Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 Apr

Comtes de Carcassonne (2ème race)

Publié par basilique saint nazaire  - Catégories :  #Clergé de l'Aude

Comtes De Carcassonne. — 2mc Race.

 

Catalogue Généalogique Des Comtes De Carcassonne de la 2e P.

Arnaud I, comte de Comminges en partie et comte de Conserans, épousa Arsinde, vraisemblablement héritière des comtés de Carcassonne et de Rasez. Il vivoit en 944 et 916.

Enfans : Roger qui suit; Odon ou Eudes comte de Rasez , qui mourut vers l'an 1018.

Roger I, comte de Carcassonne et de Conserans , et en partie de Comminges, depuis l"an 957 , épousa Adélaïde et mourut vers l'an 1012.

Enfans: 1" Raymond qui suit.

2U Bernard, comte de Conserans et de Foix , et en partie de Carcassonne, mort vers l'an 1034; il épousa Garsinde, héritière du comté de Bigorre, dont il eut entre autres:

Roger (II,), comte de Carcassonne en partie, et I de Foix. II mourut, sans enfans, vers l'an 1064.

Pierre, évèque de Gironne, depuis l'an 1010 jusqu'en 1050.

Ermessinde, qui épousa, vers l'an 1001, Raymond comte de Barcelone, et mourut en 1058.

Raymond I, comte de Carcassonne , épousa Garsinde,

e {Histoire générale de Languedoc. T. II. édit. in-fol. p. 583).

fille aînée et héritière de Guillaume , vicomte de Beziers et
d'Agde. Il mourut vers l'an 1010.

Enfans: a. Guillaume , comte en partie de Carcassonne ,
mort vers l'an 1045 ; dont

Raymond II, comte en partie de Carcassonne, avec ses frères Pierre et Bernard.

6. Pterre-Raymond. comte en partie de Carcassonne , vicomte de Beziers et d'Agde , mort vers 1P60. Il épousa Rangarde de la Marche , dont il eut

Roger III, comte do Carcassonne et de Rasez, vicomte de Beziers et d'Agde , qui épousa Sybille , et mourut en 1067 , sans enfans.

Ermengarde, héritère de son frère Roger III, épousa Raymond Bernard dit Trencavel, vicomte d'Alby et de Nimes, lequel fut la souche de la 3m° race des comtes de Carcassonne. — v. ci-après : ad ann. 1083. pag 248.

— Voir : Suite et origine des Comtes héréditaires de Carcassonne et de Rasez , de la seconde race , etc. : Histoire générale de Languedoc. T. II. édit. in-fol. Notes, pag. 581.

ARNAUD [an 954 à 957).

Les Comtes de Carcassonne et de Rasez de la seconde race , tiroient ce semble, leur origine d'Asnarius, comte de

de Comminges et de Conserans , qui vivoit au commencement du x"><> siècle, et qui eut deux fils , Arnaud et Roger , dont le premier lui succéda dans une partie du Comminges et l'autre dans le reste de ce comté. Arnaud augmenta considérablement son domaine par les comtés de Carcassonne et de Rasez , qu'il posséda certainement, et qui lui échurent, à ce que nous croyons,. par son mariage avec Arsinde , probablement fille et héritière d'Acfred II, comte de Carcassonne et de Razés de la lro race , le-, quel vivoit encore en 934. Arnaud posséda encore de grands domaines dans le Narbonnois et le Toulousain (Histoire général» de Languedoc. L. xn. 11.).

— Nous ne doutons pas de la légitimité du successeur d'Acfred , dans l'acception politique du mot, mais les documents nous manquent pour établir si Arnald, qui était comte de Carcassonne en 945, tenait cette dignité de son chef ou du chef de sa femme Arsinde ; ce qui peut être affirmé c'est qu'il possédait de vastes domaines au sud-ouest de cette ville et qu'il confia l'administration du comté de Carcassonne à un vicomte nommé Amelius (1). On ne sait rien de certain sur l'origine d'Arnald. Était-il fila d'Asnarius, comte de Conserans et de Comminges? Arsinde était-elle fille d'Acfred II? Plusieurs opinions ont été exprimées. Bouges ( Histoire de Carcassonne. pag. 74 ), relevant les erreurs commises à ce sujet par Catel et Besse , fait descendre Arnaud du comte Oliban II. Cet auteur ajoute « qu'il alla rendre hommage de ses terres îi Louis d'Outre-mer, en 942 , dans la ville d'Arles ». Ces prétendues origines , qui expliquent très-bien pourquoi Arnald et Arsinde , ayant des possessions dans les terres de Foix , administraient en même temps le comté de Carcassonne , n'en sont pas moins de pures conjectures. Quant au dernier fait, il est entièrement controuvé: Louis d'Outre-mer n'était pas à Arles en 942 (cros-maïrevieille : Histoire du Comté de Carcassonne. pag. 183-185.).

944. - - Donation par Arnaud et son épouse Arscndis , à l'abbaye de Lezat, de l'Église de Sainte-Euparchie , dans le pays de Foix (Histoire générale de Languedoc. T. II. édit. in-fol. Preuve Lxxiii. col. 8G.).

945 (circà). — Acte de déguerpissement, en faveur de Daniel abbé de Lezat, en présence d'Arnaud comte (ut suprà. Preuve Lxxvi. col. 90.).

949. — Donation par Arnald et par Arsindis son épouse , et par Roger et Odon leurs fils , a l'abbaye de Saint-Jean de Mallast (Montolieu), de leur aleu de Sainte-Eulalie (Cartulaire de Carcassonne. T. I. pag. 19a. texte).— v. Histoire générale de Languedoc, édit. in-fol. T. II. pag. 581. Notexxn.

—« .. .Etadvenit nobis ipse alodes ex donationea Rodgario fratre meo, de comparatione Ugonis comitis.. .. >

Arnald laissa a sa mort [an 957 ) , entre autres enfans, Roger, Odon et Raymond , qu'il plaça sous la tutelle de leur mère. Les trois fils d'Arnald n'ont jamais possédé par indivis le domaine de leur père , comme l'ont écrit les auteurs de l'Histoire générale de Languedoc (L. xi. 97). Depuis que le comté de Carcassonne était devenu héréditaire , les épouses des Comtes prenaient dans les actes, le titre de comtesse.... Les transactions et les traités se concluaient le plus souvent, en leur présence et avec leur intervention, du vivant même de leurs maris. Ce fut donc la comtesse Arsinde qui figura dans les actes. Des que ses enfants eurent atteint leur majorité (ait 957), ils gouvernèrent chacun leur portion de l'héritage paternel (ckos-mayrevieillf : Histoire du Comté de Carcassonne. pag. 18.5.).

ROGER I« dit le Vieux (an 957-1012).

Roger Ier, fils ;iîné d'Arnaud, lui succéda cette année, au plus tard, dans le comté de Carcassonne. Il prenoit la qualité de marquis. L'an 981 , il eut guerre avec Oliba Cabreta comte de Cerdagne et le battit. Celte même année , ou la suivante , il fit un premier voyage à Rome , et un second en 1002. 11 avoit épousé , l'an 970 , Adélaïde, dont on ignore l'origine. Adélaïde lui donna trois fils: 1° Haymond (Rcgimund) l'aîné , eut le comté de Carcassonne, et porta le titre de comte du vivant de son père ; mais il mourut avant son père, laissant de son épouse Garsinde, vicomtesse de Bezicrs et d'Agde , deux fils en bas âge , Pierre et Guillaume 2° Bernard, deuxième fils de Roger , eut le comté de Conserans , le pays de Foix , une portion du Carcassez et d'autres domaines. 3° Pierre , le dernier , fut évéque de Gironnc en 1010 , et jouit, après la mort de son frère aîné , par une dernière disposition de son père , d'une partie du comté de Carcassonne et de la terre de Foix. Ainsi l'on voit, à la fois , quatre comtes de Carcassonne:

(I) « Trcsmirus ablias .. Amelius, nutu Dei vicecomes » : Inscription trouvée au commencement du t8"" siècle , dans l'abbaye de Montolieu. — v. Cartulaire de Carcassonne. T. I. pag. 79. Trcsniirc fut abbé de Montolieu de 9i9 a 984.

Pierre Raymond Guillaume Raimond

(an 1012 - 1860). (1012-1034).

Fils aîné de Raymond et pe- Guillaume, 2TM° fils de Ray

tit-fils de Roger I«r, succéda à moud et petit-fils de Roger I,

son père dans une partie du partagea avec son frère la por

comté de Carcassonne, et hé- tion du comté de Carcassonne

rita de sa mère Garsinde, les quiavoitappartenuàleurpère.

vicomtés de Beziers et d'Ag- Il vivoit encore , à ce qu'il pa

de. Il mourut vers l'an 1060. roit, en 1034. Guillaume laissa

Pierre Roger Berwrd Rog

(1012-1050). (1012-1035

Pierre Roger , 3m° fils de Bernard, 2">» fils de Rogçr I

Roger I, et évéque de Gironne comte de Carcassonne, hérita

dès 1010 , n'avoit d'abord eu, de lui, avec une partie de ce

parle testament de son père , comté, celui de Conserans et

fait plusieurs années avant sa la meilleure portion de la terre

mort, que des biens ecclésias- de Foix. Ces domaines, après

tiques; mais Roger , après la sa mort, arrivée au plus tard

[graphic]

Roger II. pag. succession.

Enfans dé Guillaume Rai-
mond: Raymond Guillaume;
Pierre Guillaume ; et Bernard
Guillaume ( 1034- 1068).

La portion du Carcassezque
Guillaume Raimond avoil lais-
sée à ses enfans , fut encore
partagée entre eux. On voit un
acte de l'an 1050, ou environ ,
par lequel Raymond , l'aîné,
dispose d'un village du Rasez,
sans le consentement de ses
frères. On croit qu'il mourut
sans postérité. Ses aulres frè-
res vendirent leur portion, le
27 décembre 1068, à Raymond
Bérenger I, comte de Barce-
lonne , sans faire mention de
leur frère aîné , ce qui doune
à croire qu'il étoit déjà mort.

Rangarde son épouse lui don- trois fils: Raymond, Pierre et mort de son (ils aîné, lui donna eu 1035, furent partagés entre na un fils , qui lui succéda.— Bernard, qui recueillirent sa une part dans le comté de Car- ses trois fils : Bernard, Roger v. ci-après : Roger II. pag. succession. cassonne et dans la terre de et Pierre.

239. Enfans dé Guillaume Rai- Foix, dont il jouit jusqu'à l'an Roger, fils puiné de Bernard

1050, époque de sa mort. Roger, Jui succéda dans une

portion du Careassez et dans celle de la terre de Foix, qui Juiavoit appartenu. L'an 1050, ayant recueilli, par la mort de Pierre Roger évéque de Gironne , son oncle , Ja portion de ce dernier domaine qu'il possédoit. suivant le traité fait entre eux, il érigea le pays de Foix en comté et forma la souche de la première maison des comtes de Foix.

Le petit fils de Bernard , Roger , I des comtes de Carcassonne, II. du nom de Roger des comtes de Foix, éleva des prétentions sur l'hérédité du comté de Carcassoune , à l'avènement do Bernard Aton (1083); mais, plus tard, se voyant sans enfans, il renonça à ses prétentions , en faveur d'Ermengarde , mère de Bernard Aton. {Art de vérifier les Dates).

— Nous donnons chronologiquement, à leur date, l'indication ou le texte des chartes émanées de ces divers comtes de Carcassonne , qui appartiennent à la race de Roger le Vieux, et dont plusieurs régnèrent simulttanément.

An 937.— Vente , par Arsinde comtesse et son fils Roger I, comte (de Carcassonne), à Gilabert viguier, de leur aleu de Colense (Queille?), dans le territoire de Cheirano (Histoire générale de Languedoc, édit. in-fol. T. II. Preuve Lxxxix. col. 99. Archives du prieuré de Camon.—Cros-mayrevieille : Histoire du Comté et de la Vicomte de Carcassonne. Documens. xxv.p. 33).

959 (circà). Engagement fait par Arsinde comtesse de Carcassonne, et ses fils Odo et Raimond ( fils d'Arnaud ), de Païen de Magrignan et Cuxac, dans le comté de Narbonne ( Histoire générale de Languedoc, édit. in-fol. T. II. Preuve xcv col. 101. Cartulaire de la Cathédrale de Narbonne ).

970 : vin. kal. Martij. — Translation des reliques de saint llilaire évéque de Carcassonne , en présence de Roger comte , et d'Adalaïs son épouse : à l'occasion de cet événement, Roger accorde au monastère de Saint-IIilairc l'affranchissement perpétuel de tout impôt — v. ci-dessus : Saint-hïlaire - Abbaye, pag. 61. texte de l'acte.

Même année, Avril. — Échange entre Roger comte (de Carcassonne) et son épouse Adalaïce comtesse, de divers aleus leur appartenant, dans le pàgus Toulousain , dans le ministerium Lordadais, contre l'aleu et l'église de Saint-Saturnin, dans le village de Saurai, appartenant à Sancius Dato (Histoire générale de Languedoc, édit. in-fol. T. II. Preuve cvi. col. 122. Cartulaire de Foix. — Cros-mayrevieille : Histoire du Comté et de la Vicomte de Carcassonne. Documens. xxix. pag. 36.).

t. V. 50

979. — Donation par Roger comte , a l'abbaye de Saint-Hilaire , en Carcassez, de son aleu de Corneille. — v. Cartulaire de Carcassonne. T. III. pag. 226. texte, et ci-après : ad ann. 981.

— «. ..S. Rogerij coraitis... S. Adalaïssœ comitisso?, S. Arnaudi comitis filij Adalaïssse, S. Petroni episcopi atque comitis, S. Regimundi sobolis meœ. >

981 , Août. Donation par Roger comte , Adalayce comtesse , Regimund et Bernard leurs enfans, à l'abbaye de St-Hilaire , de divers aleus situés aux environs de cette abbaye. — v. ci-dessus : Saint-hilaire - Abbaye, pag. 64. texte.

<. ..Ego Rogerius cornes, simulque eu m conjuge et comitissa Adalayce, sou Regimundo sobole, atque Bernardo sobole,

qui needum est latice consecratus batismatis... »

L'acte de la donation énonce qu'elle est l'accomplissement d'un vœu fait à l'occasion de la victoire remportée sur Oliba Cabreta, comte de Ccrdagne , par l'assistance de saint Hilaire. t

Même année (circà). — Roger eut aussi quelque démêlé avec Guillaume Taillefer comte de Toulonse , et il le vainquit par l'intercession de saint Hilaire; mais nous ignorons l'époque et les circonstances de cet événement (Histoire générale de Languedoc. L. Xiii. 5.).

— .. .post fugatum, cum suis, ac debellatum , Tolosanura comitem » (ancienne Prose de saint Hilaire. v. ci-dessus : StHilaire- Abbaye, pag. G3. col. 1.).

982 (circà). — Bulle du Pape Benoit VIII, confirniative des donations précédentes. — v. ci-dessus : Sai.m-hii.aire - Abbaye, pag. 65. texte.

— Celte bulle constate que Roger comte , et son épouse Adhalaïce, étaient venus à Rome solliciter cette confirmation : « vencrunt Rogerius cornes , cum conjuge sua nomine Adhalaïce , simulque cum eis venit Benedictus abbas ad limina Apostolorum B.B. Pétri et Pauli, ante nostram prœseutiam •.

— Pendant leur voyage , l'administration fut confiée au vicomte Radulf (cros-maïrevili.e : Histoire du Comté de Carcassonne. pag. 187.).

984. — Acte de la consécration, par Emeric évôquc de Carcassonne , de l'Église de Corneille , donnée par Roger , comte et marquis, à l'abbaye de Saint-Hilaire. — v. Cartulaire de Carcassonne. T. III. pag. 226 texte, et ci-dessus : ad ann. 979.

987. — Donation par Roger comte de Carcassonne, à l'abbaye de Lezat (Histoire générale de Languedoc, édit. in-fol. T. II. Preuve cxxiv. col. 142.).

— « Facta carta ista in mense decembris, sub die feria iv. régnante domino nostro Jesu Christo. Sign. Rogerio, S. Aladeiz u\or sua... S. Pétrone, S. Rodgario , S. Guillelmo. »

— Plutôt que de reconnaître l'autorité de Hugues-Capet, Roger préférait dater ses actes du régne de Jésus-Christ... Ce n'est qu'à dater de 99't que le nom de Hugues se trouve dans les actes souscrits par Roger (cros-mayrevieille : ut suprà. pag. 188.).

989 et 990. — Raymond , comte de Carcassonne , en partie, restitue à l'abbaye de Saint-Hilaire un aleu en Roussillon (Histoire générale de Languedoc. T. II. édit. in-fol. Preuve cxxxi. col. 151. Archives de l'abbaye de Saint-Hilaire.).

— » Annis n et ni. régnante Ugone rege , Regimundus cornes , filius ArnaKli comitis , restituit Bcnedicto abbati S. Hilarij in pago Carcassensi, alodem S. Stephani de Nidolarias, in comitatu Rossilionense , etc. »

994. — Garsindc , fille aînée et héritière de Guillaume vicomte de Beziers , épouse en premières noces , Raymond fils aîné de Roger I" comlc de Carcassonne , et porte dans sa maison les deux vicomtez de Beziers et d'Agile (Histoire générale de Languedoc. L. xm. 16. et T. II. édit. in-fol. Notes, xxn. p.ng. 574. n" 10.).

Même année (circà) : anno vu», régnante Hugone rege. — Acte d'échange d'un aleu dans la vicomte de Carcassonne , entre Roger comte, et son épouse Adalaïs comtesse. — v. Cartulaire de Carcassonne : T. IV. pag. 3 : Atguesvives. texte.

1001 et 1002 (cirrà) :régnante Rodberto rege. Actes (deux) de donation à l'abbaye de Lezat, par Roger comte de Carcassonne, et Aladaïcc sa femme (Histoire générale de Languedoc, édit. in-fol. T. II. Preuve cxxxvi. col. 157.).

— « Appropinquanle elenim raundi termino.... Sigf. Rodgario comité et uxori suae Aladaïcia.... sigf Raymundo , sigf Bernardo , sig. Pétrone , etc. »

1002. Plaid tenu à Carcatsonne , sur la convocation du comte Roger. Anciens vicomtes de cette ville. — « Arnaud , vicomte de Carcassonne, qui aroit succédé depuis peu , dans cette vicomte , h Radulf son père , et qui étoit sans doute petit-fils d'Amclius , vicomtede la même ville en 961 , s'étant laissé persuader que les biens que Roger I comte de Carcassonne , avoit donnés à l'abbaye de SaintHilaire en 981 (v. ci-dessus), en action de grâces de la victoire remportée sur Oliba Cabreta , appartenoient à la vicomté de Carcassonne, s'en saisit sans autre formalité. L'abbé et les religieux de Saint-Hilaire portèrent plainte au comte Roger, de qui il les avoienl reçus, 'et citèrent le Vicomte au tribunal du Comte , au mois de septembre de la vi"" année du Roi Robert, c'est-à-dire de l'an lOOi. Roger, qui étoil sur son départ pour un nouveau voyage de Rome, ordonna qu'on leur rendit justice. En conséquence, un Plaid , ou assistoient entre autres personnes notables, la comtesse Adelalce cl son fllsRegimund (Raymond), fut tenu a Carcassonne, après le départ du comte Roger, et condamna Arnaud a restituer les biens qu'il avoit usurpez. — Il ne parolt pas qu'Arnaud ail laissé aucune postérité, et il y a lieu de croire qu'après sa mort la vicomlé de Carcassonne fut unie au comté de cette ville [Histoire générale de Languedoc. L. zill. il). — v. ci-dessus : Saiht-hilairr - Abbaye, pag 05. texte de l'acte.

Même année feircà ). ( I ) — Testament de Roger I, eomte de Carcassonne, par lequel il donne la comté de Carcassonne à Raimond son (ils, et fait diverses dispositions de ses biens (Histoire générale de Lanijuedoc. T. II. édit. in-fol. Preuve cxxxviu. col. 159. original.— Marca : Histoire de Béarn. pag. 708.— Catel : Mémoires de VHistoirc île Languedoc. p.G27.— Gallia christiana. T. VI. Instrumenta Eccleùœ Nurlionensis. col. 20. sous la date erronée de IHO cireâ.— P. Bouges: Histoire de Carcassonne. Preuve xx. p. 522.—Cros-matrevieille: Histoire du Comté et de lu Vicomté de Cnrcnstonne. Documens. xxxv. p. 42). — v. Histoire générule de Lan* guedoc. L. xiit. 42 et 49. où l'on trouve, sous forme d'analyse, la traduction libre du testament du comte Roger.

< Ego Rogerius cornes facio brevem divisionalem inlerfi- maneant ad fîlio meo Raimundo Et ipsam medietatem de

lios meos Raimundo et Bernardo. Ad Raimundo filio. meo dono civitatem Carcassonnm , cum ipso comitatu Carcassense,-exceptas ipsas abadias quae ego dono filio meo Pétrone, sicut conventum est inter maire sua Adalaïs et te Raimundo. Et dono ad ipsum Raimundum filium meum Redas castellum cum suo comilatu, ipsam meam partem; excepta ipsa mea parte de ipsas abadias quae ego dono ad Pelrone filio meo , et excepto ipso alode quae ego acaplavi in ipso comitatu Redense , quos ego dono a domino Deo , et ad Sanctis suis, propter remedium aniraae mess. Et dono ad ipsum Raimundum ipsa conveuienlia de comitatu Redense, quae ego habeo cum fratre meo Odone comité , et cum (ilio suo Arnaldo. Et si Odo moritur et (ilio suo Arnaldo , remaneat ad te Raimundo ipsa convenientia de ipso comitatu. Et alia couvenientia quae babeo cum fratre meo Odone et filio suo Arnaldo, de Cairocurbo cum Cairocurbense, remaneat ad ipsum Raimundum ; et alia convenientia quae ego habeo cum fratre meo Odone do Colhia castello et de Coliense , remaneat similiter ad filium meum Raimundum. Et ipso castello quem dicunt Sexago cum ipsa castlania, et cum ipsas vigarias quae ad ipsum castellum pertinent, et cum ipsos alodes sicut Arnaldus pater meus ibi tetiebat per ipsum castellum , remaneat ad Raimundum,exceptas ipsas abadias qute ego dono ad filium meum Petroncm. Et ipsos alodes de comitatu Tolosano qui fuerunt de Bernardo Rufib , quœ Raimundus vicecomes tenet per me Rogerio et per te Raimundo, remaneant ad te filio meo Raimundo. Et ipso castello quae nommant Sancta Gavella, cum ipsos alodes qui ad ipsum castellum pertinent, re-

Bulbastreso ( Volvestre), et ipsa tertia parte de comitatu Convenico . remaneat ad te filio. Et ipsa mea parte de castello Minerba, quae Rainardus vicecomes mihi donavit ad mortem suam , cum ipsa terra quae ad ipso castello pertinet, et ipsos alodes quae habeo in Narbonense , remaneat ad Raimundo filio meo : exceptos ipsos alodes qua? ego dono ad Deum omnipotentem et Sanctis, propter remedium animas meae. Et ipsa abadia de Caunas , et ipsa abadia de Varnasona ( Bernassone) remaneat ad filio meo Raimundo. Et ipsa vigaria de Savaiteuse , post obitum Adalaïs, remaneat ad Bernardo lilio meo, si illc non lo forsa, et si o forsa , et emendare o voluerit, ipsa convenientia de Savartensc et de C'aslellopendente , quœ ego habui ab Odone fratre meo et Arnaldo filio suo , post obitum illorum , remaneat ad Bernardo filio meo. Dono ipsum comitatu de Cosoragno [Conserans) cum ipso episcopatu , et cum ipsa medietate de Bolbaslreso, et ipso castello de Fuxo en m ipsa terra Fuxense, dono Adalaïs uxor mea et Bernardo filio meo insimul. Et Dnlmazanense et Podanagenso et Agarnagense, et medietatem de toto bosco Bolbonae quae est inter flumen de Ercio et flumen Aregiœ, dono ad Bernardo filio meo , cum ipsos alodes quœ ego ilù habeo; exceptas ipsas abadias et ipsas eeclesias, quae ego dono ad filio meo Pétrone; et exceptos ipsos alodes quœ ego dono ad Domino Deo et Sanctis suis, propter remedium anima; meae: et exceptos ipsos alodes Escocia et Avesago , quae ego dono ad conjugem meam Adalaïs mater vestra , sicut superiùs scriptum est. Sic liabeat firmitatem ista scriptura si ego Rogerius non hoc desl'aciam, si ego non hoc camvio cum meo

(I) Catel a donné le premier ce testament, qui est daté dans son Histoire, du 22 mars de l'an 1062 , sous le régne de Henri roi de France : mais il est certain que cette date est fausse, et qu'elle a été ajoutée par quelque copiste Ignorant.... L'original... des archives de la maison de Foix (Bibliothèque Colbert. aujourd'hui Bibliothèque imp. de Paris) n'a aucune date ( Histoire générale de Languedoc. T. II. édit. in-fol. Note xxil. n" 6. pag. 582).— Nous ajouterons que les versions qui reproduisent la date de 1062 y ajoutent des signatures finales de cette dernière époque , qui paraissent indiquer la date et la certification de la copie.

gradicnte aniuio. Ista omnia suprà scripta teneal Adalaïs uxor Vendere nec alienare licentiaru unus habeat, nisi unius ad mea in badlia quantum ipsa volucrit, sicut superiùs scriplum alium. Et si infantes non habuerint de Jegitimo matrimonio , es!, sic liabeat firmilatem ; in tali vero ratione ut dum ilii vi- remaneat ipsa hœreditate ad ipsos fratres qui vivi erunt. Ista vuiit teneant et possideant; si infantes habuerint de Jegitimo scriptura Rogerius cornes manu sua fîrmavit. » matrimonio, similiter teneant in ballia ilti qui vivi erunt.

Ï010 , Novembre 18. — Pierre de Carcassonne , est évèque de Girone, à cette date [Marca Hispanica. col. 914. et seqq.).

1011, Avril 13 : anno xv. régnante Roberto rege. — Donation à l'abbaye de Saint-Hilaire , par Roger comte (de Carcassonne), et Adalaïzis son épouse , d'un aleu au voisinage du bourg (vico) de Limoux, avec la part qu'y avait eu Oddo comte, son frère. — v. ci-dessus : Saint-hilaire - Abbaye, pag. GG. texte.

— « douatores sumus... pro anima fratis mei Oddoni comitis et pro filio nostro Regimundo comité... Sigf Bernardus

et dominus Pelrus incliti comités , qui consentienles fuimus et firmavimus... »

1012 (ci'rcà). — On assure que Roger I, comte de Carcassonne , et Adélaïde sa femme, firent une donation en 1012 , du lieu de Berme, à l'abbaye de Sainl-Volusien , de Foii. (t) Ils vécurent donc jusqu'à cette année. Comme on ne trouve plus depuis aucun monument où il soit parlé ni de l'un ni de l'autre , et que Roger étoit déjà grand en 940 (v. ci-dessus : pag. 332), c'est une preuve qu'il iffourut bientôt après cette dernière donation. On croit qu'il fut inhumé , avec Adélaïde sa femme, dans l'abbaye de Saint-Hilaire, envers lequel il avoil toujours eu une dévotion singulière (Histoire générale de Languedoc. L. xill. 50.).

— A son retour de Rome, Roger reprit les rénes du gouvernement de la province de Carcassonne; mais bientôt après, il partagea entre ses enfans, les villes et les domaines qui devaient former sa succession, en telle sorte qu'ils portèrent, de son vivant, le titre de comtes ( v. ci-dessus : ad ann. 1011 ). Roger mourut en l'an 1012 de J.-C., et fut enseveli dans l'abbaye de Saint-IIîlairc, où la comtesse Adalaïs voulut avoir une place à côté de son époux. Leurs enfants élevèrent à leur mémoire un riche mausolée , qui fut renversé pendant les guerres religieuses du 16°" siècle. On a vu que Roger parvint à une extrême vieillesse; cette circonstance nous détermine à imiter les rédacteurs de la plupart des chartes qui concernent ses descendaus, en le désignant désormais sous le nom de Roger le Vieux. — Roger fut le fondateur de trois monuments remarquables: le Palais épiscopal, le Château des comtes , et la cathédrale de Saiul-Nazaire ( CrosMayrevieille : Histoire du Comté de Carcassonne. pag. 191 et 191.).

— « M. Cros-Mayrevieille ( ut suprà. pag. 194) dit que Roger I" avait émis une monnaie; mais aucune pièce portant son nom n'a pu encore être trouvée ( Gavuacd De Saist-benoït : Recherches sur les Monnaies des Comtes de Carcassonne, etc. dans les mémoires de la Société des Arts et Sciences de Carcassonne. T. II. pag. 144.).

RAYMOND.

• Raymond , fils aîné de Roger 1 comte de Carcassonne, avoit déjà eu ce comté en partage , mais il n'en jouit pas longtemps, puisqu'il mourut quelque temps avant son père ou du moins qu'il lui survécut fort peu. De sa femme Garsinde , héritière des vicomtez de Beziers et d'Agde, il laissa deux fils en bas-âge, Guillaume et Pierre (Histoire générale de Languedoc. L. xm. 56).

Monnaies de Raimond : — « Les Auteurs de Y Art de vérifier les Dates n'admettent point Raimond parmi les comtes de Carcassonne , lorsque tous les auteurs qui se sont occupés de cette histoire l'admettent. J'ai suivi l'exemple de ces derniers, avec d'autant plus de raison , qu'il existe deux monnaies de ce Raimond , dont voici la description:

1" Autour d'une croix à brandies égales on lit RAMAHDO; revers : CARASOHA, et dans le champ & . — Cette pièce vient d'être publiée par Fillon, dans ses Eludes numismatiques. Il l'attribue à Raimond Bércnger , comte de Barcelone et de Carcassonne... — v. pi. I. n° 4.

2" DAMAIH30 , autour d'une croix à branches égales, cantonnée de quatre bosans, dans un cercle en grenetis. Revers: CARASOHA , et dans le champ , au centre , un annelel environné de trois I, qui, comme trois rayons, divisent ce champ eu trois parties égales. Ces trois I sont séparés par trois points; le tout dans un cercle de grenetis. Denier d'argent pesant 1 gramme 15 c. ( v. pl. I. n" 4 bis. — Musée de Carcassonne.).

Le style des lettres de la légende Ramvndo parait plus moderne que celui de la légende Carasona du revers; ce qui me confirme dans l'opinion déjà émise, qu'il a existé des monnaies de Roger Ier le Vieux, qu'on n'a pas encore trouvées , et que la légende Carasona n'en est que l'imitation ( Gavraud De St-bbnoit: Recherches sur les Monnaies des Comtes et Vicomtes de Carcassonne, etc.; dans les Mémoires de la Société des Arts et Sciences de Carcassonne. T. II. pag. 145.).

[ocr errors]

PIERRE RAIMOND (1012 à 1060).

■ Raymond , fils de Roger le Vieux , laissa deux enfans, Pierre Raymond et Guillaume Raymond, qu'il avait eu de son mariage avec Garsinde. Ils prirent chacun une part du comté de Carcassonne. Le premier (Pierre) eut en outre les vicomtes de Beziers et d'/\gde ; la plus grande partie des aïeux appartenant à la succession de Roger le Vieux échut au second. Pierre Raymond se maria avec Rangarde de la Marche , soeur d'Almodis, épouse de Raymond Bércnger I, comte de Barcelonne , et petit-fils d'Ermessinde. 11 en eut (entre autres enfants), Roger III (ci-après : p. 239), et Ermengarde. Pierre Raymond fit un pèlerinage à St-Jacques de Galice; c'est la seule circonstance de sa vie que l'on connaisse. L'époque de sa mort est incertaine; on peut la supposer antérieure à l'année 1061. Il légua sa part du comté de Carcassonne à son fils Roger , qu'il plaça sous la tutelle de sa mère Rangarde • (cros-maïrevieille : Histoire du Comté de Carcassonne. pag. 208.).

Pierre, évéquede Girone, comte en parue de Carcassonne , troisième fils de Roger le Vieux.

Pierre , évèque de Gironne , possédait à peu près la moitié du comté de Carcassonne : nous le plaçons néanmoins, pour ordre, sous la rubrique de Pierre Raimond , son neveu , dont il fut le contemporain et peut-être le tuteur, afin de conserver la clarté nécessaire à la succession héréditaire des comtes de Carcassonne , telle qu'elle est généralement adoptée. Le môme ordre sera suivi ultérieurement dans les cas analogues. — v. sur Pierre , évôque de Gironne : Histoire ycnéralc de Languedoc. L. xm. 81. — et Cros-matrevieille : Histoire du Comte de Carcassonne pag. 20G.

An 1027. — Donation de l'aleu de Ventenac, par Pierre évèque de Girone, fils de Roger le Vieux , au monastère de SaintJean de Mallast (Montolieu) pour satisfaire aux prescription du comte Roger I son père , et d'Adalaïs comtesse, sa mère. — v. Cartulaire de Carcassonne. T. I. pag. 2'ii : Ve.ntenac-cabardès. texte.

1054. — Accord et partage entre Pierre évôque de Gironne , et Roger l comte de Fois , son neveu , de diverses portions de l'héritage de leur famille , entre lesquelles la ville , le comté et l'évéché de Carcassonne (Histoire générale de Languedoc. T. II. édit. in-fol. Preuve Clxx. col. 189. Hôtel de ville de Foix. — CrosMayrevieille : Histoire du Comté de Carcassonne. Documens. xxxvn. pag. 46.).

« Hic est brevis, rememoralionis de ipsa convenientia, vel divisionc quEe fecit Petrus epi.scopus cum Rodgario nepote suo, de sua honore Pétrone episcopo et de honore Rodgario nepote suo. In primis.ipsa civitate Carcassona cum ipso comitatu de Carcassense et cum ipsos alodes comitalcs, et cum ipsa honore de ipso comitatu, mittit Petrus episcopus ad vna parte , exceplo ipso episcopatu de Carcassona et excepta ipsa honore de ipso episcopatu, quœ ad ipsum episcopatum pertinent , et excepto ipsa sua sala de Pétrone episcopo , quee est in ciuilate Carcassona, cum ipsas cambras et cum ipsas coginas, et cum ipsas marscalcias , et cum apenditijs, vel agacencijs suis, et cum ipsa ecclcsia de sancto Marcello , et ipsa honore quœ ad ipsa capella pertinct, et excepto suo camarario Salbrone et filios suos cum illorum honore , et excepto Stephano dispeusatore suo et filios suos cum illorum honore , et retinet ibi Petrus episcopus suo senescalco , cum suo botlario Guillelmo Galtario et Amelio Poncione , et excepto ipso alode de Prexano , et ipso alode de Burcafols , et exceplo ipsas abadias qui suut in ipso comitatu Carcassense , cum illorum honore quas ad ipsas abadias pertinent. Hoc non misit Petrus in diuisiono. Et ad ipsum qui habuerit Carcassona , ant Petrus aut Rodgarius , pro isla divisione , habeat ipso alodo de Sancto Godrici, cum ipsa ecclcsia et cum ipsa honore quse ad ipso alode pertinet. Similiter ipso alode de Bexed (La Becède). Similiter ipso castello de Cula (Queil?), cum ipsa terra de Cules et cum ipsa honore quse ad ipsum castel

lum pertinet; excepto ipsa abbadia de Caunis , cum ipsa honore quse ad ipsa abbadia pertinct. Et ad ipsum qui habuerit Carcassona per ista diuisione habeat ipsum alodem de Piarlas et de Canuecas (aliàs Canurcas), et ad ipsum alodem de Viveir (aliàs Vivcris) , et ipsa dominigadura quae Petrus episcopus habet in Dunes , excepto castello de Duno : et ad ipsa parte de Carcassona sia ipsum alodem de Vernala et de Galag, et de Vilanova , et de Scoca, cum ipsas ecclesias , totum et ab integrum ; et ipsa medietate de ipso bosc de Bulbona, excepto ipso pasquario do Sancto At.tonino , et ipsa terra de Arganages ( Graijnaijues'i) qui es de Bolbona « en la ves ères « sial comitivi da quel qui tenra Carcassona », et ipso castello de Saixag « sia daquel qui tenra Carcassona »; et ad ipsum t qui aura Carcassona > , per ista divisione « sia lo corcitivi sens de Vatz », et de Coica (al. d'Escossa), et de Veruiola, et de Gullaxct [al. de Galax ), et do Villanova : excepto ipsa honore de ipso Episcopatu do Tolosa , et excepto ipsa honore de ipsas abbadias. Hoc quod superius scriptum est < quais que o aga » , per ista divisione , aut Petrus aut Rodgerius , sicut superiùs scriptum est, teneat in vita sua, et qualis de illos ambos alio supervisent remancat ad illum : in tali verô conveutu, quod si Petrus primus mortuus fuerit autequam Rodgarius, remancat ista omnia supra scripta ad Rodgario , sicut Bcrnardus pater eius divisit illum : et si Rodgarius mortuus fuerit antequam Petrus , remaneat ista omnia suprascripta a Pétrone ; in taie conuentu quod si Rotgarius habetinfantem de légitima muliere , remaneat in batlia Pétrone episcopo cum sua honore; et si non habet infanlem de légitima muliere, remaneat ad Petronem episcopum ista omnia suprascripta. Et ipsas vicarias de Tindranes et de Olmes, de Bolbona « en ça et de Banchet en là » , cum ipso comitivo, remaneat ad illum < qui tenra Carcassona », per ista divisione suprascripta.

« Et in alia parte mittit Petrus episcopus ipsum castrum de Fox et ipsum castrum quie dicunt Castelpendt, et ipsum de Rocamaura, et ipsum castrum de Lordad, ipsam partem quse Rodgarius ibi habet et ipsas vicarias et ipso comitivi, et ipsa dominigaduras comitales quae Petrus episcopus et Rodgarius cornes haïrent de Pimaurent et de Mai tinala, « cntro ad Arrestad et entro a la Genesto »; et in aliam parlem « entro a Saurad et entro a Sancta Maria en Tiamasaquas, de Bolbona en ça ves Aregia. » Hoc quod superiùs scriptum est * sia daquel qui aura Fox », per ista divisione , exccpto ipsa abbadia de Fox et ipsa abbadia de Fredalez , et ipsa abbadia de Azil { Mas-cf.izil) , cum illorum honores quse ad ipsas abbadias pertinent. Et cxcepto ipso habere de Val Aguleira qui fuit Arnal Ademar ; et excepto ipso bavere qui fuit Senfrad , Raimund de Celas. Et ipsa alia medietatc de ipso bosc de Bol

bona « sia daquel qui tenra Fox » , excepto ipso pasquario de Sancto Antonino , et ipso comitivo de ipso Bancel, « qui es entre Lurag et Casalmarca , cntro ad Arezia, sia daquel qui tenra Fox », excepto ipsa honore de ipso episcopato et de ipsas abadias.

Hoc quod superiùs scriptum est, * qualsque o âge », per ista divisione , aut Petrus aut Rodgarius , sicut superiùs scriptum teneat in vita sua : et quahs de illos ambos alio supervixerit, remaneat ad alium: in tali vero convenlu , quod si Petrus primus mortuus fuerit antequam Rodgarius remaneat, ista omnia suprascripta a Rodgarius, sicut Bernardus pater eius divisit illum: et si Rodgarius mortuus fuerit antequam Pelrus , remaneat ista omnia suprascripta a Pe trône: in taie conuentu quod si Rodgarius habet infantem de légitima muliere remaneat a batlia Pétrone episcopo cum sua honore: et si non habet infantem de légitima muliere remaneat ad Pétrone episcopum, ista omnia supra dicta. Et de Savardu « tro a Justared da Roiga en là, et de Justared tro en Bolbestres , sia daquel qui tenra Fox », per ista divisione suprascripta , et ad ipsum « qui aura Fox » per ista divisione , non sia lo comtivis scu de Vais,ne d'Escosca, ne de Verniola, ne de Galax , ne de Vilanova. »

Sans date (1034). — Acte de serment de fidélité, par Roger comte de Foix , fils de Garsende , à Pierre , fils d'Adalaïs (évêque de Girone), son oncle , comme homme-lige à son seigneur, pour certaines villes et forteresses énumérées dans l'acte (D. Marteïsne: Thésaurus Anecdotorum. T. I. col. 250.— Histoire générale de Lanijuedoc. T. II. édit. in-fol. Preuve Clxxi. col. 11)0. Cartulaire de Foix.—>P. Bouges : Histoire de Carcassoime. pag. 527. — Cros-mayrevieille : Histoire du comté de Carcasssonne. Documens. xxxvni. pag. 48.)

» De ista hora in antea no deceberc ego Rotgarius filins cassona, neque de ipsa terra qune ad ipsum episcopatum perGarsen , te Pétrone episcopo , filio Adalaïz , de tua vita , nec de tua membra... neque de ipsa ciuitate Carcassona de tua parte, neque de ipsis forteseis... neque de ipso caslcllo d'Arsen... De ipsa hora in antea no decebra Rotgarius suprascriptus , Pétrone suprascripto , de ipso episcopatu de Car

— Acte du môme au même , contenant serment de fidélité énumérées dans l'acte, savoir : Foix, Castelpenent, Castel-Duno, Chercob , Barcla , •civitate quain dicunt Carcassona » , Sexac (ut suprà).

Ces deux actes , pour l'exécution de l'accord et partage de 1034 , varient dans leurs énumérations. — v. ci-après : ad ann iOtô. pag. 239.

Monnaies de Pierre de Carcassonne, évêque de Girone.— «Nous avons de lui un denier, qui offre au droit une croix à branches

tinent, neque de ipsa abbadia tv Johannis de Valsiger (Montolieu )... neque de ipsa abbadia Varnassona... neque de ipsa abbadia de S. Stephano de Cabardès... neque de ipsa abbadia S. Pétri de Caunas... neque de ipsa abbadia S. Marias la Crassa... neque de ipsa abbadia de S Ilario , etc.

(sans hommage) pour certains châteaux, villes et forteresses

égales , et pour légende . PETRVS EPIrt, entre grenetis. Revers: CARCASOHA, et dans le champ dans un cercle eu grenetis. v. pl. I. n° 5 ». — Duby et M. Lelewel, qui ont public cette pièce , l'attribuent à des évèques de Carcassonne, du nom de Pierre; leur méprise provient de ce qu'ils n'ont pas pris garde que Pierre, évêque de Gironnc, était aussi comte (en partie) de Carcassonne (gaykaud De Saint-benoît : Recherches sur les Monnaies des Comtes de Carcassonne, etc., dans les moires da la Société des Arts et Sciences de Carcassonne. T II. pag. 147.). Les auteurs de l'Histoire générale de Languedoc fixent la mort de Pierre évêque de Gironnc , à l'an 10S0 (L. xiv. 19.).

103G (rircà). Partage entre Guillaume et Pierre, fils de Raymond, chacun comte en partie de Carcassonne, après la mort de Garsindo , leur mère (Histoire générale de Languedoc. L. xm. 94.),

— Acte du serment prêté par Guillaume (Willermus), fils de Garsende , à Pierre (Pétrone) , son frère , pour les comtés deBeziers et d'Agile , attribués au dit Guillaume (ut suprà. Preuve Clxxvii. du T. II. édit. in-fol. col. 198. Cartulaire de Foix.).

— Promesse de paix et protection par Guillaume comte (de Carcassonne), fils de Garsende, à Bérenger vicomte (de Narbonne), fils de Ricarde vicomtesse (ut suprà. Preuve Clxxviii. col. 199. Vigucrie de Narbonne.).

1043. — Pierre Raimond, comte en partie de Carcassonne et vicomte de Beziers et d'Agde, va en pèlerinage à Saint-Jacques, en Galice (ut suprà. L. xiv. 13.).

..... ni kal. Oct. — Donation par Pierre Raimond comte, à l'Eglise de Saint-Nazaire du siège de Beziers, d'une maison située sous lad. église (ut suprà. Preuve Cdxxxvih. T. II. col. 209. Cartulaire de la Cathédrale de Beziers). — v. ci-après : ad ann. 106i. pag. 240.

1045 (circà). — Nous ignorons l'époque de la mort de Guillaume , frère de Pierre I Raymond , tous deux comtes en partie de Carcassonne. Nous sçavons seulement que Guillaume laissa trois fils : Raymond, Pierre et Bernard, lesquels lui succédèrent dans sa portion du même comté. Le premier donna en fief, à Pierre comte (évêque de Gironne), son oncle, le village de Magrie , dans le Rasez (Histoire générale de Languedoc. T. II. Preuve excv. col. 216 ), pour en jouir pendant sa vie (ut suprà. L. xiv. 14). — v. ci-après : ad ann. 1068. vi. kal. Jhnuarij. pag. 245.

— M. Barthélémy (Manuel de Numismatique moderne : article Carcassonne ) cite, comme ayant frappé monnaie, Raymond fils de Guillaume , comte en partie de Carcassonne, de 1034 à 1059 , qui mourut sans enfans , laissant ses biens à ses deux frères •.

1046 : xvi. kal. Aprilis. — Délaissement par Garsinde vicomtesse de Narbonne , à Pierre comte de Carcassonne , de divers châteaux et aleus dans le diocèse d'Agde , qui avaient appartenus à Guillaume vicomte , frère de Pierre Raymond ( Histoire nérale de Languedoc, édit. in-fol. Preuve cxcxii. du t. II. col. 213.).

1050 [cirjà ). — Roger I" du nom , comte de Foix, neveu de Pierre, évéque de Gironne , recueille la succession de ce dernier, suivant les conventions qu'ils avaient laites ensemble ( v. ci-dessus : ad ann. 1031. pag. 237), et entre ilcs-lora en possession d'une nouvelle partie du comté de Carcassonne ( «J suprà. L. IIV. 19). — v. ci-après : ad ann. 10G3 (circà). pag. 2i0.

1054 , nonas Martii. — Donation par Pierre Raymond, comte de Carcassonne, sa femme Rangarde , son fils Roger et ses filles , à la Cathédrale de Saint-Nazaire de Beziers , de l'abbaye de Saint-Gcniez proche la mer , pour le prix de 600 sols Toulousains (Marca Hispanica. Appendix. pag. 1100. Cartulaire de l'Eglise de Beziers. — Histoire générale de Languedoc. T. II. édit. in-fol. Preuve cciv. col. 226.). • t

— « Nous ne trouvons plus rien dans la suite, du comte Pierre Raymond , qui sans doule ne survécut pas long-temps, et qui mourut certainement avanl l'an 1001 » ( Histoire yénêrale de Languedoc. L. xiv. 3i.).

— « L'époque de la mort de Pierre Raimond est incertaine : on peut la supposer antérieure à l'an 1001 > (cros-mayrevieillk : Histoire du Comte de Carcassonne. pag. 208 ).

ROGER II [I de Foix]. (1012-1064).

Fils puiné de Bernard , deuxième fils de Roger le Vieux , Roger II succéda a son père dans une portion du Carcassez et de la terre de Foix. L'an 1050, ayant recueilli, par la mort de Pierre évôque de Gironne , son oncle , suivant le traité fait entre eux en 1034 , la portion du domaine de Foix qu'il no possédoit pas encore , il érigea le pays de Foix en comté. Roger mourut en 1064 , sans laisser d'enfans de son épouse Amyca (Art de vérifier les Dates). v. ci-dessus : ad ann. 1030. et ci-après : ad ann. 1063. pag. 240.

— M. Gayriiud de Saint-Benoit (Recherches sur les Monnaies des Comtes de Carcassonne. pag. 149), énonce qu'il possède deux deniers d'argent, portant au droit f Petrvs , et au revers f Rodger ( v. pl. I. n* 6 et 7 ), qu'il attribue au gouvernement simultané à Carcassonne , de Pierre Raymond , et de Roger II (1" comte de Foix) , cousin de Pierre Raymond , et lui aussi comte en partie de Carcassonne , qui en effet paraissent avoir gouverné ensemble le comté de Carcassonne. Ces deux pièces ne portent point de nom de ville. M. G. de Saint-Benoit expose ses motifs pour déterminer son attribution.

ROGER III (an 1059 circà.- 1067).

Roger III, fils de Pierre Raymond et de Rangarde, étant fort jeune à la mort de son père, demeura quelques années sous la tutelle de sa mère ; mais il paroit qu'il gouvernoit par lui-même en 1064. Il ne vécut pas beaucoup au-delà , car il étoit mortau commencement de 1067. Comme il n'avoit point eu d'enfans de Sybille son épouse , il fit sa principale héritière Ermengarde sa sœur, épouse de Raymond Bernard , vicomte d'Alby et de Nîmes • (Art de vérifier les Dates).

1059 [circà). — Promesse d'alliance de Raymond II comte (de Rasez) , fils de Beliarde , à Rangarde comtesse (de Carcassonne), fille d'Amélie , pour les villes de Beziers, Agde , Carcassonne et autres {Histoire générale de Languedoc. T. II. édit. in-fol. Preuve ccx. col. 231 Cartulaire de Foix.).

106! : m. nonas Januarij. — Donation par Rangarde comtesse (de Carcassonne), veuve de Pierre Raymond; par son gendre Raymond Bernard Trencavel, vicomte d'Alby et de Nismes ; par sa fille Ermengarde, épouse de Raymond ; et par Adalaïs sœur d'Ermengarde , à l'abbaye de Sainl-Pons de Tomières , de l'aleu de Tomières , sur l'Orb (ut suprà. Preuve ccxvi. col. 240. Archives de l'Eglise de Sainl-Pons.).

1062 : x. cal. Februarij. — Donation par Roger et Raymond Batailler son frère, à Rengarde comtesse (de Carcassonne), et à Roger comte , son fils , de la moitié du château de Prouille et de deux tiers de celui de Mirepoix (ut suprà. Preuve ccxvm. 241. Cartulaire de Foix.).

1063 (circà). — Acte de l'homagc fait par Roger comte (III. de Carcassonne) , fds de Rangard , à Roger comte (II de Foix ), fils de Garsende, de la Cité de Carcassonne et de ses fortifications; et des châteaux d'Alarig , Vcntajou , Capendud , Arzencs , Cabarez , Montserrad , Puigerig , Rustiques et Couffoulens fut sunrà. Preuve, ccxui. col. 245. Carlulaire de Foix ). Extrait.

« De ista hora in antea , no decebra Rogerius cornes filius castellum quae vocant Monteserrad, ueque ipsum castellum Rangard, Rogerinm comitem filium Garseudae comilissae, de quae vocant Puigcirig, nuque ipsum castellum , neque ipsa ipsa civitale qu;« vocant Carcassona...; no l'ai tolra Rogerius fortizia quae vocant Quoi'olent.... neque ipsum Episcopatum filius Rangard , a Rogcrio comité filio Garsendae , ipsa civi- de comilatu Carcassense , neque de ipsas abbacias quae sunt tate suprascripta.... Adjutor erit Rogerius cornes lilius Ran- in comitatu Carcassense , et de ipsas honores quae ad ipsum gardée, ad Rodgarimn comitem filium Garsendae suprascrip- Episcopatum pertinent... Et do ipsas justilias de comitatu tum , de illos liomines et de ipsas feminas qui ipsa civitale Carcassense , ego Rodgarius films Rangardœ , a Rodgario Carcassona li tolran o Val devedaran... De ista hora in antea filio Garsende medietatem de ipsas justitias no t'en totrê , nol'al tolra Rodgarius cornes filius Rangardae, Rodgarium no las devedaré, elsilanai, la medietalem t'en daré, sine tuo comitem filium Garsendae, nol decebra de ipso castello quod inganno... De ista hora in antea , ego Rodgarius filius Ranvocant Saxago (Saissac), ne de ipsa terra , ne de ipsas forti- gardœ , adjutor seré, a Rodgario filio Garsendae, de lotos hozias qua? hodic ibi sunt, et in antea ibi erunt factas... neque mines et de totas lœminas, de quae tu comunir me farat, exipso castello quse vocant Ventalo , nequm ipso caslollo quae ceptum Guillelmo comité de Tolosa, et exceptum Raimundo vocant Alarig, neque ipsum castellum quae vocant Capendud, fratre suo, et exceptum Pctrone Bcrtiardo avunculo meo , et neque ipsum castellum quae vocant Arzencz , neque ipsos exceptum Rnngarda? nintre mea, et exceptum homines meos, castellos quae sunt in pic quae vocant Cabarez , neque ipsum etc....»

1064 : Api il. feria v». — Acte par lequel Roger (III ), par la grâce de Dieu comte de Carcassonne et \icomte de Beziers, avec l'adhésion de Rangarde sa mère et de Sybille son épouse, autorise l'union de l'abbaye de Saint-André , prés les murs de Beziers , avec l'abbaye de Saint-Victor de Marseille (Histoire générale de Languedoc. T. FI. édit. in-fol. Preuve ccxxiv. col. 247. — D. Maiitenîse : Collej;tio amplissima. T. I. pag. 463.). ^

1065 : xvi. Irai. Julij. Confirmation par Roger III , comte de Carcassonne et vicomte de Beziers , en faveur île la Cathédrale de Saint-Nazaire de Beziers , de la donation d'une maison que le comte Pierre , (ils de Raymond son père , avait fait à lad. église (Histoire générale de Languedoc, ut suprà. Preuve ccxw. col. 248. Cartulaire de la Cathédrale de Beziers). — v. ci-dessus: ad ann. 1015. m. Irai. Qctris. pag. 239.

— ■ Roger III, qui étoit à cette époque le chef de la maison de Carcassonne, en qualité de descendant de Raymond, fils aîné du comte Roger I", ne survécut pas longtemps à l'acte de 1065, ci-dessus, et nous verrons bientôt, qu'il était décédé en I0C7. Comme il n'avoit pas d'enfans de Sybille sa femme , il fit Ermengarde sa sœur , vicomtesse d'Alby et de Nismes , sa principale héritière (ut suprà. L. xiv. 54.).

Monnaies de Roger III (?).— 51. A. Barthélémy (Manuel de Numismatique moderne : art. Carcassomjik) attribue une monnaie à Roger III. M. Cros-Mayrerieille (Histoire du Comté de Carcassonne. pag. 209) admet aussi l'existence de monnaies au nom de ■Roger III. M. Gayraud de Soi nt-Benoit (Recherches sur les Monnaies des Comtes de Carcassonne) n'admet point de monnaies de Roger IH.

Résumé historique des diverses branches de la 2me maison de Carcassonne et des partages de ses possessions, depuis Roger le Vieux , et sous sa race (1010 à 1067). Roger le Vieux avait eu quatre enfans : Raymond , Bernard, Pierre et Ermessinde.

Raymond eut de Garsinde sa femme, héritière des comtés de Beziers et d'Agde : Pierre et Guillaume. Pierre se maria avec Rangarde , et en eut : 1° Roger, qui épousa Sybille; 2° Hermengarde , qui épousa Raymond Bernard vicomte d'Alby et de Nîmes; 3° Adélaïde , qui épousa Guillaume comte de Cerdagne; 4° Garsinde, qui épousa Raymond vicomte de Narbonne.— Guillaume eut trois enfans : Raymond , Pierre et Bernard.

Bernard , deuxième fils de Roger le Vieux , eut entre autres .enfans , un fils nommé Roger , qui eut une part du comté de Carcassonne.

Pierre, troisième fils de Roger le Vieux , fut évêque de Gironne , et laissa sa partie du comté de Carcassonne à Roger, fils de Bernard son frère , que nous venons de nommer.

Ermessinde , unique fille de Roger le Vieux , se maria avec Raimond Borrel comte de Barcelonne.

En 1012 , immédiatement après la mort de Roger le Vieux , le comté de Carcassonne appartenait en même temps: 1° à Pierre évêque de Gironne, qui mourut en 1050; 2° aux héritiers de Baymond , fils aîné de Boger le Vieux , lesquels sont : Pierre fils de Baymond , qui n'était plus comte en 10C1 , et Guillaume fils du même Baymond , qui était déjà mort en 1043.

En 1043 , les héritiers de Guillaume fils de Baymond , succèdent à leur père; tous les trois , Baymond , Pierre et Bernard , aliènent leur part, en faveur du comte de Barcelonne , en 1068.

En 1050 , Boger, fils de Bernard de Foix , est comte de Carcassonne pour une part, qu'il cède plus tard, à Hermengarde fille de Baymond.

En 1061 , Boger fils de Pierre , et petit-fils de Baymond , a déjà succédé à son père , sous la tutèle de sa mère Hermengarde.

En 1067 , Hermengarde , sœur de Boger qui précède , femme de Baymond Bernard surnommé Trencavel, vicomte d'Alby et de Nîmes , succède à son dit frère Boger. — Adélaïde, dite Sancia , autre sœur du même Boger et femme de Guillaume comte de Cerdagne , succéda aussi à son frère Boger , mais pour une part plus faible que celle d'Ermengarde (cros-mayrevieille : Histoire du Comlé de Carcassonne. pag. 211.).

 

Commenter cet article

À propos

Passionné de généalogie, d'Histoire de France, de royauté et de religion