Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 Apr

Cartulaire et chronique de la Cité 5

Publié par basilique saint nazaire  - Catégories :  #Clergé de l'Aude

1461 , Mars, à Bordeaux. — Lettres du Roy Louis XI, lesquelles, conformément à celles de Charles VII, du 4 mai 1457 ; de Charles VI, du 28 mars 1407; du même Charles VI, du 5 février 1400; confirment les Lettres du duc d'Anjou lieutenant-général du Roy dans l'Aquitaine, données à Carcassonne le 28 mars 1568, concernant l'administration de la justice pour les sergens et habitans de la Cité de Carcassonne (Ordonnances des Rois de France de larace. T. XV. pag. 407.).

Même année, Mars , à Bordeaux. — Lettres du Roi Louis XI, adressées au sénéchal et au prévôt de Carcassonne , qui, d'après celles de Charles VII, du mois de mars 1445 , et de Charles VI, du 28 mars 1407 , renouvellent et confirment les privilèges des sergens et habitans de la Cité de Carcassonne (Ordonnances des Rois de France de la 3e race. T. XV. pag. 409.).

Même année , Aoust /tr.— Serement de fidélité presté à Louis XI, après le décès de Chrles septième , par les séneschal, conestable , gens d'Eglise et autres seigneurs , et par les Mortepaycs et habitans de la Cité de Carcassonne , sur la saincte hostie , en l'église Cathédrale de lad. ville (baluze. armoire m. paq. 5. n° 3. Bibliothèque impériale, mss.).

« In Domine sanctae et indiuidua? Trinitatis, Patris et Filii et rex illustrissimus in Domino christianissime obdormierit.... Spiritus sancti, Amen. Anno eiusdem Dominicse incarnatio- cnm itaque serenissimo ac christianissimo Ludovico dicto nis millesimo quaJringentesimo sexâgesimo primo , et prima quondam Dalphino Vienensj , regni Francorum gloriosi do» mensis augusti, serenissimo principe et domino nostro D. mino, a Deo constituto debeantur primogenito, neo non cuiLudouico Dei gralia Rege Francorum régnante .. Cum ita- vis aletri ; infei ius nominati Civitatis Carcassonae, caree caque paucis diebusjam decursis.Carolus septimus Francorum me ras D. nostri Régis et clavis principalioris totius linguas

Occitanae.tutissimi refugii eiusdem et omnium fidclium regnicolarum , officiarij regii et habitatores in vnimilate convergentes , hac die predicta, in ecclesia cathedrali dictae Ciuitatis , post missam S. Spirilus, vnus post alium  sub forma sequenti jurauerunt.

« Pour ce que véritablement se dit que le roy Charles septième , de bonne mémoire , est allé de vie à trépassement, à qui Dieu veuille pardonner, et soit ainsin que par disposition de chascun droit diuin et humain, costume et priuilége , la couronne de France appartient au roy Louis, son premier nay, jadis nommé Dauphin de Vionois , et chascun loyal françois doiueauoir en ce ferme propos ; et pour ce que la Cité de Carcassonne auec le chastel. est chambre royalle et singulier refuge du Roy et de ses loyaux sujets , pour icelle Cité entretenir et maintenir à plénièrc obéissance du roy Louis, noble homme messire Ramphet de Balzac, cheualier, lieutenant de noble homme messire Anthoine de Chabannes, comte de Dampmartin et sénéchal de Carcassonne , capitaine du chastel de la dite Cité , et noble homme Jean Vidal, conestable, preuost et capitaine de la dite Cité, et les dessoubz nommés, tant officiers du Roy que gens d'église, seruans de la garnison et habilans de la dite Cité , promettent et jurent sur le Corpus Domini.de garder bien et loyalement lesd.» chastel et Cité de Carcassonne jnsquesà la mort, à l'obéissance du Roy Louis et non d'autre , lequel chastel sera gardé par les gens de lad. Citté, tant de garnison que autres , auec le capitaine mis par led. messire Ramphet, lieutenant dessus nommé , et tout ce sans préjudice de prééminence appartenant aud. seneschal de Carcassonne.

o Etita promiserunt et jurauerunt dicti domini Ramftetus de Balzaco locum tenens, et nobilis Joannes Vitalis conslabularius.existentes genibtis llexis, ante majus altare ecclesiœ cathedralis B. Nazarij eiusdem Ciuitatis, étante venerabilem virum D. Jacobum Bernardi canonicum ecclesia? eiusdem , et reclorem ecclesiœ de Palajano , qui sacrum Corpus divinum quod in missa S. Spiritus ac de causa spccialiter celebrata conservaverat, in manibus suis, sedendo ante maius altare,tenebat; et post dicti juramenti prœslationem per ipsos factatn, simile juramentum prœstiterunt inferiùs nominatj , tam officiarii regij , canonici et presbiteri eiusdem ecclesiœ , quam etiam servientes gamisionis habitatoresque et incolae eiusdem Ciuitatis : primo videlicet, reuerendus magister Joannès Vineti s. theologiœ professor , inquisitor hœretieœ prauitatis in regno Franciae , coramuniter Carcassonœ residens ; egregius vir D. Antonius de Tornicio , legum professor , dominus de Serra, judex ordinarius Carcassonœ et locum tenens dicti D. senescalli; honorabilis vir Ludovicus Primart, commissus ad regimen et exercitium tesaurariœ regiœ dictée senescalliœ; venerabilis et circumspectus vir D. Joannis Borgonhonis, patronus causarum fiscalium dictœ senescalliœ; prouidus vir magister Joannes de Chaussenours , procurator regius generalis eiusdem seneschalliœ; prouidus vir D. Arnaudus Cor

niliati, legum professor eiusdem Ciuitatis, condominus loci de Villasica landa et de Cauxis ; nobilis vir D. de Villnglino , locum tenens dicti D. constabularij; prouidus vir magister Joannes Comitis contrarotulator portuum et passagiorum senescalliœ Carcassonœ ; nobilis vir Stephanus de Jourdario in decretis licentiatns dicta? Ciuitatis ; mngister Anlhonius de Malebosco , procurator incursium hœresum in sencscalliis Carcassonœ et Bellicadrj ; nobilis Pétri Costara castellanus de Anglis; D. Albertus de Capella; venerabiles viri D.D. Bartholomœus Alqueirj archidiaconus minor. Joannes Alqnerij infirmarius, Guiraudus Bonne prior de Tribus bonis. Joannes Fiqueti. Joannes de La Roche, Joannes Sa I va loris, et etiam dictas D. Jacobus Bcrnardj , canonicj dirtap ecclesiœ: necnon D.D. Bernardus de Bosco, Astorgius Bessiere , Matheus Gnseleti , Anthonius Molineirj , Johannes Rogeirj , Bnrtholomœus Marlinj , Petrus Durandj , Petrus Franciscj , Petius Petrotj , et Petrus Arnaudj, presbiterj dicta? ecclesiœ: prouidi viri magistn Bernardus Vincentij, Pontius Bellenoye.notarij regij, et Joannis Fabri alias bene procuratores anni pressentis eiusdem Ciuitatis; magister Petrus Fabri uotarius, Joannes de Clausello , Petrus Carrerie , Joannes de Prueriis, magister Petrus Faucelli notarius , magister Arnaudus Bernardi notarius , Stephanus Nardotj , Petrus Boerij , magister Joannes Meletj in decretis baccalaureus , Joannes de Deo , Hugo de Villar, Philipus Barre , magister Joannes Astorgij notarius , magister Petrus Majoris notarius , Joannes de Croso , magister Guilhelmus Gathe notarius, Petrus Malagarra, magister Joannes Lanatoris nolarius , Petrus Belane , Thomas Ferrerij , Joannes Martinj , Helias Raymundi, Guiraudus Tholosaue , Guilhelmus Chaudo , m igister Guilhelmus de Gobino notarius , Joannes Picaudi , Guiraudus Laborie , Jacobus Coleth , Stephanus Caucer, Matheus Trebon , Joannes Combas , Erneus Lenoir , Joannes Ti umdelle, Berlrandus de Ganat, Anthonius Petrus Casornas, Petrus Rogeti, Joannes Bufïerij , Joannes Matncen  Raymundus Alquerij , Bernardus Imbaudi , Joannes Pellisserij , Jordanus de Deo , Joannes de Lhiera , Joannes de Riuis , Bernardus de Riuis , Manaudus de Montealbano , Michaël Chatardj , Guillelmus Bacqueirij , Joannes Griffedi, Guilhelmus Masses junior, Petrus Carbonellj, Guilhelmus Roseirij, Bernardus Escaon, Amelius des Forges, Rauletus Petitj. Joannes Moureau , Lu douicus.Rey , magister Joannes Forneirij notarius , Stephanus Guinoneilhas , alias « lou Grand », Ludouicus Atideroarij , Joannes Chaudonne , Joannes Cauquilli, Jacobus DucJ, Joannes de Lana , Guilhelmus Claueti , Petrus de Milhas , Mardis de Coms , Carolus Mampo , Petrus Dugue , Petrus .Degonnis , magister Petrus Fontis notarius, Joannes Preederij  magister Andréas Maioris notarius, Stephanus de Blaudaco , magister Rogerius Cortejatoris notarius, magister Stephanus Fabri notarius, magister Guilhelmus Martinj notarius, Guilhelmus Guilhaumin , Joannes Godoris , Guilhelmus Noguerij , Petrus le Crieur , Petrus de Nonay, Fran

ciscus Graulus , Bertrandus Ademarij , Guillielmus Sans , infrà castrum predictura vnum capilaneum qui infrà dictum

Joannes Sarrassenj , Petrus Corberie , Antbonius Sepianj , castrum moraretur , cura duobus aliis seruiloribus, et dictum

Arnaudus Barraui, Bcrmundus Guarilij, Guillelmus de Villa, castrum custodiretur, nocte et die, per gentes dictas Ciuitatis,

Helias Joconis, Joanues Lagarda, Joannes Florj , Joannes sine prejudicio tamen preeminentiarura dicti D. scnescallj.

Marmcrij , Raymundus Deuienj , Helias Grossi , Jacobus Ideo diotus D. Kamffelus nominauit ibidem in capitaneum

Arnoletj , Joannes Sabarinj , Guilhelraus Meyne , Petrus dicti castri, supenùs nominatum Joannes Fumée , etiam lo Egidij , Amantius de Furcata, magister Tbeobaldus Critonis cum teuentem dicti D. seirescallj ; de 'cujus Joannis Fumeo notarius , Raymundus Senciry , Petrus Guinj, Guillielmus nominatione omnes superiùs nominati fuerunt contenti.—

juuenis , Arnaudus de Sallabona , magister Joannes Cretinj Acta fuerunt hœc omnià infrà dictam cathedralem ecclesiam

notarius. — De qua quidem juramenti praestatione dictus D. et ante dictum majus altare , in praesentia et testimonio egre

Ramphetus de Balzaco et dictus D. constabularius, pro se, et gij virj D. Pétri Varmerij legum professoris, nobilis et reli

dictus D. procurator regius pro se, ac dicti D.D. canonicj pro giosi viri D. Anthonij de Veyrerio monachi et prioris de

se, et dicti Procuratores dictée Ciuitatis et habitatores eius- Tarnan, et magistri Joannis Viguerie uotarij deLeucata, Ber

dem, petierunl et requisiuerunt eis et eorum cuilibet fieri et nardi de Garros subvicarij regij Limosj , et mei Jacobi Aure

retineri vnum vel plura publica instrumenta, per me notarium lij dictœ Ciuitatis Carcassonœ anthorilate regia nolarij, qui

regium infrà scriptum. — Post verô dictam prœstationem premissis omnibus interfuj et requisitus de eisdem hoc ins

ante D. de Balzaco et dictum D. constabularium régentes trumenlum recepi, et signum meuro apposui in testimonium

dictœ Ciuitatis, cum deliberatione D.D. officiariorum reg'o- premissorum » (avecson paraflej. rum , appuntatum fueral quod ipse D. de Balzaco institueret

\ 465 , Mai 24 , à Muret en Comminges. — Cession provisoire et conditionnelle faite par le roi Louis XI au comte de Foix , du chastel, ville et seigneurie de Carcassonne (Histoire générale de Languedoc. T. V. édit. in-fol. Preuvre Xl. col. 21.— Ordonnances des Rois de France de la 3' race. T. XV. pag. 669.).

 Louis XI, par des Lettres du même jour, 24 mai 1463 , avoit fait don des terres et seigneuries de Roussillon et de Cerdagne au comte de Foix , pour le dédommager de la Mérindad d'Estelle , dépendante du royaume de Navarre , auquel il devoit succéder après la mort du roi d'Aragon; mais il ne pouvoit le mettre en possession de ces terres et seigneuries : c'est ce qui le détermine à donner au comte et à la comtesse de Foix , par les Lettres ci-dessus énoncées , les Cité, chastel, ville , terre et sénéchaucée de Carcassonne. Nous voulons qu'ils en jouyssent dès-lors en avant, entièrement et paisiblement, ensemble des fruits et revenus ordinaires d'icelles, et que ils puissent pourvoir à tous les offices des dictes séneschaucées, .. .jusques à ce que nous ou les nostres leur aurons baillé et délivré , ou aux leurs , la dite Mérindad d'Estelle pour les dits comtez de Roussilhon et de Sardagne, et de Mauléon de Sole, ou que leur ayons fait payer la dicte somme de troys cens soixante et seize mille cent quatre-vingt-ung escus d'or courans et vingt-deux sols six deniers tournois, que le Roi de France a prêtés .  à celui d'Arragon , sur les terres et seigneuries de Roussillon et de Sardagne . Ces Lettres sont adressées aux gens du Parlement et des Comptes, et au sénéchal de Carcassonne. — v. Histoire générale de Languedoc. L. XXXV. 43.).

Même année , Juin 10e, à Tholose. — Lettre de commission du roy Louis XIme, adressée à Vidal de Palais escuier , conuestable de Carcassonne , aux fins qu'il se départe de sou office , charge et administration, et les baille et délaisse au comte de Foix , ou à ses commis et députez , pour le teins de deux ans prochains venans (doat. vol. CCXXI (L. VII). fol. 119. — Trésor des Archifs du Roy • Château de Foix.).

Même année , Septembre 2/ à Orthez. — Lettres de Gaston comte de Foix , par lesquelles il promet au roy de France (Louis XI) de remettre à son premier mandement, les chasteau, ville et sénéchaucée de Carcassonne, dont il luy doniioit la possession , pour luy tenir lieu des comtés de Roussillon et de Sardagne , et viscomlé de Soûle , qui deuoient estre baillés au Roy d'Aragon et de Nauarre son père , pour le Mérindat de l'Estelle , lequel deuoit estre baillé au Roy de Castillc, par l'accord faicl par le Roy de France entre les dits roys de Castille et d'Aragon, nonobstant que led. roy d'Aragon n'eust pas encore remis led. Mérindat de l'Estelle ès-mains dud. roy de Castille (doat. vol. CCVXI (L. VII). fol. 127. Trésor des Archifs du Roy : Chasteau de Foix ).

1474, Piovi tnlire 23. — Lettres du roy Louis XI, portant confirmation d'exemption de toute taille et subside pour les biens possédés par les sergens et habitons de la Cité de Carcassonne , tant dans le territoire de la Prevosté de lad. Cité que partout le Royaume, nonobstant certaines impétrations obtenues des chanceliers parles consuls et habitons du bourg de Carcassonne (doat. vol. LX1V. fol. 260. recto, et vol. LXXXIV. fol. 124. Archives du Chapitre cathédral de Carcassonne.)

c Louis, par la grâce de Dieu Roy de France, à tous ceulz qui ses présentes Letres verront salut. L'humble supplication de nos chers et bien amés les sergens de la garnison , manans et habitans de nostre Cité de Carcassonne auons reçeue, contenant que combien que par priuilége exprès par les feux roys de France nos progeniteurs, à eulz octroyés et par nous confirmés, ils soient etayent accoustumé estre francs, quites et exempts de toutes tailles, aydes, charges subuentions pour leurs biens et héritages , quelque part qu'ils soient assis, et scitués dedans notre royauime, et que des dits priuiléges tant par eulz que par leurs prédécesseurs , ils ayent iouy et vsé par si long temps qu'il n'est mémoire du contraire , ce nonobstant les consuls, manans et habitans du bourg et ville du dit lieu de Carcassonne et autres lieux circonvoisins, puis aucun peu de temps en ça , se sont perforées et perforcent contraindre ou faire contraindre yceulz suppliants ou aucun d'eulz , de payer et contribuer à nos tailles, impôts et subsides mis sus et imposés tant audit bourg de Carcassonne que autres lieux circomuoisins. pour aucuns biens et héritages que les dits supplians y tiennent et possèdent, soubz vmbre et par le moyen de certaines impétrations et prouisions par eulz obtenues à rencontre des dits suplians , tant de nos chanceliers que autrement, au moien desquels ils se sont perforcés faire faire plusieurs et diuerses rigoureuses exécutions à l'encontre des dits supliants, qui est en leur très grand grief, préjudice et domaige , et entraindre leurs dits priuiléges. qui pourroit éstre cause de la dépopulation de la dite Cité , dont se pourroit ensuir domaige irréparable pour le temps a uenir, à nous et à la chose publique , de nostre ruine , parce que c'est l'une des plus fortes places de nostre dit royauime , si prouision n'y estoit par nous donnée: Sçauoir faisons que nous, les choses dessus dites considérées, bien reconues, et acertainés de la force et scituation de la dite Cité et de la grand garde qu'y est nécessaire, pour laquelle faire paryceuls suppliants et entretenir ycelle nostre Cité en bonne seurlé en nostre obéissance , les dits priuiléges leur feurent octroyés par nos dits prédécesseurs et par nous confermés , voulons à ceste cause qu'ils en iouyssent, auons pour ces causes et considérations e' autres à ce nous mouuans , voulu . ordonné et déclaré , voulons , ordonnons et déclarons de nostre plaine puissance et authorité royal , par ces présentes , que les dits suppliants iouissent à toujoursmais des dits priuiléges, et que ensuiuant le contenu en yceulz soint doresenauant tenus francs , quittes , exempts et deschargés de toutes tailles, avdes , charges et subuentions quelconques , qui de présent ou pour le temps auenir auront court en noslre dit royauime , pour les biens et héritaiges que les dits supliants ont et pour le temps à uenir auront et posséderont en nostre dit royauime, tant dedans la preuosté et iurisdiction de la dite Cité que dehors; sans ce que pour ce leur en soit ou puisse estre demandée aucune chose , ne contraints à y contribuer , ne pour ce en estre tenus en procès , ores ne pour le temps à uenir , ne pour ce en estre molestés en corps que en biens en aucune manière. Si donnons en mandement au premier de nos amés et feaulx conseilliez en nostre court de Parlement à Thoulose , au seueschal ou connestable de Carcassonne, et à tous nos autres iusticiers et officiers.... que les dils suppliants et chacun d'eulz ils fassent, souffrent et lavssent iouir de nostre dite volonté, ordonnance et déclaration Donné à Hauberviller, le vingt troisiesme jour de nouembre, l'an de grâce mil quatre cens soisante-quatorse, et de notre règne le quatorsiesme »

1470 , Décembre W , au Plessis-les Tours.— Lettres royaux , expédiées en chancellerie , sur la plainte des gens des trois Etats de la province de Languedoc , portant que les habitans de la Cité de Carcassonne seront teneus de contribuer aux tailles , pour ceux de leurs biens situés hors de la prevosté de la dite Cité (mentionnées dans Doat. vol. LX1V. fol. 228. verso). — v. ci-après : ad nnn. 4483.

1477. — Liure des Reconnoissances de la Cité et lieux de Lader, Tresbes et Montirat , écrites en parchemin, commençant au l«r feuillet cotté 509 , le second mars 1477, et finissant par le feuillet 819 , par la Reconnoissance du 20 de mars 1477; signés par d'Aubusson. Led. liure couuert de basane noire ( Doat. vol. 253. fol. 641 ).

1478, Avril 17, à Arras. — Lettres du roy Louis XI, portant confirmation d'exemption de toute taille et subside , en faveur des sergens et habitans de la Cité de Carcassonne , à l'occasion du procès intenté aux susdits par les consuls et habitans du bourg de Carcassonne , par devant la cour du Parlement de Toulouse , à laquelle cour il est interdit d'en prendre connoissance, nonobstant toutes autres lettres ou déclarations contraires (doat. vol. LX1V. fol. 263. Archiues de l'Hostel de Ville de la Cité de Carcassonne.).

1480 , au Pless'w du Purc-les-Tours. — Lettres du roy Louis XI, adressées au Parlement de Thoulouse et au sénéchal de Carcassonne , par lesquelles il enjoint à cette cour et à cet officier , de ne point troubler les sergens et habitans de la Cité de Carcassonne , dans la jouissance de la franchise de tous subsides et impositionspour les biens qu'ils possédoient hors de la prevosté de ln dite Cité, et à raison desquels ils étoient traduits en procès devant la dite cour de Parlement, par les Consuls du bourg de Carcassonne (doat. vol. LX1V. fol. 265. Archiuesde l'Hostel de Ville de la Cité de Carcassonne.).

Ces Lettres sont la confirmation souvent textuelle des précédentes , avec quelques amplifications.

c Louts par la grâce de Dieu roy de France, à nos amés et feaulz conseilliers les gens tenant nostre court de Parlement à Tholose , au sénéchal de Carcassonne ou à son lieutenant, salut et dilection. L'humble supplication des Procureurs de nos bien amés les sergens de la garnison et autres manans et habitans de nostre Cité de Carcassonne , auons reçeue , contenant que pour les troubles et empêchemens qui leur estaient donnés et faits par les consuls, manans et habitans du bourg de Carcassonne et autres lieux circonuoisins, en la iouyssance de leurs priuiléges, affranchissemens et exemptions qu'ils ont de ne payer aucunes tailles , charges et subcides pour leurs biens et héritages, quelque pari qu'ils soient assis , contre la teneur d'iceulz priuiléges par nous confermés : Nous, pour la oster hors de procès et question, et affin qu'ils entendissent mieulx au fait de la garde de nostre dite Cité et place , et qu'ils ne feussent plus vexés ne molestés en ensuiuant leurs dits priuiléges, eussions depuis naguières, de nostre certaine sciance, plaine puissance etauthorité royal, voulu, ordonné et déclaré pour plusieurs fois , que yceulz supplians feussent tenus francs, quictes et exempts, dès-lors et pour le temps à.uenir, de toutes con'ributions des tailles, charges et subcides quelconques, pour leurs dits biens et héritaiges, quelque part qu'ils feussent assis, nonobstant tous édits ou ordonnances , par nous ou uos prédécesseurs roys de France, faits touchant la contribution de nos dites tailles, et autres nonobstances en tel cas requises , et plus à plain contenues ès Lelres et prouisions que leur auons sur ce octroyées, qui ont esté bien et deuement entérimées, et lesquelles confirmation et déclarations ont esté produites et présentées à nostre dite court de Parlement par les dits suppliants : mais ce nonobstant les dits consuls, manans et habitans de la dite ville de Carcassonne, et autres leurs circonuoicins , se sont efforcés et efforcent chacun iour , de contraindre ou faire contraindre les dits supplians à contribuer es dites tailles , aydes et subcides , pour leurs biens et héritages qu'ils tiennent hors la preuosté et iuridiction de la dite Cité ; non ayant regard les dits du Bourg à ce qu'ils tiennent et occupent les deux parties du territoire et possessoire de la dite Cité; et ont fait plusieurs diuerses et rigoureuses exécutions à rencontre des dits supplians , et sur ce les tiennent en grand procès en nostre dite court de Parlement de Tholose , et leur ont fait despendre grans sommes de deniers , à cause de quoy il sont cheus en grand poureté , etseroient encore plus s'ils estoient contraincts au dit payement de nos dites tailles , et leur conuiendroit abandonner, délaisser et entreronipre la garde de la dite Cité ; et que plus e^t soubs vmbre des certaines Lettres que les dits du Bourg

et autres disent auoir obtenues de nous ou de nostre chancellerie , adressans à nostre dite court de Parlement à Tholose , à laquelle ils les ont présentées pour les intérimer, ont obtenue d'ycelle, au mois de mars dernier passé , prouision contre les dits supplians, sans les apeller et ouïr, par laquelle a esté dit que les dits supplians payeroient et contribueroient es dites tailles et subcides, pour leurs biens ruraulz et d'encienne contribution, scitués et assis es termines du dit bourg de Carcassonne, de Tresbés et Villemoustauçou , et hors la preuosté et jurisdiction de la dite Cité, pour celle ennéee , et tout sans prèiudice des parties. Et depuis, yceulz consuls du bourg de Carcassonne, Tresbés et Villemoustauçou , non contens, par imporlunité on autrement, ont obtenu, au mois de septembre dernier passé, certain autre" prouisional en la dite court de Parlement, par lequel les dites parties ont esté appoinctées en fais contraires et en enqueste, et dit et déclaré que pendant le dit procès paieroient et contribueroient es dites tailles et subcides pour les biens ruraulx et d'ancienne contribution , qu'ils tiennent es termines et jurisdiction des dits bourgs de Carcassonne , Tresbés et Villemoustauçou, et hors la preuosté et jurisdiction de la dite Cité, en baillant caution pour partie aduerse de leur rendre et restituer ce qu'ils en auoient obtenu , si par fin de cause estoit dit qu'ils le deussent restituer, combien que les dits du Bourg, comme dit est, tiennent et occupent les deux parties du terroir et possessoire de la dite Cité : pourquoy sont contraints, jceuls supplians, en auoir ailleurs plus loing pour leur prouision; au au moyen desquels arrêts ou prouisions , les dits du Bourg , Tresbés et Villemoustauçou, se sont efforcés et efforcent, de plus en plus , faire faire plusieurs diuerses et rigoureuses exécutions à l'encontre des dits supplians , et par ce moyen les troubler et empêcher en la iouyssance de leurs dits priuiléges et déclarations , tendis du tout les mettre à destruction, afin de leur faire faire désemparer la dite Cité et garde d'ycelle, en laquelle nul n'y voulsit habiter s'il n'estoit preuilégié , attendu qu'ils n'ont autre façon de viure que de vacquer à la dite garde, qui pourroit estre redondée se ainsi estoit, outres grant griefs, prèiudice et domaige de nous et de la chose publique de tout nostre pays de Languedoc, pour ce que la dite Cité est la plus forte place et clef principale d'ycelluy pays, scituée et assise presque ès limites d'Aragon , si par nous ne leur estoit sur ce donnée prouision, humblement requérant ycelle : Pour quoy Nous, ces choses considérées , qui ne voulons les dits supplians estre troublés ou empêchés en la iouyssance de leurs dits priuiléges, franchises et exemptions, ains qu'ilz en iouyssent plainement et paisiblement à toujours , selon la forme et teneur d'iceuls et des dites déclara

lions que en auons sur ce faites, sans soufrir que aucune d'encienneté iusques aux empêchemes dessus dits, sans ce chose soit faite au contraire ; et se faite auoil esté qu'elle soit que au moyen des dits arrests et sentences ne autrement, aureparée. et mise au néant, incontinent et sans delay; à ce cun destorbier, ou empeschement leur soit et puisse estre qu'ils soient toujours plus enclins et astrains de vaquer et en- plus mis ne donné en la iouissance d'iceuls priuiléges-, Irantendre soigneusement à la garde en nostre obéissance de la chises et exemptions, pour quelque cause , occasion , et en dite Cité, qui est la plus forte place de nostre dit pays de Lan- quelque manière que ce soit. Si vous mandons et enioignons, guedoc : Pour ces causes et considérations et autres a ce nous et à chacun de vous, en commettant où il apartiendra, que mouuans , auons de nostre propre mouuement, certaine les dits supplians vous faites , soufrés , et laissés iouir sciance, grâce spécial , pleine puissance et authorité royal, et vser plainement et paisiblement , de nos présente vo

voulu et déclaré, voulons et déclarons par ces présentes, que lonté et déclaration Donné au Plessis du Parc-les-Tours,

!es dits sentences et arrests ainsy donnés par nostre dite le vingt et vniesme jour de mars, l'an de grâce mil quatre

court de Parlement, ne soient, ne puissent en riens préiu- cens quatre-vingts, et de nostre règne le vintiesme. «Sic

dicier ausdits priuiléges, franchises, libertés, exemptions signalas». Par le Roy : le bailly de Rouen et autres présens,

ainsy octroyés par nos dits prédécesseurs aux dits supplians , G. de Marie > et par nous confermés et dont ils ont iouy paysiblement et

1483. — Faicts, raisons et moyens des sergens et habitans de la Cité de Carcassonne , présentés à l'Euéque d'Alby lieutenant du Roy en Languedoc , en l'absence du Duc de Berry , pour la reuoeation de certaine ordonnance qu'il auoit rendue , quoyqu'inconpétent, à l'instance des consuls et habitans du bourg de Carcassonne , qui prétendoient assuietir les dits sergens et habitans aux impositions , contre leurs priuiléges; par laquelle le dit éuêque auoit ordonné que les exécutions commencées contre eux par les dits consuls seroient continuées; dans lesquels faits il est parlé de la situation et des fortifications de la dite Cité , qui est qualifiée Palais et Chambre du Roy et barrière principalle d'Aragon , et de la conqueste que Charlemagne en fit sur vn roy Sarrasin , s'estant opiniastré au siège nonobstant les grandes fatigues et la perte de grand nombre de personnes qualifiées , iusqu'à ce qu'il vist que les tours de la dite Cité s'inclinoient vers son armée et qu'il reconneut par ce miracle qu'elle se rendroit à luy, et qu'après l'auoir prise il la peupla de chrestiens, comme il est raporté dans sa chronique.

Auec autres faits , raisons et moyens présentés au Parlement de Tholose par les sergens et habitans de la dite Cité , contre les consuls et habitans du dit bourg de Carcassonne , pour estre maintenus en leurs exemptions et priuiléges , nonobstat des Lettres du Roy, obtenues par surprinse par les dits consuls du Bourg, du 20roe décembre 1476; dans lesquels faits il est aussi parlé de l'encienneté et de l'importance de la dite Cité , prise miraculeusement par Charlemagne sur les infidelles; de l'establissement fait par le roy sainct Louys d'un connestable ou preuost, pour exercer la justice sur les sergens de la garnison et autres habitans de la dite Cité; de cent dix sergens pour la garde et d'vn prestre pour célébrer la messe en la dite église paroissielle et prier Dieu pour le Roy et l'Estat, et pour la conseruation de la dite Cité ; et l'ordre de la garde est déduit dans les dits faits et moyens de maintenue en leurs priuiléges , dont les dits consuls et habitans de la dite Cité obtindrent depuis la confirmation par les Lettres suivantes.'

Letres du roy Charles VIIIe, où sont insérées des Letres du roy sainct Louys et d'autres roys prédécesseurs , par lesquelles il est porté entr'autres choses, que la dite Cité estoit apellée la Chambre du Roy , la clef et la maistresse des autres forteresses de la prouince de Languedoc , dans laquelle sainct Louys auoit establi vn connestable et deux cens vingt sergens pour la garde , qui feurent depuis réduits au nombre de cent dix, à chacun desquels il assigna douze deniers Parisiis par jour; que certains barons et nobles apellés « terreni Ciuitatis » estoient obligés d'y résider lorsqu'il y auroit danger éuident, pour la garder et la deffendre , et que les consuls et habitans de la dite Cité seroient exempts de toutes imposiiions , gabelles, leudes et autres subsides , et que les notaires seroient deschargés du paiement d'vn marc d'argent imposé sur tous les notaires royaux.

Les Letres du roy sainct Louis sont datées du mercredi auant la saint Jean-Baptiste 1263 ( v. ci-dessus: pag. 334. texte).

Et les Letres du roy Charles huictiesme sont du mois de nouembr' de l'Hostel de ville de la Cité de Carcassonne.).

Premiers faits. — La partie des procureurs des scrgens et ha bilans en la Cité de Carcassonne, palais et chambre de Roy , opposant et défendant a rencontre des consuls, scindics et habilans et vniuersilé du bourg de Carcassonne , actheurs et demandans, tendans les dits opposans et deflendans à toutes fins et effets qu'il soit dit par vous réuérend pèse en Dieu, trés-honoré et doublé Monseigneur l'Éuéqued'Alby, lieutenant en Languedoc du Roy noslre Sire, en l'absence de Monseigneur de Bourbonnois et d'Auvergne, Tous non estre juge compétent ne capable, parlant à toute honneur et reuérance , et bénigne supportalion de vostre réuérend paternité, de connoistre, examiner ou décider la cause dont est question entre les dites parties , ne vous cntremeslre d'ycellc comme non juge de la dite cause, ne desdites parties, fors que en prononciant et faire que dit est, et remettant les dites parties cl cause par deuant Messeigneurs le sénéchal de Carcassonne, conneslable et prcuost de la dite Cité de Carcassonne, conserualeurs et juges spéciaulx et immédiats des dites causes et parties , par vertu des dits priuiloges , ordonnances et loi royalle, ou à leurs lieutenans, autre toutefois que maistre Bertrand de Sainct-André, habitant du dit bourg, principal directeur et promoteur de cette matière,en faucur des dits consuls et parties, formelé contre la dite Cité , en reuocanl préalablement certaine telle quelle ordonnance donnée el proférée par vous réuérend pere en Dieu , sans ouïr les dits opposans et defendans, ne uoyr les dits priuiléges, par laquelle aues dit que les exécutions encommancées par les dits consuls. acteurs et demandeurs, seroient parfaites et accomplit* pour les deniers de deux années, etc., tout autrement que est contenu en j celle comme préiudiciable et conlrairanle a la loy, volonté, priuilége et puissance royale, ■ re« uerenter semper loquendo », en remetant el retournant tout à son premier estai et deu. Et à cette fin les dits procureurs de la dite Cité font autrefois prompte foy des dits priuiléges cl conseruatoire, ou du vidimus d'iceulz fait soubs secl royal; el en cas que par la teneur d'yceulz apparut aucune dubitalion ou obscurité, ce que non , que le tout soil remis et référé au Roy noslre souverain seigneur pour en ordonner h son bon plaisir, demouranl comme par ntianl les dits scrgens , manans cl habilans, quiles , francs el libéraux, el exempts de toutes aydes imposées ou à imposer pour feurs champs et possessions rustiques, ruralles et vrbaines , où qu'ils soient scitués dedans le royaume de France, iusques à ce que par le dit seigneur en soit ordonné, el à ces fins et autres, aux dits procureurs de la dite Cilé défendeurs, perlinens, ulilles , prouflitables et nécessaires , subiccles et seruanl à la matière présente que rayson donnera, et aux dits consuls demandeurs contraires et dommagiables, la partie des dits procureurs, défendeurs el opposans, sans autrement consentir en vous réuérend père en Dieu el Irés-honoré el doublé seigneur, ne en vous pour rogner aucune iuridiction, sinon comme dessus est dit, par humble remonslrance et sans reproche ou injure de personne viuent, el sans c'jarge de superflue probalion, ce qui s'ensuit:

(doat. vol. LXIV. fol. 120. Archiues

[graphic]

/>remierem»nf. Prl!tf')po,é ,a >",r,ic dTM <*•«* procureurs, la demande el intention inciuffli^' deravs°nnable des dits consuls et vniuersité du dit bourg contenant" eu"aicl 1»* par les ordonnances royaulx ja pieça fairles, tous priaifcjS^f el "on Priui'égées, sont tenus de contribuer aux tailles el subslWt* r°}'auls > pour les biens royauls et qui sont d'aucune conlributio

Item que les habilans de la dite t.ne sont a?sés et sont la plus pari notaires, gens de court et de pratique , qui ont wquis et acquirent tous les iours plusieurs grands hérélaigez et biens ruraulz , tant au dit bourg de Carcassonne, territoire et ressort d'ieduy et ailleurs , pour lesquels les deuanciers possesseurs ont tousiour attribué es dites tailles, et par ainsy iceuls de la dite Cilé sont aussj contribuables, ce que ne veulent faire soubs couleur d'aucuns priuiléges , et que a payer doiuent estre constraincts.

Item et c'est en elTait la demande des dits consuls et tout autrement que est contenu en leur dite requelle.

Item el que a leur dite inciuile requeste, pétition et demande déraisonnables, réuérend père en Dieu et trés-honoré et doublé seigneur, ne deuies aplauder , ne obtempérer , ne contraindre , corne fait aues, les habitans et sergens delà garnison de la dite Cité à payer ce que doiuent, que la volonté et loy ro;ailes considéré; que le dite requeste « per fraudem et malitiam , tacila veritate et suggesla facullale , fuil fabricata > . pour el aux fins que dessus, la partie des dits procureurs et deflendans présupposé ce qui s'en suit: Premièrement présupposé l'existence et situation de la dite Cité de Carcassonne , assise en monlaigne , et lieu éminent et hors de tout passage , et est belle et forte et bien garnie de deux belles et hauttes murailles , tours el autres édifices ; et es aucunes des dites tours à fontaine d'eau vive ou puicls, molins et fourns reddans chescune grand fourtelesse , lesquelles choses le remonslrent el difficille pour l'occuper et prandre , de laquelle par aplication pourrions dire ce que lisons île Babilnnne » virorum eius vix relatu , nec debilis firmilas ». elà la vérité et l'a bien prendre , c'est la plus accomplie place du royaulme, et peut-estre de la chrestienté.

Item présupposé qu'est notoire que la dite Cilé est située es estrémilez du royaulme et est la barrière principalle d'Aragon, duché de Guyenne , comlés de Tholose , d'Armagnac , Foix et Castres, et Languedoc, et a esté lousiours el esl « neruus dominalionibus regiao Francorum palria? presentis ».

Item est de présupposer qu'il a enuiron neuf (cents) ans, que vn roy Sarra-in nommé Ambisa l'a tenoil occupée et tint iusques à ce que le Ires-chreslien prince Charles maincs (magne), empereur de Rome et Roy (de) France « in cuius personam translalum est imperium à Grcecis in Germanos » l'a retourna cl réduit à la chrestienté.

Item et ne faut pas taire ne receller les grands mises, paincs, trauaux et doléances que il el ses gpns et son Traire la rerouvert, car il ne l'eurent poinl ne par pugne, ne par machines lapidaires , ne autres engins, ne par famine ou aucun aduisoire humain , mais mi

raculeusemenl, disant sa geste crouique et bisloire : « quando Karolus magnus cœpit Ciuilatem Carcassona.-, in captione eiusdern multa mala suslinuil et mullos viros nubiles arnisil, et tandem ibi «tetit donecdiuina polenlia inspirante vidil lurres versus exercilum iuclinari; tune cognuuit quod gralia Dei caperet illani, et procedente lempore eam cœpit et eain christianorum mullitudine populauit ».

Item que depuis « quod fuit erepta a manibus et posse inûdelium », toujours est demourée a la obéissauce et seigneurie du Roy , tans iaraais faillir, et a esté et est la clef et forteresse plus prééminente de Languedoc , dans laquelle plusieurs comtes et grands seigueurs, par le commandement du Roy, et par leurs démérites, ont esté prisonniers et captiués... par la grande forteresse et singulière garde que ce fait en tout temps, de paix et de guerre, de nuict et de jour.

Item que successiuement, le roy Louys institua et ordonna en la dite Cité vn conneslable et preuost, qui feut chef des sergens et habitans en la dite Cité , et [curent ordonnés que cent dix sergens et vn prestre pour chaîner messes et Dieu prier pour le salut du Roy et estai paisible de son royaume et especialement de la dite Cité, a quia nisi Dominus custodirrit ciuilatem frustra vigllal qni cuslodit eam >.

Item que les dits seigneurs et cent et dix sergens sont tellement occupés à la garde de la dite place.que est nécessaire que vn chacun soit deux fois la sepmaine de guet, et par ainsy, quand chacun d'iceulz a deux nuits franches pour coucher en sa maison,il faut la tierce nuict estre au guet, et lendesmain portier à la garde de la porte.

Item et par ainsi nul de la garnison peut bonnement vacquer à autre labourance , marchandise , ne autrement gaigner sa vie , sinon à garder la place....

Item et pour mieux déclarer la ordonnance et conduittede la dite garde, est de sçauoir que combien qu'il y ait en la dite Cité deux portes, toutefoix une demeure tant seulement ouuerte de iour et se ouure de grand iour, et pour la garde de la dite porte sont ordonés vingt et deux hommes.

Item pour la garde de la nuict, toujours il y a quarante hommes delà dite garnison comprins six trornpestes; les deux trompestes sont pour demeurer l'heure que le guet doit monter sur la murailbe a l'entrée de la nuict, et aussy la descendue le matin , et les quatre trompestes sont assises en les tours sur la haute murailhe, lesquels sont tenus, de Sainct-Michel iusques à Pasques , sonner quatre Tois la nuict, c'est à sçauoir à la montée du guet l'une, la seconde à environ dix heures, la tierce a la minuict, et la quarte à l'aube du iour, pour exiler et éucilher le guet et resiouir tous les babitans d'icelle Cité; et de Pasques iusques à Sainct-Michel sont tenus sonner et trompesler Irois fois la nuict sans plus, pour ce que les nuicts sont courtes.

Item que du nombre deuantdit, huict hommes demeurent entre deux murailles aux fossés, lesquels huict hommes , de deux en deux, doiuent faire douse tours.de Sainct-Michel iusques a Pasques, c'est-à-dire circuir la dite t'.ilé la nuict, saisir le guet ; et de Pasques iusques à Sainct-Michel, six tours tant seulement.

Item et sur la haute muraille a dix-huict hommes assis en neuf lieux sur lesdites murailles, de deux en deux, armés de leurs espées aptes et arbalestes garnies.

//ci» dedans la dite Cité a huict hommes d'hostauguet {al. eschauguel) , que dorment et font autant de tours sur la haute muraille que font les autres huict hommes qui sont d'eschauguet aux lisses entre deux murailles, et ceulz du guet assis sur la haute muraille doivent dire par vérité les tours que ont fait ceux des lisses, et nommer par leur nom ceux qui les ont faits.

Item que si Taillent en ce, sont arrestés, mulclés et pugnés, à l'arbitraire du dit conneslable, les délinquans ou défaillans quand à ce.

Item est vray et notoire que puis que les dits dis et huicts hommes du guet sur la hautte muraille son montés, et receus, ne sont si hardis des lieux à eux ordonnés dessendre de la ditte muraille sur peine de mourir, et c'est trouué souuantes foix que le feu estoit en la maison d'aucuns du guet establi en la dite haute muraille , mais n'en t'eurent si hardis d'en descendre pour amortir le feu et sauuer leurs biens.

Item en oultre les dits sergens et habilans sont subgets à plusieurs autres seruitutes, car comment que chacun soir de iour se retirent dedans la Cité, car la porte d'y celle se ferme de iour, et puis qu'vne fois est fermée, pour rien du monde ne se ouvrirent ne pour homme que vienne de quelle dignité ou préhéminance que soit, excepté le Roy, la Reyne et nos seigneurs leurs enfans, par leur commandement.

Item la dite porte ne s'ouure que soit grand iour, ne ceulx qui sont du guet « sub poena morlis » n'ausoienl dessendre, comme dit est, iusques à ce que les deux trompettes sonnent la dessendue et se doiuent trouuer à la ouuerture de la dite porte.

Item et n'ausent les dits sergens sailir hors des bornes ou bodules de la dite preuosté, sans licence obtenue du dit conneslable ou preuost, ou de son lieutenant.

Item et ne entrent en la dite Cité gens estrangers , et ceulz qni entrent doiuent donner cognoissance auec qu'ils ont à besoigner et laisser le harnois à la porte....

Hem que pour les causes susdites... appert clairement la paine et travail, pouurelé et meslhance que ceux de la dite Cité tant de sa garnison que autres, ont et souffrent à cause de la dite garde, car ils sont pouurcs de biens et aussy de salut et saincté, pour les froidures et chaleurs selon le temps , qu'ils souffrent, tellement que à peine sergens de la garnison et autres qui font le guet, peuuent uiure iusques à quarante ans.

Item .. ..reuérend père en Dieu... deues sçauoir la recompense qu'ils ont, et que vn chacun des dits sergens de la grarnison ne prend de gaiges sur le ihrésor du Roy, à Carcassonne , que vingt et deux Turcs seize fols trois deniers tournois, que sont par ionr quinze petits deniers tournois: et combien que ne soit peu de chose , considéré le grand travail et paine qu'ils souffrent, toutefois la garde se Tait sans interruption , tellement que iamais la mercy nostre seigneur na failli ne fault.

[ocr errors]

Item et quar la dile Cité est de grande estandue. chacun habitant de quinze en quinze iours fait guet.

Item que la dite garde ne se pourrait faire ny continuer sans interruption comme fait, pour si petits gages, si ne feul la bonne saincte considération que ont eu les bons et saincts Rois de France qui sont passés , et ceuli qui ont eu de par eux authorilé, bons et loyauli François, és marches de pardeça , considérant que nuls ne prendraient les paines, trauail et charges dessus dites, pour si petit prouflil que dit est, et que la dite Cité par moyen ne demeurerait inhabitable

Item que ce considéré, afin aussy que la dite Cité demeure peublée et la garde ne soit déserte, et que plus volontiers les sergens et et habitans y entendent et bien gardent ycelle Cité, l'ont dotée, proemiée, ou les sergens et habitans en ycelle, de beaux et grands priuiléges, notables libertés et franchise», par lesquels priuiléges la dite Cité demeure compélenlement peublée et les charges sont suportées , sans lesquel priuiléges nul n'y demeurerait ne y eut demeuré le temps passé.

Item que outre les privilèges dessus dicts, est donné et octroyé ausdits sergens pour ce que « militant in sacra Principis palalio », que leur fils masle « in quacumque asiate etiam in ventre m a Iris existenles, tempore mortis » succèdent à l'office de sergent à son dit père ; et si le dit sergent n'a fils masle et a frère ou nepueu habiles et suffisans, succèdent, « ipso ordine sanguinis servalo », au dit office.

Item que les dits sergens et habitans sont quites , franx et liberaulx de toutes charges , de subsides , aydes et tailles, impositions et autres charges quelconques que puissent auoir cours en cest royaulme , à cause des guerres ou aultrement.

Item que soient quittes, et francs et libéraux, « a tantis muneribussordidis et personalibus cum eorum bonis universis lam immobilibus ubique scituatis quam mobilibus *

Item que le dit priuilége de non paier les aides et tailles se estant partout le royaulme de France, tellement que si un sergent de la dite garnison ou aultre habitant lient ou possède biens immeubles ou biens meubles, veulent et ont voulu les Roys passés, par leur loy et priuilége royal, qu'ils soient tenus francs et libéraux de toute subuenlion « vbicumque dicts possessiones sinl scits ».

Item que les dits sergens et habitans de la dile Cité, des dits priuiléges, franchises et libertés,et «maxime» de non payer tailles, ne autres subsides ou aydes royauls. pour leurs biens ruraulx , rustiques et urbains, combien qu'ils feussent par auant d'ancienne contribution , « ubicumque sinl scila », ont iouy et vsé. et ont esté et sont accouslumé eslre en possession et saysine , par tant et si long temps que du contraire n'est mémoire de homme viuent, publiquement , notoirement et manifeste voyans, scliachans et non conlroudisans les dits consuls et habitans au dit bourg, parties aduerses.

Item que pour faire que la dite Cité est hors de chemin publique et nulz marchants y aporteroient victuailles pour la prouision d'y

cellle Cilé , ont ordonné et voulu , les Roys iadis passés « quod dicti foranei mercatores victus et viclualia defTerentes * soyent quites de toutes leudes et péages , etc., ausdites charges commise des dites marchandises pour la prouision de la dite,Cilé.

Item et quar la garde de la dite Cité se doit faire « sine intermisiooe et deffectu », et que s'il fait « infaillibiliter » ont eu déconsidération et regard , que s'il faillet des dits sergens cl habilans aller playdoyer « in ciuili vel in criminali » hors de la dile Cité, seroit l'interruption de la dile garde ; et pour ce ont donnés conserualeurs des dits priiiléges, et juges spéciaulz, les dits sénéchal de Carcassonne , et connestable et preuost de la dile Cité, interdisans toute court, et cognoissance à tous autres a quacumque sint prœdicli potestate >.

Hem que si cas estoit que aucun juge < quicumquesit » , pransit connoissances d'aucune chose que touchasl aucun sergent ou habitant de la dite Cité, est tenu le remettre ausdit sénéchal ou connestable, conserualeurs et juges speciaulz et immédiats, ou à l'un d'eulz « pro iustitia ministranda >, et s'il fait le contraire est emendable et tout ce qu'il fait est de nulle valeur, a propter decretum irritans ».

Hem à ceste cause et occasion, le Roy nostre souuerain seigneur, a présent le Roy régnant, les dits priuiléges et plusieurs autres, par ces très- nobles progéniteurs de bonne mémoire octroyés « de sui cerla scientia et speciali, motu proprio , ac plenitudine polestalis confirmauit »

Item reuérent père en Dieu. trés-honoré et doublé seigneur, « diteere chrislianissimorum Principum intentio et dispositio fuit super magna ralione fundala », car, par le moyen de la dite Cité c et eius custodiœ priuilegia.neruus.vt diclum est.dominationis Regia; fuit servatus », ainsi que l'expérience la souuente fois remonstré; car plusieurs rebellions , séditions et innumérables conspirations ont esté faites par le pcuble du présent pays c contra » la majesté royalle de France ; toutefois, par le moyen de la grande et esueillée garde de la dite Cité et la feaullé des habitans en ycelle, les dites rebellions , séditions et conspirations ont esté extinctes et suffoquées , a l'honneur du Roy et prouffil du royaulme , et le peuple rebelle k obéissance réduit.

Item la dite Cilé a esté toujours « lutissimum refugium dominorum officiariorum regiorum et aliorum fidelium regnicolarum »; dans laquelle Cité plusieurs fois les temps passés, aux temps des dites diuisions et séditions, se sont retraits les dits officiers du Roy , prélats et autres personnes ecclésiastiques, a fidèles tamen regnicolse >, et par ce moyen, du conseil des dits officiers et autres estans en la dite Cité, et par crainte d'ycelle, a tota patria lingux Occitans qua? a uera obedientia deuiauerat,ad obedienliam reducla est ».

Item « legitur in gestis populi atletae comilis Montisfurtis », qu'il a enuiron deux cens quarante ans, le présent pays de Languedoc rebella à la foy et au Roy.

Hem que pour lors se repayèrent les officiers du Roy , le archeuesque de Narbonne , l'éuesque de Tnolose et plusieurs présents prélats du dit pays, lesquels enuoyérent le sénéchal de Carcassonneau lieu de Puynaulier, où estoit venu le comte de Tholose , venant du pays de Prouence, pour requérir le dit comte de Tholose de donner secours ausdits officiers du Roy , conseil et ayde, contre les dits rebelles; lequel comte de Tholose tellement quellement, assigna au dit sénéchal Taire response en la ville de Tholose , soy remonstrant fauteur des dits rebelles.

Item que le dit sénéchal retourné à la dite Cité de Carcassonne , fist son rapport, et conclurent qu'ils deuoient assembler ses consuls et peuble du dit Bourg , Tresbes, Puynaulier et autres lieux , pour se ioindre et unir auec ceuli de la dite Cité ; et ainsi le promirent: « iurainento medio utrimque prxstito supra hostiam consecratam, in ecclesia B. Maria de Abbatia, prope et subtùs dictam Ciuitutein situata . quod essenl boni et fidclos domino noslro Régi, et possethenus rebelles antedictos repellerent ».

Item que presté le dit iurament, la nuict ensniuant, les consuls et habitans du dit Bourg et autres lieux circonuoisins , le capitaine des dits rebelles, « cum suis satellilibus >, en grand nombre , vont mettre dedans le dit bourg, et le matin. commencèrent pugner et assaillir la dite Cité de Carcassonne et la miner desoubs terre , « sed cum Dei auxilio defecerunt in salulari suo », et s'enfouirent les dits rebelles et se repayèrent dedans Fanjaux.

Item que l'armée de France vint à la dite Cité , où fust ioyeusement et reuéremment reçeue, et ceulz du Bourg traîtres et desloyaulz a Dieu et au Roy, et au monde , feurent chasliés en façon que à tousjours en sera mémoire, et fust ains le siège au dit Fanjaux , et la chouse feut aportée a l'honneur de Dieu, de Saint Siège de Roume et de la majesté royalle de France.

Item c successive », Monseigneur le duc d'Anjou , fils de roy de France et frère du roy pour lors régnant, comme lieutenant et gouuerneur du Languedoc , vint au pays, et ceulz du dit bourg, collèges auec d'autres du dit pays de Languedoc , c nolucruut dictum ducem admillere, tino rebelles eOecti, contra ipsum se irruerunt », et les officiers du Roy , séant pour lors à Montpellier de part le dit seigneur, < nequiler interfeccrunt », et le bon duc esebappa et certains officiers du Roy auec luy, et se retrayèrent en la dite Cité de Carcassonne , où feusl humblement, honorablement et loyaument receu, « et inde cum bono consilio et terrore dicta; Ciuitatis, populares prœdicli cum obedientia régie majestati fucrunt reducli et castigati ».

Item en après semblable rébellion fust faite au duc de Berry, lequel auec autres officiers du Roy, fuyans villenie seruitude et populaire , se retira en la dite Cité, où feut honorablement receu, et despuis subiuga les rebelles , < timentes per médium dicte Ciuitatis », et demeura le dit, gouuerneur du dit pays de Languedoc.

Item et en ce temps viuoit le comte de Foix nommé Phébus, qui fust homme contraire au Roy et le prendre pour seigneur et capitaine; ledit Phebus demanda quelles villes et places seroient de son parly, luy feusl respondu que celles du pays ; il les relTusa , sinon qu'ils lui baillassent le clappier, voulant dire de la dite Cité de Carcassonne, laquelle nommoit clappier des pierres ; car plus amoit la dite Cité que toutes les autres, et par ainsi, l'entreprinse contre le Roy ne sourtil point de effect à cause qu'il n'auoil la Cité,

/. V.

Item au roy Charlés septiesme de grant mémoire, estant dauphin et régent le royaulme , père du roy à présent régnant, fust rebelle le dit pay? et spécialement ceux du Bourg .qui feurent Bourgougnois; toutefois, certifie que la Cité luy estoit loyal et bonne, entra seurerement dedans le pays de Languedoc et la dite Cité , où feut trèshumblement receu et toute sa compaignie , par les sergens et habitans, « et terrore dicti£ Ciuitatis, rebelles facti sunt obedienles ».

Item ce que est dit est prins à démontrer que la dite requesle, par eulz du dit bourg baillé & vous reuérend père en Dieu , est fondée sur pure malice, fraude , dolosilé et surreption.

Item « et maxime > , car iamais les dits sergens que habitans es dits priuilégcs, libertés et franchises, possessions et saysines et jouyssance d'yceulz, n'ont esté troublés ne ampéchés iutques à présent « sa Item eo modo ».

Item et s'il apcrl qu'il y ait eu aucun trouble le temps passé , ce feusl vue fois, enuiron l'an mille trois cens soixante-neuf, après les trahisons d'auant dites, que quand ceulz du dit Bourg, qui « prope nunc » feust mis et scilué pour pouruoir de nécessaires la dite Cité, dans laquelle n'a ne marchands , ne boutiques, ne marchandises, s'ils ue le prennent dedans le dit Bourg ou faulzbourg de la dite Cité , voyant ceulz du dit Bourg qu'il ne anoient peu proufiler ne auoir vengence par façon de trahison de guerre , pour ce que vng nommé maistre Bernard de Mora , du dit Bourg natif, l'un des généraux pour lors , des aydesen Languedoc, se misl à greuer la dite Cité , en façon de leur visiter leurs biens , et d'yceulz leur vouscist faire payer l'imposition que pour lors auoit cours.

Hem que la malice du dit Bernard de Mora ne sortit point de effet , ains veus les dits priuilége leur feut imposé silence a sa confusion , comme appert par la teneur du dit priuilége.

Item que encorcs y a de la rassa du dit de Mora . c'est a sçauoir: maistre Bertrand et Pierre de Sainct-André, père et lils , et maistre Pierre Boyer, qui feut du propre lignage du dit de Moia , comme est notoire , et lesquels soustiennent ceste matière contra la Cité et contre le bien du Roy et du pays; et combien qu'ils ayent la iustice en leur main , tant de la court du sénéchal , qui est conseruateur des dits priuiléges de la dite Cité . duquel est lieutenant le dit Bertrand de Saint-André , et le dit Boyer des viguicr et juge de Carcassonne; toutes unjes ce sont ceux qui sont parties formées contra la dite Cité, et néanlmoins, sans point de honte, exequulent comme juges vos Lettres et commissions contre la dite Cité.

Item que le dit de Sainct-André, qui a gouuerné et gouuernc le dit bourg de Carcassonne depuis vingt ans an ça et plus, auec ses colligues et complices, à tout iour trouué façon d'auoir vng plail ( plaid ) ou deux en la dite ville du dit Bourg et le s.' de Carnpandu, ou entre les consuls ou autres de la. ville , afin de mettre quelque taille ordinaire sur le pouure genl du dit Bourg; à quelles fins 1 Dieu le scet.

Item que quand le Roy qui est a présent, è son joyeuls aduenement à la Couronne, eut confermé et donné les dits priuiléges à la dite Cité , quand la publication d'ycculs ce fist, le dit de SainctAndré , praticien lors de la court du sénéchal, publiquement, de sa fiére audace et mauuaise volonté, dit ces langages : « tous serons

47

punis », en déprisant la dite concession et loj royale ; et à la vérité, a donné tant des tribulations à la dite Cité et aux habiiansen ycclle, qu'il leur a fait despandre plus de deui mille esqus en poursuites , et a mise la dite Cité < amendai », ou pour mieulz parler les babitans en ycelle.

Item est vray qu'il a enuiron onze ou douze ans (al. sex decim annis ), que par le commandement du Roy , au lieu des tailles el équivalent sur le pays de Languedoc , feureut mis les droits nouueolz , et pour cuilliret louer les dits droits, feureut faites certaines ordonnances; et procura le dit de Saincl-André qu'il feut conseruateur des dits droits.

Item que incontinant le dit de Saincl-André estendit sa rudesse et malice contra l'Eglise , sergens el habitans de la dite Cité. et par voye de fait, s'efforça les faire contribuables aus dits droits , contre la propre volonté du Roy , comprinse et déclarée és dits priuiléges, par lesquels sont quilles el exempts les dils sergens el babitans < a quibuscumque oneribus impositis seu imponendis.

Item que les dites ordonnances l'eurent faites par Monseigneur de Clarmonlde Loudéue, lors lieutenant en Languedoc ; maislre Adam Arsinot (al. Cosinol), président en Parlement & Tholose, qu'auoient la charge de par le Roy ; et pour ce que le dit de SainclAndré, voyant qu'il auoilaulhorilé, commença à faire greuerceulz de Montredon et de Sainct-Marlin, qui sont véritablement du ressort de la dite Cité, el aussy les dits sergens el babitans d'ycelle greua fort.

Item que la cause vint pardeuanl nos dils seigneurs de Clermont et Président, et par eulz feut déclaré finalement, à la confusion du dit de Saint-André el des fermiers qui estoient à sa poste , que les vrays habitans de la dite Cité seroienl quittes el exemps, ayant regard et considérations des Roys déclairées aux priuiléges , et par ainsy la Cité et son ressort demoura quitte ; quoique soit le dit de Saint- André donna domaige el fouslaige & la dite Cité.

Item et quant les dits de Saincl-André el fermiers se cogneurent ainsy frustrés, lors pour despit, à ceulz qui portoient le blé vendre en la dite Cité, demandèrent vingt deniers pour cestier el contraignirent a payer les dits vingt deniers, prétendans la dite Cité eslre terre eslrangére.

Item que le dit connestable de la dite Cité, conseruateur des dits priuiléges, fist réaleinenl réparer le forfaicl, el feut dit par nos seigneurs de Clermont et président et déclaré bien auoir esté procédé par le dit conestable el ordonné comme dessus.

Item reuérend pére en Dieu, trés-honoré et doublé seigneur, plaise vous noter la volonté des parties aduerses que prenenl la Cité pour terre eslrange , el A la vérité la dite Cité est esliange et sera tant que Dieu plaira , d'eulz et de leur compaignie.

Hem que combien qu'au Royaulme ait eu des nécessités aussy par la prinse du roy Jean, du mariage de madame Isabelle de France qui fcusl mariée au Roy d'Angleterrre, toutesfois jamais la dite Cité, ou les babilans d'ycelle , ne en ce, ne en aucuns emprunts , iamais ne feurent contribuables , ainsi que appert par les Lettres sur ce données et passées.

Item et quelle rayson serait les contraindre à faire pajer de taille

au dit Bourg sans point de nécessité , considéré que le Roy ne part rien , comme cy-debas sera plus amplement déclaré, ce que iamais ne payèrent.

Item que nonobstant les choses et raysons véritables dessus dites, les parties aduerses se sont vantées auoir plusieurs ports et faueurs des grands gens à rencontre d'yceulz de la Cité, soubs ombre desquels depuis l'appointement par vous donné , ont fait inhibitions el deffense que nul de la dite Cité ne anlrast dans le dit bourg de Csrcassonne pour acheter blez ou autres prouisions quelconques, laquelle ont mis à exécution , dont s'en est cuidé ensuiure grant escandale. et esl double que s'en ensuiue si prouision n'y est donnée.

Item el ne obste point le contenu en leur dite requesle , a vous reuérenl père en Dieu baillé , dont dessus en le commencement est faite mention , saysine , narraliue de certaine procédure faite par deuant les Généraulx à Tbolose , à Montpellier monsieur de Charlus , et ailleurs , qui, sauue leur reuerance , n'ont capacité d'en connoistre, ne autre, hors que le sénéchal et connestable de Carcassonne, comme conseruateurs dessus dits.

Item que en la dite requeste ce efforce la partie aduerse interpréter la loy royale , disent que le priuilége ne se exlenl que par le terroir de la preuoslé de la dite Cilé.

Item que ou soil par ce que dit est suffisamment respondeu , toutes voyes encores semble aux dils procureurs de la dite Cité, que ceuls du bourg, parties aduerses, sont emendables et ne doiuent eslre receus en leur foulle interprétation

Item et pour ce que les dites parties aduerses veuillent interpréter la loy du Roy et restreindre et limiter le priuilége: « cuius verba sunl hxc; de nobis certa scienlia, speciali gralia, plenitudineque noslra? potestalis, franchesias, libertales, priuilegia praHacla in suo robore rémanente ampliando , dictis noslris seruienlibus et habita» toribus iain dictai Ciuitalis noslra; Carcassonx , nec non mercaloribus el aliis forensibus, victualia et alias mercaturas quœ et quas in dicta Ciuitate nostra Carcassomc , pro prnuisionibus eorumdem seruienlum el habitalorum , in eadein adducentibus et quae futuris lemporibus adducenl, concessirnus et concedimus per présentes , vt ipsi amodo inanthea et perpetuo , quieti el liberi, immunes alque franchi sint et remaneanl, quictos , immunes et franchos esse volumus, atque liberos a preslalione et solulione quorumeumque iuuaminum proguerra cursum habenlium, siuehabiturorum, etc...

Item si ubique sunl thuendi pro bonis eorum, ergo in bonis in Burgo scitis el alibi extra prœposituram.

Item que les dits priuiléges se extendent au possessoire assis hors de la dite preuosté, « el ad alia loca quxeumque huius regni »: esl desçauoirque la dite preuosté ne dure que bien peu ; el quant a cuilhile de blés est tolallcment infertille, que si ne pourrel cuillir blé pour les seruanls et mesuréineot, car les habitans du dit Bourg tiennent et possident la plupart, comme il est notoire.

Item considéré le inauuais et maligne propos des parties aduerses, si le dit priuilége ne s'extendoil plus auanl que la dite preuoslé, fauldroil e nec non concludere » que le priuilége ne serait pas de toute la Cité, mais de ceulz qui tiendraient terres en la dite preOosté , « quod non est pensandi » , et par ainsy deux ou trois feus, maisons, tant des sergens que des cytoyens, iauldroil « quod vt lupi venlo reniret n,ce que ne feust jamais la volonté du concédant.

Item que n'est vray semblable que le Boy et ses nobles progeniteurs , qui ont donné les dits priuiléges et. franchises , ayent voulu forclure les dits sergens et habilans d'auoir biens en tous autres lieux hors de la dite preuosté, quar nul ne pourrait viure en la dite Cité, considéré l'occupation qui est a faire la garde , la closlure et ouuerlure des portes d'ycelle Cité : car cy feusl l'intention du Prince que les dits sergens et habilans ne peussent tenir possessoire hors la dite preuosté, au Bourg. Tresbés , Villemoustauçou , Puynautier; dailleurs le Boy et ses prédécesseurs seraient à ceuls mesmes contraires, « quia ex hoc sequerelur dcpopulatio Ciuitatis », et ne serait personne que volsisl habiter, car ny pourrait viure

Item et par conséquens « quitquid fabularelur ex aduerso, dicta priuilegia extenduntur ad alia loca quam prepositura: Ciuitatis, cuius terrilorium est modicum , nec dicli seruientes et habitatores possent ex praedijs dicta prtepositurn ancillis et seruiloribus eorum prouidere; quodque dicti seruientes et habitatores tenere et possidere consucuerunt prxdia rustica et vrbana, lam in burgo Carcassonac , territorio et ressorto eiusdem , quam aliis quibuscumque Iocis, toi et lantis citra temporibus quod de contrario hominis memoria non existit, francha et libéra , praler id et absque eo quod vnusquisque in talliis et subsidiis regiis contribuera consucuerunt, nec de eo in iudico euoeati, nec alias quouis modo lurbati fuerunt, nisi a paucis annis citra,per illos de Villamustaussonac et de Tribusbnnis , et nunc per dictos consules Carcassonœ, instigatos per dictum magistrum Berlrandi de Sancto Andréa locum lenentem dicti senescalli, conseruatorem dictorum priuilegiorum; et quomodo diclus de Sancto Andréa conseruat dicta priuilegia et non sine nota infidelilalis >.

Item pour Dieu soit considéré combien peull monter pour an,la taille de tous les biens qui sont tenus et possédés par les sergens et habilans de la Cité hors de la dite preuosté, tant au Bourg, Tresbes, Villemoustaussou que ailleurs, car jamay ne se trouuera qu'il monte delà L. I.* pour an, hors fault.

Item que pour si peu de chose se complaignent les parties aduerses, et ne peuucnl point nyder au Boy d'ycelle somme de cinquante francs à la garde de la dite Cité, et de culz mesmes et de tout le pays, car le Boy y donne de son propre domaine deux mille huict cens Crans.

Item semble qu'ils ne doyuent pas tant crier , mesmement

considéré le temps qui court et la guerre que est au pays, et les nécessités et proureté que la Cité passe , tant par les radiations et restranchemens des gaiges.quant aussy ils n'ont d'autre façon de viure, mais semble qu'ils deuroient de leur propre , comme bons voisins , secourir la dite Cité.

Item bien considérés les dits priléges ainsi l'ont Tait les roys de France , qui auxdils sergens et habilans de la dite Cité ont donné leur domaine touchant les leudes et gabelles, et leur sont payés les

gaiges du propre domaine, et les font exempts des aydes et subsides, en chargent le demouranl du pays pour la conseruation d'icelluy et bien de tout le Boyaulme, et si le Boy prent cinquante, soixante ou cent liures tournois sur le pays, le peull faire pour la garde de la Cilé.

Item et quant à ce que la dile partie aduerse , les dits consuls, faicl son fondement de aucunes ordonnances qui feurent faites à Bouen, par lesquels priuilégiés et non priuilégiés sont tenus de contribuer pour les biens deencienne contribution , et ce dit la partie des procureurs des sergens et habilans de la dite Cilé, que les dites ordonnances ne font point de préiudice aux dils priuiléges.

Item « quia de jure,si Princeps concedit quibusdam prouinciis jus Italicum, videlicel quod tributa non soluanlur. iui no. in L. t.' ff. de Cen. cum poslea mandat omnibus et generaliler, quod soluant tributa , non videtur pro hoc reuoeare priuilegia diclis prouinciis concessa ; et diclum mandalum de diclis tribuiis soluendis ad prsdictas prouincias priuilegiatas exlendi non débet >

Item et « sic in proposito illa qualis ordinatio non derogat dicta; legi régis speciali, maxime cum de eadem mentionem non faciat specialem ».

Item et puis que les dils sergens et habilans, pour la seurlé du pays et conseruation du Boyaulme, ont la garde de la dite Cité, où doiuent demorer sans faillir, fault a neenon concludcre » que les dils sergens et habilans sont réduits « ad inslar et similitudinem mililum limitaneorum, qui quidem limilanel eliam de iurescripto, propter eorum proedia , non soluant tributa , sed vniuersas possessiones suas ab omni onere census et tribuli, aliarumque functionum habent et possident immunes atque libéras, Tranchas et quitas ». L. fi. in prin. C. de Gni. limitropbis. n". ij".

lin» dit la partie des dits consuls du Bourg, que jamais n'a eu question ne débat entre la Cité et le Bourg, et que ceux de Tresbes et de Villemuslaussou ont eu arresl contre la Cité, el qu'ils ne doiuent pas cslre de pire condition.

Item quand au premier point, qu'il n'y a jamais eu débat entre la Cité cl le Bourg , dit la parlie des dits sergens el habilans, que pleust à dieu qu'il fusse vérité et jamais les habitans du Bourg n'eussent cherché noise ne porté enuie à la Cité, fors pour ce que dit est, et la demande que à présent font de si peu de chose aperl assez du contraire.

Item que chose notoire esl que jamais ceux de Tresbes et de Villemustaussou ne se fussent esmeus sinon par la conduite de ceux du Bourg, qui touliour onl animée la dite Cilé, encore publiquement ne se peuvent taire de la maldire, car il esl notoire que maislre Jean de Bar ( lutine Hardi ) . habitant du dit Bourg, a dit publiquement que plut à Dieu que la Cilé fus delà la mer; el maislre Pierre Gaussai, que plust à Dieu qu'elle fust, en cendres , el plusieurs autres mauuais langages.

Item et quand à ce qu'ils ne doiuent estre de pire condition, a

dit la partie des dits Procureurs, que jamais les généraux (de finances,), auant le dit arrest, ir'auoient ueus les dits priuiléges . car jamais ne l'eussent Tait; « et fuit et est nntabilis nrgligentia ex parle illorum de Ciuitate »


Item elquoy que soit, l'arrest est suspensif «donec et qiiousquc»; si les pauures habilans et sergens eussent eu de quoy, ils eussent faite leur enqueste « et constitisscl de possessionibus et saysinis, et gaudentia priuilegiorum >; mais pauurcté les en a gardée, et à l'ayde de Dieu brief se réparera ; et s'ils payent, c'est par manière de provision

Item ne faut pas que les consuls du dit Bourg mènent si grand gloire du dit arrest. car ils sçauent bien que ceux d'Aguilar ( v. TuCHAR. Territoire: Château d'Aguilar : t. IV. pag. 603 ) qui n'ont priuilége « nisi ad instar Ciuitatis Carcaassome », ont fait leur enqueste et ont gagné le cas contre ceur de Tuisan ; et doublant ceux du Bourg que ainsin leur en prendra , demandent nouveaux juges non ailuerlis des cas, afin que sur couleur des deniers du Roy portent préiudice à la dite Cité que tant les ennuie.


Item et ne y a rien que ne se puisse bien reparer , car il est de scauoir que aux marches , par deçà , sur les frontières d'Aragon , est la dite Cité de Carcassonne, que est la mère, et a cinq fils, c'est à scauoir: Puylanrens, Aguilar, Quierbus, Pierreperluse et Terme; c et onines custodes istorum castrorum possunt dici limilanei milites », et sont à gages du Roy.

Item à vu chacun des dits châteaux de garde à châtelain et certain nombre de sergens et sont priuilégiés « ad instar seruicnlum et habilatorum Ciuitatis Carcassona?, et n'ont autre priuilége; toutefois que pour ce que ceux de Tuyssan les uouloienl contraindre & payer les tailles, la cause est uenue pardeuant les généraux a Tholose. et par arrest défensif ont gaigné les dits sergens d'Aguilar la dite cause , « visis priuilegiis Ciuitatis et facta inquesta super possessiones »


« Item que par ainsi faut dire que si le fils a gaigné, que la mère, et la nourrice et la subsistance de tout le pals ne doit eslre pas de pire condition , et sic nonobste point ce que est dit touchant la prouention de ceux de Tresbes et de Villemouslaussou.


Item disent en leur dite requeste les consuls du dit Bourg, qu'en la dite Cité a notaires et gens de practique , qui ont acquis et acquièrent tous les tours, tant en Bourg que ailleurs, et pour vous émouuoir a indignation contre la Cilé, vous ont baillé et produit un roi le auquel sont nommés trente personages.


Item ne se trouuera par uérité qu'il ait homme uiuant que ait acquis par achapl, cams , hostel ne maison dedans le dit Bourg , car ils ne sont point riches pour ce faire.


Item que si par donation uraye, institution héréditaire, légat ou succession « ab inlcstato >, ont acquis, n'est pas titre reprouué de droit, cl par le priuilége de la dite Cilé , la possession acquise suit la personne priuilégiée , et iouit du priuilége de la personne combien que fut achetée.


Item que si aucun du dit Bourg a obteneu office de sergent de la garnison de la dite Cité, sans doute il a afranchi ses biens assis tant au Bourg que ailleurs, par le dit priuilége, car il faut à cause de la

dile garde qu'il fasse résidence en la dite Cilé; et ainsi fut de Pierre de Genclhard , qui fut en son viuant sergent. et de Bertrand de Ganac qui est encore artilleur de la dite Cilé, combien que ledit Ganac n'eust jamais maison ne habitation dedans le dit Bourg que fut sienne.


Item Raulct Pelit. que quarante ans a , est habitant de la dite Cilé et sergent de la garnison , iamais du sien n'eut ne maison ne possession au dit Bourg , ni aussi Guillaume Meynot sergent, pareillement de la dite garnison.


Item que de trante personages que sont couchés au rolle.ne ayant que trois que possèdent au dit Bourg biens: c'est à scauoir les héritiers de Bladiére Flors , qui fut femme de Pierre Villenoye, contrarolleur et sergent de la garnison en son uiuant, qui a succédé à son père et mère, habilans en leur uiuant du dit Bourg, comme seule fille et plus prochaine ; et pour ce qu'elle a au dit Bourg une asscs belle maison, laquelle un nommé Pierre Geoffroy receueur, désire fort : cette vexation est donnée à la pauure femme, afin que la vendit, ainsi que ont fait les héretiers dl Carrière et de Pierre Gant, que un nommé Jean de Masieyres, marchant du dit Bourg leur a donné tant de vexations sous couleur des dites tailles , qu'il a faleu que luy ayent uendue la dile maison:» Achas enim rex maie concupiuil vineam Nabucbs »


Item l'autre est la femme que fusl de maistre Pierre-Raymon Maurtl du dit Bourg, a piésent femme de maistre Jacques Annel, sergent de la garnison de la dite Cilé, qui possède quelque maison qui lui fut laissée par le dit Maurel son mari : de tous les autres ne sont que jouliés i?), car ils n'eurent iamais voilant tous ensemble vingt v au dit Bourg , excepté Jean Bouquilhon , qui est Jcrgent de la dite garnison et tient quelque maison au dit Bourg , et qui naguères a eu le dit office de garnison.


Item que les dits consuls a mauuaise intention, font grand nombre pour plus greuer la Cilé , et plust à Dieu que vostre R. P. fust bien aduertie de Guillaume de Garras, de Raymond de Lagnio. et finalement de tous, car connoistriés ta la moquerie d'eux, et roauuaistie, et y mettent la plus part qui sonl morts quinse ans a ; et le dit Fcrraboc est vray habitant du dit Bourg et non de la Cité....


Item que uiuant messire Jehan d'Estampes, éuéque de Carcassonne ci général en Languedoc et Languedoil, se assayèrent les dits consuls et gouucrnans le Bourg poursuiuir la Cité , mais le bon seigneur conneusl à l'œuil les tromperies , el si estoil pour lors le pals en paix cl non pas en guerre comme est a présent.


Item el combien que le priuilége dessus dit exempte les sergens et habilans de la dite Cité de tout le possessoire, où que soit assis , encoress'il y auoil quelqu'un de ladite Cité que eulachalé quelque hostel dans ledit Bourg, y pourrait cheoir quelque apparence; mais s'il y a deux ou trois maisons d'ancienneté apparlenans a aucuns de la Cilé, il n'en faut pas tant brayre , car toutes les maisons qui sont dedans le Bourg , à vra^e estime, par an ne pourroient monter a cent solz de taille, et sont paruenues aux possesseu rs par succession.

Item

Item et maxime, car le terroir de la preuosté n'est pas a fournir trois bonnes maisons, comme est notoire et dessus est dit amplement.

Item que parce que dit est, appert clairement la bonne intention des dits défendeurs.

Item et que nonobstant l'ordonance faite a Roen , que le privilège de la Cité de Carcassonne demeure en son entier.

Item et maxime , « quia dictum priuilegium dalum seruientibus et habitatoribus praedictis non est personale, imo est les generalis per lotum imperium Francorum exlensa, et voluntale principlsobseruala propler communem rei publics vtilitatem , quaprupter dicta ordinalio , seu alia lei, islam non cassât seu annullal

Item le dit de Sancto Andréa dit que le priuilége de la Cité ne fait point de mention des tailles, « nec islud verbum tallia est incorporatum in dicto priuilegio, etc» : doilsçauoir que « tallia est verbum grauatorium , et sonat in malam partem , et ideo gallice loquendo et bene sullicit dicere iuuamina , subsidia et subuentiones

Item que plus honeste chose est dire a ; do, subside et subuention que taille, et d°vn tel langage n'ont uoleu user les Roys  in concessione priuilegiorum; car aussi par taille il le loue pas , mais pour manière de ayde , subsi le et subucntinn , que sont choses nécessaires et commises de droit et de raison.

Item que trop mieux Tut que le linurg paiast la garde de la Cité, que monte deux mille huicl cens francs par an , qui sont payés de propre domaine du Roy , que contraindre la Cité a payer cent solz de taille , et trop plus est greuuée la Cité de cent solz que le Bourg de trois mille francs, où sont les grands marchands et grand richesses , et tels doiucnt ayder à entretenir la dite Cité puplée, habitée et gardée , mémement au temps qui court; et comme dit Sainct Thomas , escriuant « ad duoissam Rrabanlia? et Lolharingia;; quod principes lerrarum propria lurra quacrant, sed ut communem ulilitatem qu.erant populis et procurent : contingit aulem aliquando quod principes non habenl sufficienliores redditus ad cuslodicndam lerram et alia qua? imminent principibus ralinnabililer expedienda ; et in tali casu iustum est utsubditi exhibeanl unde possit eorum vlilitar communis procurari ». Or. pour l'amour de Dieu , reuérend pére en Dieu . plaise vous considérer comment ceux du Bourg procurant « comune bonum.quod est subsistentia Ciuilatis»; et considère aussi le temps qui court, car a l'aducnture , si n'estoit la Cité , le Roy n'auroit guères d'obéissance ne point de ayde au dit Bourg.

Item

Item reuérend père en Dieu , l'honoré et doublé seigneur, parlant lousiours saufiniure et soubs humide correction à ce que dit est en faueur des dits consuls du dit Rourg, auez eu petite considération que sans veoir les dits priuiléges, auez prononcé les dits sergens et habitans de la dite Cité estre débiteurs des subsides du Roy pour les biens qu'ils tiennent au dit Bourg , qui sont bien petits; tous ombre duquel appoinlemenl les dits du Bourg ont contraint et prins, et mis iceux de la dite Cité ayant biens au dit Bourg, à payer les subsides royaux pour deux années, dernièrement passées, sans

obseruer ordre de droit ; et que pis est leur ont fait prendre leur bestial, auec lequel faisoient leur labo

Commenter cet article

À propos

Passionné de généalogie, d'Histoire de France, de royauté et de religion