord de la Lauquette , entre cette rivière et le chemin vicinal de grande communication n° 4 , de Carcassonne à Limoux par Saint—Ililaire.

1717 , Décembre 6. — Bail à arrière-fief noble , par M. le marquis de Cavanac , seigneur de Leuc , à Barthélémy Estieu, du lieu de Verzeille , de 4 arpons de terre , au terroir de Saint-Martin de Leuc , lieu dit « à Saint-Laurent », sous l'albergue noble d'une bague d'or , du prix de 8 livres , payable à chaque fête de N.-I)ame de septembre. Et le dit Estieu a rendu de suite son hommage et serment de fidélité , à genoux , la tête nue , sans épée ni éperons , entre le3 mains du dit seigneur, assis dans sa chaise dans la grande salle du château de Leuc.

—L'Eglise Saint-Laurent, aliénée par la nation en 1792, n'est plus qu'une ruine, sans clôture et sans couvert, mais le gros œuvre est encore intact. Église de petite dimension de l'époque Carlovingienne, bâtie en pierre de petit appareil ; une seule nef à deux portes latérales, ouvertes au nord et au sud ; l'abside par dedans, en cul de four , dont la coque est très-bien conservée, percée au centre d'une fenêtre à plein ceintre, ornée par dehors d'une corniche soutenue par des arcatures circulaires d'un bel effet, couverte en dalles de pierre posées à plat; la nef est à découvert et signale l'existence précédente d'un couvert en bois (Notes d'une visite personnelle , en 1858)

Le 10 août, jour de la fête de saint Laurent, est celui de la fête balladoirc du village de Leuc.

Au S.-E. de Saint-Laurent, au-delà du ruisseau de Saint-Martin : Moulin à vent (Carte du Cadastre, mss.).

SAINT-MARTIN , métairie dépendante de la terre seigneuriale de Leuc ; - ruisseau.

An 1734 , Octobre 10. — Bail à ferme des métairies de Saint-Martin et Jean Gach , par dame Anne-Claire de Voisins, veuve de messire Gabriel-Guillaume de Siran , marquis de Cavanac , etc., mère tutrice de Gabriel, Anne et Claire de Siran, ses enfans , au s.' Honnoré Arnal, ménager , demeurant à sa métairie de Sainte-Foy de Licairac , pour 6 années , à raison de 550 1. par année. Retenu par Perié , notaire à Leuc.

1730 , Janvier 2. — Autre bail à ferme , pour 6 années , à Antoine Bicesse , laboureur , au prix de 350 1. par année.

1861 , Novembre 6. — Vente (Me Maraval, not.TM à Carcassonne) , consentie par les héritiers Airolles , à M. Georges Taulières , de Mazamet, des métairies de Saint-Martin et de Jean Gach ; prix: 70,000 fr.

SOUBRIÉ, métairie {Carte de Cassini. Nomenclature des Postes. Carte du Cadastre, mss.).

POUMA1RAT, idem (Carte du Cadastre, mss.).

Lb TENTI, fief.

An 1708 , Mars 23. Bail à nouveau fief, par messire Gabriel-Guillaume de Siran , seigneur de Cavanac , Leuc , etc., à Antoine Plauzolles, maçon, du dit lieu de Leuc , d'une vieille masure de métairie , au terroir de Saint-Martin de Leuc, lieu dit • à la Tenti, etc. •, sous la censive annuelle d'une paire chapons, à la fête des Saints , etc. (Inventaire de il. Airolles. mss. Archives du château de Leuc).

Quartiers Ruraux.

Gourg d'en Paul.
Roc de Courtès.
Breil escur.
Lavaur.

Albaric et la Païchere.
Al Fieu.

Las Bouzigues et Pech Bouzigues.
Cornèze.

Petit Saint-Martin.
Las Fontanelles.
Pech Dudel ou Peyromel.

Barrau.
Pepieux.
Combescure.
Petite Combe.
Jean Bullé.
Le Del)ès.
Alquier.
La Piano.
Les Esparets.
Salbarès.
L'Olivette.

La Crésos , au nord , mamelon autrefois coupé par le chemin de Carcassonne a Saint-Hilaire , aujourd'hui délaissé par la
rectification du chemin vicinal de grande communication n° 4 : 390 mètres.

Labrie.

Combe grande et ruisseau.

Frutases ou Fresans

Ganlere.

Le Poux.

La Semasse.

Grananton.

Greminet.

Le Bousquet.

Souleilla.

Sainte-Marie.

NOTES STATISTIQUES SUR LEUC.
Organisation Politique.

Avant 1789-— Diocèse de Carcassonne; Généralité de Toulouse; Quartier de Carcassonne. (1)

« Il y avoit 3 consuls dans la paroisse; ils ont le droit d'avoir une place distinguée dans l'Eglise. Il y a 6 conseillers politiques et un greffier communal. L'exercice de la charge des consuls et des conseillers ne dure qu'une année , depuis le 1" de janvier jusqu'à pareil Jour de l'année suivante. Leur élection se fait en la forme qui suit : le Conseil, composé des 3 consuls, du curé de la paroisse premier opinant, et des 6conseillers politiques, étant assemblé le l"jour du mois de Janvier, selon la forme ordinaire, le greffier consulaire fait la lecture des ordonnances royaux, qui enjoignent aux

(1 ) Quartier de Carcassonne. selon le curé de Leuc, en 1759; selon le P. BOUei> ( Histoire de Carcassonne. 1731 ), Quartier de La Grasse.

Communautés de procéder à la nomination des nouveaux consuls ; la lecture finie, le Conseil propose 6 noms : on en fait deux listes, qui sont présentées au seigneur de la Communauté : le Seigneur a le droit, parmi ces 6 noms , de faire élection de 3 , qui sont toujours confirmés par acte public du Conseil. Les nouveaux consuls prêtent ensuite le serment de fidélité entre les mains du juge du lieu. De 38 ans en 28 ans, la communauté de Leuc devient chef de Quartier , et dans cette année, le l«r consul, qui assiste à l'Assiette, pervoit un honoraire de 45 livres.

Le seigneur de la paroisse a la haute, moyenne et basse justice. Les terres des prieurés de Sainte-Foy et de SaintEtienne de Cazals , appartiennent au Domaine; conséquemment ces terres relèvent du sénéchal de Carcassonne ( Notes

de M. Misse, curé de Leuc en 1759. — Archives de la Préfecture de l'Aude. ).

—Justice et Gruyerie de Leuc ; 1 registre, 6 liasses, 1 sceau; de 1688 à 1790 ( Archives de la Préfecture de l'Aude.).

— Liste des Notaires de Leuc et minutes existantes [16441804] (viguerib : Annales du diocèse de Carcassonne. I. 451).

— Compoix de Leuc: 1G19, 1635 ( Inventaire, de M. Airelles. Archives du château de Leuc: et Archives du Diocèse aux Archives départementales). — 1745 (aux Archives de la Mairie et à celles du Château.).

[blocks in formation]
[merged small][table][merged small]

Leuc est situé dans un vallon riant et fertile, au pied des Corbières, sur la rive droite du Lauquet, près de son embouchure dans l'Aude.

Quartiers urbains : — le Fort; la Salle; la Sabatlôre; la Trille; la Latrie.

Château. — Il a été bâti par Pierre de la Jugie , cardinalarchevêque de Narbonne ( 1347), peu après l'acquisition, par sa famille, de lu terre de Leuc (v. Cartulaire de Carcassonne. t. IV. pag. 320. col. 2); il est remarquable par sa masse et sa forte construction. La tour de l'ouest, à rôté de la porto do la cour d'honneur, ainsi que les caves et les cuisines , est de cette époque; la tour, imposante par sa masse et son élévation , mesurait 4 étages à voûtes superposés; aujourd'hui elle est réduite à un rez-dc-chaussée voûté avec un étage à toiture. Les autres tours, plus modestes , ont été rasées au niveau des toitures, pour obéir aux décrets révolutionnaires. L'escalier, à vis, placé au fond de la cour dans l'angle extérieur formé par les bâlimens, est de l'époque de la maison Dax ( 1457 ) : la forme et les ornemeus de la porte et des fenêtres signalent cette date. Il était orné d'un écusson qui a été martelé à l'époque révolutionnaire : on n'en distingue plus aujourd'hui que l'emplacement; mais on voit encore distinctement lesarmes de Dax sur le manteau des deux grandes cheminées en pierre, de la grande salle et de la cuisine , toutes deux remarquables par leur dimension et leur style.

Le délabrement au temps de la maison de Sirau , les restaurations inintelligentes et les démolitions postérieures ont fortement altéré l'aspect imposant du château de Leuo, tel que l'avait édifié, au 11» siècle, l'opulent cardiual de Narbonne.

An 1734. — État des lieux du château de Leuc, dressé d'of•fice par deux experts commis à cet effet, par Jean de Murât, juge-mage de la sénéchaussée de Carcassonne (Archives du château de Leuc. pièce originale , papier timbré; en 521 articles.).

< Le dit Etat dressé à la requête do dame Anne-Claire de Voisins, veuve de noble Gabriel-Guillaume de Siran marquis de Cavauac , décédé ub intestat, et comme mère et légitime adminisleresse de la personne et des biens de ses enfans. — « .. .Le château de Leuc, où elle fait son habitation , de même que presque tous les autres bâlimens dépendans des terres et seigneuries du dell'unt, ont besoin de grandes réparations pour en éviter l'écrouieraent >. Ce rapport, dressé par un uwçon et un charpentier, donne la mesure exacte des côtés et de l'élévation des tours, dont trois sur cinq existent encore intégralement aujourd'hui, à peu près dans l'état constaté par les experts, sauf qu'à la tour du couchant,ils trouvent «lesarmes de la maison (dcSiranJ en fer, supportées par deux sirènes >; les experts trouvent aussi des armes sculptées qu'ils disent ne pas connaître: 1° sur la porte de la tour de l'escalier du château (les armes de Dax); 2° sur le balcon en pierre de l'intérieur de la cour, faisant face au levant. A l'aide de cet état des lieux, il serait facile de restaurer le château, quant au bâtiment, dans les conditions matérielles où il se trouvait à la date de l'expertise

A la suite de l'Etat du château de Leuc , se trouve l'état du Moulin , aujourd'hui démoli, qui existait alors sous les fenêtres du château,façade du couchant ( v. ci-après : pag. 207); il était à 3 meules; ensuite l'état des bâtisses des deux mé

J

tairiesde Jean Gach et de Saint-Martin, dépendantes de la terre de Leuc. - v. ci-dessus: pag. 204.

Enfin le même état, à partir de l'article 294, passe à la description des bâtisses du château de Cavanac , dépendant aussi de la succession de Siran; ainsi que des métairies d'Escaut etPiadel, dans Villefloure , avec le moulin ; et enfin du domaine de Gaure, de l'autre côté de la rivière d'Aude, dans le territoire de Roulfiac.

1791 , Août 25. —.« Le ci-devant château de Leuc , appartenant à la dame Pascal", veuve Ayroles, a été la proie des flammes. La perle a été fixée à 22,170 livres » ( Procès-verbal des séances du Conseil du département de l'Aude. 1791. p. 292.).

Eglise, ogivale.

Cimetière. — Au sud du village , sur une légère éminence , complanté d'oliviers.

H'oulin (ruiné), sur le Lauquet, et sous les fenêtres de la façade occidentale du château.

An 1700, Novembre 1". Police d'affermé du moulin farinier de Leuc , à 2 meules , par noble Guillaume-Gabriel de Siran marquis de Cavanac, seigneur de Leuc, à Jean Barthe, du dit lieu , pour 6 années, sous la rente annuelle de 100 setiers blé et quelques réserves. - Et le U» avril 1704 , la dite rente annuelle fut portée à 120 setiers bled , par nouvelles conventions \ Inuenlaire de 31. Airolles. pag. 519. Archives du château de Leuc ).

1727 . Septembre 12.— (Extrait des Registres des actes de l'Etat civil: mariages, baptêmes et décès, en la commune de Leuc) « L'an mil sept cent vingt-sept, et le douzième jour du mois de septembre, a été enlerrée Anne Vié, morte le jour

d'hier , ayant été surprise par l'eau avec son mari et toute la famille dans le moulin du dit lieu, qui fut emporté; et la ditte Vié fut trouvée morte au pré de M. de Cavanac. Antoine Barthe , son mari, fut trouvé mort près d'une métairie de Monseigneur l'Evèque et fut enterré à Villedubert...; et les enfans ils furent sauvés. — Darzens , recteur. »

« Les mêmes an et jour que de l'autre feuille, ont été enterrées dans le cimettière du présent lieu, Margueritte Durant et Marie Durant, l'une âgée de six ans et l'autre de trois, toutes les deux filles de Durant, meûnier de Verseille, qui furent surprises aussi par l'eau et furent trouuées, l'une au bois de la Gardère et l'autre au pré de M. de Cavanac...— Darzens, recteur. >

Ce moulin n'a jamais élé sérieusement rétabli depuis 1727, quoiqu'on ait tenté d'utiliser ses débris; mais sa pose était défectueuse, à raison du défaut de pente à l'évacuation des eaux. Il en reste encore des vestiges.

Limites territoriales : — Couflbulens; Cavanac; Palaja ; et canton de Saint-Hilaire.

Dislances : — de Carcassonne , légale ancienne , 1 1. 1/2; légale moderne , de Carcassonne , 11 kilomètres.

Cours (teau : — le Lauquet , rivière: inondation extraordinaire , fin octobre 1844.

Ruisseaux : Lauquetou ; - de Toron; - de Cazals ; - du Pous ; - de l'Angel ; - de Saint-Martin ; - de Courtiol ou de Calles ; - Pomposé ; - de la Fontaine.

Chemins : — de grande communication , ne 4, do Carcassonne à Limoux, par Saint-Hilaire : - de Leuc à la limite de l'arrondissement de Limoux , 1543 mètres.

— Chemins de Gourgounet; de las Jussegos; deLoteni.

Géologie Et Minéralogie.

Carrière de grès réfractaire, exploitée pour la construction des fours à cuire le pain, dépendante du domaine du Château.

An 1759. — Il y a dans le terroir de las Jussegos, une fontaine d'eau minérale ferrugineuse ( Notes du curé de Leuc).

Météréologie.

1765 , Avril 21. — La terre est couverte de neige pendant trois jours : dommages considérables aux vignes ( Registres de paroisse de Leuc. Notes du Curé.).

1 780, Août t. — Trombe d'air. c Les effets de ce météore furent des plus variés et des plus étendus: il parut sur les 5 heures du soir , ce fut à 6 heures qu'il éclata. Le baromètre était à 27 pouces 10 lignes. On avait vu, quelques jours auparavant , paraître une aurore boréale; les jours suivans avaient été marqués par des vents assez violens et par des nuages de pluie et de grêle ; au moment du météore, un nuage noir rasait la terre et marchait avec grand bruit, en suivant la direction du vent N.-O. qui soulflait alors. Bientôt le météore mugit avec fureur, fouilla uue rive sableuse, lança à une grande hauteur deux jets de sable, qui se croisaient sous un

angle fort ouvert; il devint stationaire pendant 3/4 d'heures sur le bas du coteau , puis il déracina des arbres, en tordit d'autres en les faisant éclater, en rompit quelques-uns et en dispersa plusieurs; des vignes furent en parties desséchées, et le feuillage des haies vives fut comme brûlé. Le météore parut bientôt sous l'aspect le plus menaçant, et chemina avec un bruit qui imitait les éclats redoublés du tonnerre. Les habitans du village de Leuc , saisis de frayeur, se mirent à fuir à l'aspect de ce phénomène destructeur. Le château du lieu n'offrit plus, dans les appartemens qui le composaient, que des monceaux de vitres cassés ou de châssis de fenêtres brisés en éclats; les espagnolettes en fer furent en partie emportées ou faussées; le pavé des appartemens fut sillonné , soulevé; les rideaux furent déchiquetés, les plafonds endom

magés, les cloisons renversées, fracassées; des montans do pierre lurent séparés du corps des murs ou culbutés, les tuiles cassées , dispersées , les girouettes des tours rompues. Le seigneur du château (M. Airolles), soutenant de ses mains la porte d'un réduit où il s'était réfugié, luttait en vain contre l'effort qui parvint à la renverser. 80 maisons du village éprouvèrent le délabrement le plus complet. Tout ce désordre parut fait dans un sens opposé à la marche progressive de la trombe. Le météore ayant disparu, des orages mêlés de tonnerre et de pluie se succédèrent sans relâche pendant près de deux jours» ( Dictionnaire d'Histoire naturelle, parYALMONT Debomare. 4«édit. verbo: Trombe).—Cet article, reproduit par M. Trouvé, dans sa Statistique du département dt l'Aude. pag. 153 , n'est qu'une courte analyse d'un rapport détaillé contenu dans une lettre de M.' Lespinasse, ingénieur directeur du Canal de Languedoc , adressée au Journal de Physique, de l'abbé Rozier , et publiée dans le cahier de ce

journal , du mois de novembre 1760 (t. XVI. pag. 355).

Observations météréologiques.< Baromètre, 27.6; thermomètre Réaumur -f- 24 5/10. zéro vent; légères oscillations et frémissemeus de divers points de l'atmosphère , sans détermination d'aucun vent; midi calme profond ; ciel très-couvert; chaleur étouffante; signes imminens d'orages violens dès 9 heures du matin. — A 5 heures après-midi, trois orages terribles : 1" côté des Pyrénées, au sud; 2° côté de la Montagne-noire, au nord ; 3" à l'ouest H à 6 heures du soir , trombe à Leuc, 4.020 toises au S.-O. de Carcassonue > ( Extrait d'un Mémoire dressé sur les lieux , le lendemain de l'événement , par M. Mariane, syndic du Diocèse. Statistique de l'Aude, par Trouvé préfet, pag. 154).

1789. — Hiver cruel tel qu'on n'en avait point vu de mémoire d'homme ; le froid fait périr les oliviers et les céréales (Registres de paroisse de Leuc. notes du Curé.).

Agriculture.

Céréales, vignobles , figuiers , oliviers; arbres de rivage. de coteaux , partie déboisés, partie garnis de vignes et de Le territoire agricole est formé d'un large vallon fertile, et chênes-verts. *

Industrie.

Tisserans de draps ( environ 40 métiers). — Distillerie d'eau-de-vie.

[graphic][graphic][graphic]

 

 

Commenter cet article

À propos

Passionné de généalogie, d'Histoire de France, de royauté et de religion