Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
01 Nov

Cimetière Saint-Vincent à Carcassonne

Publié par basilique saint nazaire  - Catégories :  #Infos

Saint-Vincent.jpg

Presse-papiers-1-copie-1.jpg

 

 Comme au cimetière de la Cité, le cimetière Saint-Vincent possède une chapelle.

- un gracieux médaillon en albâtre par Jean Cabrol sur la tombe Bouchieu.

- Le beau drapé de marbre sur la tombe d’Augustin Cornet, gendre de Roux-Peyrusse.

- Une jeune femme jetant des roses sur un cercueil, par Alberti Di Bianco, sur la tombe des marbriers Malrieu.

- Une sculpture en pierre du Gard sur la tombe du philanthrope Vergnes.

- L’ornementation de la tombe de Joseph Marty par le sculpteur Jean Guilhem.

- Pour un jeune soldat, mort pour la France en 1914 (caveau Souillard), sa famille a fait dresser ce monument sur lequel un ouvrage en bronze le représente en buste, entouré de lauriers. Il est l’œuvre du sculpteur Paul Ducuing et fut fondue par Ferdinand Barbedienne à Paris.

- Le tombeau le plus intéressant du cimetière est sans nul doute celui du menuisier Joseph Cordes (1832-1884). Sur la stèle en grès de Villegly, en moyen relief, le sculpteur Jean Guilhem a représenté, l’atelier du maître et ses ouvriers. Il existe une possibilité (sans certitude) pour qu’il s’agisse d’un tombeau « compagnonnique » (pour plus de renseignements).


Célébrités : les incontournables...


- la famille SARRAUT


... mais aussi


- Le dessinateur et caricaturiste Pierre DANTOINE (1884-1955), qui croqua les détails de la vie de la ville, et laissa en particulier bon nombres de dessins sur la Première Guerre mondiale.

- Charles François Joseph de FOURNAS-MOUSSOULENS (1782-1848) : maire de Carcassonne en 1824, ce fidèle de Charles X fut député de l’Aude de 1824 à 1830. Son identité n’apparaît pas sur le caveau de famille.

- Pierre GERMAIN (1817-1891) : pianiste et ancien élève du Conservatoire, il devint organiste et composa de la musique religieuse ainsi que plusieurs opéras (Simon de Montfort). Il repose dans le même caveau que son beau-père, le peintre Honoré PRACHE (1799-1871), ancien élève de Gros, qui se fit connaître par ses tableaux historiques et religieux.

- Henri GOUT (1876-1953) : médecin, il se lança dans la politique et fut député de l’Aude de 1928 à 1940. Ayant voté contre les pleins pouvoirs à Pétain, il fut arrêté et incarcéré en 1942 pour ses activités dans la Résistance. Élu maire de Carcassonne à la Libération avec l’appui des communistes, il se retira en 1947.

- Jean MARTY (1838-1916) : avocat, il se lança dans le combat politique : maire de Carcassonne en 1885, député de l’Aude entre 1885 et 1898, il fut, entre 1893 et 1894, un éphémère Ministre de Commerce de l’Industrie et des Colonies, puis des Postes et Télégraphes. Républicain, il fut un antidreyfusard acharné. Avec lui repose son fils, Antoine MARTY (1866-1929), qui fut préfet (Vosges de 1891 à 1895, Ardèche en 1906, Yonne de 1909 à 1914, Vienne en 1914, Bouches du Rhône en 1918, Rhône entre 1918 et 1919). Il existe plusieurs notables de Carcassonne portant ce nom, et ils sont souvent confondus.

- Le sculpteur et architecte Isidore NELLI (1827- ?) : venu de la région de Carrare, il participa à la construction du Palais de Justice de Carcassonne. Dans le domaine du funéraire, on lui doit également le médaillon en marbre ornant la tombe d’Armand Barbès à Fourtou. Avec lui repose son fils René NELLI (1864-1934), architecte également, qui fut en particulier entrepreneur général de la basilique du Rosaire à Lourdes et explora les grottes alentours. Est venu les rejoindre le fils de Léon, René NELLI (1906-1982), poète occitan, philosophe et historien du catharisme. Il fut le spécialiste du Moyen Âge occitan, de sa métaphysique, de sa poétique et de l’amour courtois.

- Le baron Guillaume Joseph ROUX-PEYRUSSE (1776-1860), qui suivit Napoléon à l’île d’Elbe et fut nommé pendant les Cent-Jours trésorier général de la Couronne. Pendant la Restauration, le baron retourna dans sa ville natale, devint conseiller municipal puis maire de Carcassonne de 1832 à 1835, et enfin membre du conseil général de l’Aude. Sa tombe fut récemment rénovée et une plaque y fut apposée en juin 2011.

- Paul SABATIER (1854-1941) : Agrégé de physique, travaillant au Collège de France dans l’équipe Berthelot, professeur et chercheur à Toulouse, il réussit la synthèse de nombreux corps et notamment du pétrole, ce qui lui valut le prix Nobel de chimie en 1912 et l’entrée à l’Académie des Sciences.

- Guillaume TEISSIER (1779-1834), qui fut préfet de l’Aude de 1832 à sa mort prématurée, repose sous une tombe offerte par le Conseil général.

Commenter cet article

À propos

Passionné de généalogie, d'Histoire de France, de royauté et de religion