Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 Apr

Cartulaire et chronique de la Cité 4

Publié par basilique saint nazaire  - Catégories :  #Clergé de l'Aude

1404, Février 8,—Lettres concernant les sergens de la garnison de Carcasonne f Ordonnances des Hais de France de larace. T. VIII. pag. 420.)

1407 , Février 3, à Paris. —Lettres de Jean duc de Berry, lieutenant du Roy en Languedoc, par lesquelles il confirme et ratifie , pour quinze années , le privilège accordé à la Cité de Carcassonne , en vertu duquel les marchands et forains qui apportent des vivres et provisions en la dite Cité, sont exempts de tous péages et leudes , et notamment de la leude imposée au bourg de Carcassonne ("Ordonnances des Rois de France de la 3e race. T. IX. pag. 324. Trésor des Chartes. Registre 162. P.ijcxviij ). — v. ci-dessus : ad ann. i36i, avril 16. pag. 348.

Ces Lettres sont vidimées et confirmées : 1» par Lettres du roi Charles VI, en date à Paris, avril 1408 (imprimées ut svprà); 2» par Lettres du roi Charles VU , en date à Tours , du mois de mars 1443; 3° par Lettres du roi Louis XI, en date à Bordeaux , du mois de mars 1461. — v. ci-après : ad ann. iiiô et 1461.

« Johannes , Régis quondam Francorum filius , Dus Bic- venda juvamina antedicta de et pro victualibus ac aliis mercaque regia qua fungimur in iiac parte , concessimus et per présentes concedimus de gracia speciali, ut ipsiusque ad quindecim annos prozime sequeutes continuos et completos, et a data presencium in antea compulandos , quitti, liberi et

turicensis et Aluernise , comesque Pictauensis, etc. Locum tens D. mei Régis in partibus Occitanis et ducatu Aquitaniee... Supplicationem dilectorum nostrorum seruientum et habitanoiuui Ciuitatis Carcassonse in hac parte consortum , recepimus continentem quod dicta Ciuitas caméra regia et singulare refugium fortitudinis tocius patrie lingue Occitane existit, in qua fere omnes ofhciarii regii sedis senescallie Carcassone , precipue majores et notabiliores morores {morantur?); procujus Ciuitatis custodia diurnaet nocturna , centum et decem servientes ad vadia sunt ab antiquo ordinati, suntque et fuerunt dicta Civitas et habitantes in eadem variis priuilegiis, preeminenciis et prerogativis per dilectum dominum meum et predecessores insignili; et inter cetera , iidem servientes et habitantes ab omnibus tailliis, fogagiis, juvaminibus et subsidiis , leudis et aliis redibenciis , liberi sunt et exempti; et ad causam hujus ac aliter, débite dicti supplicantes sunt in usu, possessioneet saisina jxicirica quod foranei mercatores victuset alias mercaturas in dicta Ciuitate pro provisiouibus dictorum servientum et habitancium defferentes, de et pro victualibus et aliis mercanciis.a leude et juvamiuum pro guerra cursum habencium,prestacione ac solucione exhimuntur: nec immérité, quia dicti servientes qui die noctuque circa dicte Civitatis custodiam sine Inlermissione intendere habent, et ad agriculturam mercanciamvc , aud aliud exercitium vix intendere non valent, vivere nequirent, nisi aliunde mercancie et alia pro suo victu necessaria, per mercatores foraneos in dicta Civitate ail'erentur : et licet dicti sup. pltcantes mercatoresque et alii foranei dictam Civitatem fréquentantes , victualia et mercaturas in eadem adducentes, emendo et vendendo , liliertate et exempeione pretactis , videlicet non solvendo leudara minutam que in burgo Carcassone a forensibus ementibus vel vendentibus iu eodem burgo tantum levatur, nec juvamina pro guerra cursum habencia , usi fuissent et gavisi, nichilominus nonulli Crmarii dictarum leude et juvaminum, predictos mercatores et foreuses ad sol

turis ad provisionem dicte Civitatis et habitancium in eadém necessariis, et leudam pro hiis que dicti foreuses in dicta Civitate emunt et vendunt, nuper compellere, et iu diversis processibus et scripturis involvere satagerunt, quamvis ia dicto burgo et non extra, dicta leuda levari consueverit, et dicta Civitas distracta et separata a dicto burgo existât, in dictorum supplicancium grande prejudicium , suorumque privilegiorum , franchesiarum et usuum antiquorum enervacionem : quem ob rem ipsi supplicantes ad nos reccurrerunt, nostrasque Litteras obtiuuerunt, quarum virtute, generaleconsiliarii super facto juvaminum et justicie in dicta patria Occitana pro tune existentes , tam super dictis privilegiis quam super usu dictorum supplicancium, mercatorum forensium , ac de commodo vel incommodo dicti Domiui mei et uostro , certas fecerunt informaciones ; et ne favor aut aliud siuistrum in hoc notari posset, jam dicte informaciones per alios générales cousiliarios in dicta patria deputatos, présente procuratore regio , vel ejus substituto , ex post fuerunt recolate et inde nobis apportate; Nosque instanter requisiverunt supplicantes prelibati, ut premissorum contemplacione... sibi velimus nostrum graciosum et opportunum remedium impartiri: notum facimus quod visis per nos et gentes consilii nostri et diligenter prospectis informacionibus antedictis, considerataque legalitate et vera obediencia in quibus dicti supplicantes erga dictum meum et Nos hucusque inconcusse permanserunt, attenta eciam contiuuam residenciam quam ipsi supplicantes aslncti sunt facere in dicta Civitate propter ejusdem custodiam necessariam, pluribusque aliis justis causas et consideracionibus moti.... franchisias, privilégia et U> bertates supra dictas in suo robore rexnanere volentes, ac easdem quantum possumus ampliantes , supplicantibus prenotatis , nec non mercatnribus et aliis forensibus , victualia et alias mercaturas, in dicta Civitate Carcassone , pro provisionibus ejus et habitancium in eadem adducentibus, et que futuro tempûre adducent, de nostris certa sciencia, auctoritate

immunes sint a prestacione et solucione dictorum juva

minum pro guerra cursum habencium , necnon a solucione leude minute dicti burgi Carcassoue , de et pro victualibus et aliii mercanciis, que et quas. dicto tempore durante, in dicta Civitate pro provisionibus adducent.aut adduci faciant, vol ipsi foranei ernent seu vendant in eadem: senescallo Carcassone celerisque judicibus.... et cuilibet eorumdem , prout ad ipsum pertinuerit, precipimus et mandamus , districtius injugendo, quatinus supplicantes prelibatos , mercatoresque et foreuses ad dictam Civitatem, ut pretactum est venientes, nostris preseutibus gracia , concessioue uti faciant pacifice , et gaudere dictorum, tempore quindecim annorum durante , quocumque impédimento semoto... Datum Parisius, die tcrcia mensis februarii, anno Domini millesimo cccc°septimo ».

N. B. Les Lettres de confirmation du Roy Charles VI, outre les protocoles usités , prorogent à perpétuité le privilège que

Même année, Mars 28. — v. ci-dessus : ad ann. 1364, mars 28. pag. 347.

1409. — Liure de Reconnoissances de la Cité de Carcassonne , écrites en 85 feuillets parchemin , commençant le 28 décembre 1405 et finissant le 25 de may 1409; signées par M« Jean de Clauselles (doat. vol. CCLIII. fol. 641..au bas. recto. Inuentaire des Archiues du Roi : Château de la Cité de Carcassonne.)

1411 , May 19 et Juin 42.— Lettres concernant les sergens de Carcassonne [Ordonnances des Rois de France de la 3' race. T. IX. pag. 607.).

1412 : Décembre il.— Lettre de M. Louis, Dauphin, régent le royaume de France, aux habitons de la Cité de Carcassonne (Languedoc. 88. Notes et Extraits. Archives de la Cité de Carcassonne. — Biblioth. imp. mss.).

« De par le Régent le Royaume , Dauphin de Viennois. restant, que le bon seruice que maintenant nous fairés, nous « Chers et bien-amés : par les lettres de nos amés et féaux recognoltrons enuers uous et les vôtres , par manière qu'en

les Lettres du Duc de Berry prorogeaient seulement pour quinze années.

 Karolus , etc.. Quas quidem Litteras dicti patrui et locum tenentis nostri superiùs insertas... tenorc presencium confirmamus. Pneterea concessimus et concedimus per présentes, ut ipsi amodo in antea et perpetuo quitti , liberi et immunesatque franchi,sint et permaneant.. prestacione et solucione quorumeumque juvaminum pro guerra cursum habencium seu habiturorum , necnon a solucione leude minute burgi Carcassone , de et pro victualibus et aliis mercanciis que et quas in dicta Civitate adducent vel adduci faciant,

vel foranei ement seu vendent iu eadem Et ut premissa

sic eis per Nos concessa, perpeiuô et inviolabiliter observentur, et minonbus sumptibus execucioni demeudentur, commissimuset deputavimus... per présentes, in conservatorem et gardiatorem premissorura , senescallum et connestabulum nostros Carcassone... quatinus omnia et singula supra contenta observari taciant, absque interrupeione aliquali...

Actum et datum Parisius, mense aprilis, anno Domini millesimo cccc° octavo , post Pascha... .

conseillers, le sire d'Arpajon et messire de Thierry le Comte, auons bien sçeu la très honorable response que faite leuraues pour les choses que vous ont dittes et exposées de par nous, et la très feruetite et cordiale affection que par effect, vous demonstres chaque jour auoir au bien et conseruation de Testât et seigneurie de Monsieur et de nous, dont de très bon cœur vous mercions, et tant que faire se peut, sommes contents de vous : et pour vous maintenir nous est besoing de conoître et apprécier les bons et loyaulx vassaulx et sujets de Mond Sieur et de nous , pour iceux par bonne seureté employer à l'ancontre des anciens ennemis et aduersaires de ce royaulme. En quoy sommes tous délibérés d'exposer N. mesmes à Carcassonne. Nous, sur ce et aultre chose touchant le bien et apaisement total du pays de par-delà , auons de nouuel chargé l'Euêq. de Carcassonne, vng des conseillers, et maistre Joli de Villcbresine, secrétaire de Mond. sieur et de nous , uous dire et déclarer bien à plein notre intention ; reseruant pour et par deuers nous , à ce qu'au rapport d'eulx ensemble, ou des trois, ou deux d'jceulx, vueillez adjouter semblable foy, comme à nous mesmes : sçachant de

t. V.

serés toujours tenus a Mond. Sieur et à nous, et de ce ne faites aucun doubte. Chers et bien amés Notre Seigneur soit garde de vous. Escripten uostre ville de Bourges, le xj décembre 1412. Signé: Charles ; et à côté , l'icard :— et audessus de la lettre: « A nos chers et bien-amés les Procureurs , Bourgeois et Habitans de la Cité de Carcassonne.

< Leur diront en oultre, qu'ainsi qu'ils ont bonne affection enuers mond. très-redouté seigneur, aussi l'a II pareillement enuers eux et aura; car son entente syestau plaisir N. seigneur tenir le païs en la bonne obéissance du Roy, et sienne , et sans charge que bonne justice, sans donner au peuple nulles quelconques charges , ne prendre fors les droits du Roy et siens ,' et s'il plait à Dieu mettra peine de les tenir en ou telle liberté, ou mieux qu'ils estoint du temps du Roy saint Louis .

c C'est la copie mot à mot du 2*° article des instructions enuoyées par Monseig.r le Régent Dauphin , et signées de sa main et scellées de son seel, à Monseig.r de Carcassonne, au seigneur d'Arpajon et à maistre de Thyerry le Comte , et à moi Villebresine , signé .

45

1416 - 1424. — Relation de ce qui s'est passé en la Cité de Carcassonne , pendant les troubles du Duc de Bourgogne (besse : Recueil de diverses pièces servant à Fhiùloire de Charles VI. Pars. Somma ville. 1660. in-4°).

• Les troubles du Royaume s'estant augmentés par le moyen de l'alliance du Duc de Bourgogne auec l'Anglois, et le Duc de Berry, gouuerneur de Languedoc.estant venu à décéder, le 15 juin 1416, l'on fit ensuitte diuerses entreprises sur la Cité de Carcassonne , laquelle est si considérable , et pour sa forteresse estant bastie auec une double enceinte de murailles qui ont pleusieurs grosses tours, qui sont autant de petites forteresses ; et pour son assiete, estant bâtie en lieu éminent et au cœur de la prouince de Languedoc, cause de quoy nos Roys l'ont honnorée de beaux éloges, de leur chère chambre royale , la clef de la prouince de Languedoc, et le reste ; qu'elle est estimée, en temps de guerre ciuile faire absolument la décision de la paix ou de la guerre en Languedoc , ainsi nommément que l'expérience a depuis plusieurs fois fait tres-sensiblement connoitre.

Le Roy enuoya au connestable et capitaine de la Morte-paye de la Cité de Carcassonne, d'enquérir de telles entreprises, et particulièrement de certaines émotions causées dans la Cité par la faction d'Arnaud de Carmaing, seigneur de Negrepelisse, séneschal de Carcassonne, l'Evêque de Carcassonne, et Folquet de Grave , dit de Marie, sieur de Vilagly , lesquels auoient volu faire

1417. entrer grand nombre d'arbalestriers en lad. Cité, pour s'en saisir. Le cayer de l'information sur ce faite, est du 9 décembre 1417, et contient la déposition de quatre témoins.

Cependant, le Roy estant aduerty qu'au chasteau de la Cité de Carcassonne , dans lequel le séneschal faisoit son ordinaire résidence , il y auoit vne porte aboutissant au faubourg , appellée communément Barbecanne , du côté de la riuière d'Aude , par laquelle les ennemis pouuoient facilement entrer et se rendre maistres de la ville, Sa Majesté donne commission au connestable et habitans de la Cité de Carcassonne , de fermer lad. porte et toute autre es lieux dangereux , leur jiermet de garder eux-mêmes lad. Cité et chasteau , et n'y receuoir aucune garnison estrangère. Les Lettres sont datées du mois de ianuier 1417.

Plusieurs personnes, et entr'autres un lieutenant, ayant été chassées hors de la Cité de Carcassonne, le séneschal, pour mieux venir à bout de son dessein , entreprit dèslors de pouruoir aux officices de Morte-payes , et vouloit par ce moyen s'acquérir au

1418. tant de créatures ; mais le Roy, par diuerses patentes de l'an 1418 , confirma et augmenta le priuilége des Mortes-payes et habitans de la Cité de Carcassonne, inhiba au séneschal de pouruoir aux offices de Morte-payes , et déclaira que la chose appartenoit au connestable , lieutenant et procureurs de la police , et que tels offices vont par ordre de père en fils, frères , nepueux, gendres et prochains parents ; et outre ce, permet de nouueau aux Mortes-payes de fermer les portes du chasteau et d'ouurir les murailles dudit chasteau pour faire les rondes.

Arnaud de Carmaing séneschal de Carcassonne, fut déposé de sa charge, et Charles de Clermont, cheualier, seigneur de Vaucerre et Poupet (Villesèque et Pujet), conseiller et chambellan du Duc de Bourgogne, institué à sa place par la Reyne Isabeau; lequel estant venu en I.anguedoc, et se trouuant occupé dans la séneschaussée de Beaucaire à la guerre qui s'y faisoit pour lors, fit procuration à noble Iean de Montfaucon , escuyer , pour prendre possession dud. office de séneschal, et en son absence tenir 1418 'a cour et conno'tre de toutes causes civiles et criminelles : lad. procuration est en datte, à Montpellier, le 18 auril 1418, et enregistrée dans les registres du séneschal de Carcassonne, au 21 may, audit an. Mais nonobstant cette procuration et cette subdélégation , Montfaucon ne fut point reconnu dans la Cité de Carcassonne , à cause de quoy led. de Clermont vint luy-même en personne pour prendre possession de sond. office, et par deux délibérations, des 30 may et 3 iuin aud. an, la dernière desquelles fut tenue dans l'église St-Nazaire, fut dit qu'il n'entremit point dans le chasteau de lad. Cité, qu'il n'eust ordre du Roy et de Monsieur le Dauphin. La chose traisna iusques au 22 ianuier suiuant de la mesme année 1418 , que par autre délibération de Conseil , fut permis aud. de Clermont de demeurer dans le chasteau , auec huict domestiques sans armes .- il en fut vsé de mesme pour le trésorier du domaine , nommé Jacques Trilhon d'Escaulanes , auquel fut taxé le nombre de quatre domestiques sans armes.

Semblablement, le Prince d'Orenge estant venu en Languedoc , auec le bastard d'Astarac et grand nombre de gens de guerre , pour se saisir de toutes les villes pour le Duc de Bourgougne, l'entrée de la Cité de Carcassonne luy fut refusée, au mois may de la susdite année 1418. Il se retira à la ville dite le Bourg de Carcassonne, qui est au-delà de la riuière d'Aude , et là tint ses assises ; car il auoit trois autres auec luy , qui se disoient commis au gouuernement des pays de Languedoc , Auuergne et duché de Guyenne , et tranchoient de souuerains dans le pays , en instituant et destituant les officiers de la justice et gouuerneurs des villes et chasteaux , comme bon leur sembloit, et imposant tels deniers sur les peuples qu'il leur plaisoit.

Le susdit Prince d'Orenge et autres commissaires sur le fait du gouuernement du Languedoc pour la Reyne et le Duc de Bourgougne , séjournèrent dans le Bourg de Carcassonne depuis le ld de may aud. an 1418, iusqu'au 21 dudit mois, qu'ils en partirent pour aller à Tolose, et pendant ce temps le susdit de Clermont séneschal de Carcassonne, institua Pierre-Jean Boyer,eheualier et docteur aux loix , habitant du Bourg de Carcassonne , pour son lieutenant clerc , et l'acte en fut passé dans led. Bourg de Carcassonne , le 21 may, et fut receu par Jean Mercadier notaire de la même ville : le registre en fut requis dans le consistoire du séneschal en la Cité de Carcassonne , le 23 dud. mois. Pour lors furent suspendus tous les officiers de la iustice de Carcassonne.

Les Commissaires étant à Tolose , mandèrent l'assemblée des Etats en la ville du Bourg de Carcassonne, au jour et feste de la Magdelelaine , et après un seiour de huicl iours , ou plus , audit Tolose, ils reuindrent à Carcassonne, où , par acte du 11 iuin, ils rétablirent dans sa charge M« Pierre d'Vrbion licentier aux loix , iuge criminel, résidant dans la Cité de Carcassonne; et le 20 du mesme mois , dans led. Bourg , le susd. de Clermont séneschal, receul Arnaud de Lectris , autrement appellé de Atrio, en l'office de connestable de la Cité de Carcassonne , dont les commissaires , par Lettres datées à Tolose , le 26 may, le pourvurent , et destituèrent dudit office Jean de Lupiac , eheualier , • à cause, disent-ils , que par le tans qu'il a exercé n'a aucunement obuié à l'entreprise des entrepreneurs du gouuernement du Roy et du Royaume : ainçois, en fauorisant leur parti, a laissé passer sous dissimulation et gouuernement, plusieurs choses faites au très grand préiudice et dommage du Roy notre dit seigneur et de son Royaume . Et il est à noter que la Reyne Isabeau auoit d'autre côté , donné le mesme office à Guillaume de Sanils escuyer , et puis à Huguenin de Vaubertier, escuyer du Duc de Bourgogne. Mais d'autant que la destitution de Lupiac ne venoit qu'à cause de l'emprisonement de Aluaro Coutigno, portugais , chambellan du Duc de Bourgogne , qui fut faite par le connestable de la Cité de Carcassonne , et Bertrand de Corsier juge-mage , les habitans de la Cité de Carcassonne chassèrent Arnaud de Lectris ou de Atrio , lorsqu'il se présenta pour prendre possession de son olfice; de quoy les commissaires du Bourguignon firent de grandes menaces contre ceux de la Cité , et par Lettres patentes du Roy , du 23 nouembre 1418 , les inquisitions et procédures faites par le séneschal et connestable de la Cité sur ce sujet furent cassées. Cet Arnaud de Lectrix ou de Atrio,

fut depuis confirmé en sa charge de preuost et connestable de Carcassonne, le21 may 1419. Pareillement, pour les causes sus- 1419. dites , Corsier juge-mage fut destitué par les susdits commissaires , et Pierre-Jean de Boyer, docteur aux loix, eheualier en armes , institué à sa place , par Lettres datées le 9 juin 1418, et ne furent enregistrées aux registres du séneschal, dans le siège ancien et ordinaire en la Cité de Carcassonne , que le 6 octobre suiuant, en conséquence de la confirmation qu'il en obtint du Duc de Bourgougne , qui luy en fit expédier deux diuerses Lettres , sous le nom du Roy, des 21 septembre et 8 octobre. Néanmoins , M. de Clermont séneschal, suspendit led. Boyer iuge-mage, par Lettres daltées à Besiers, le 11 nouembre aud. an , et establit Arnaud de Lessac (Lissac), aduoeat de la Cité de Carcassonne, en sa place ; et iceluy de Lessac fut receu en sa régence le lo dud. mois de nouembre. Boyer se justifia des crimes à luy imposés , et fut réintégré en sa charge , par Lettres du séneschal , dattées à Besiers, le premier décembre, et semblablement il luy confirma la lieutenance qu'il luy auoit cy-deuant donnée.

Enfin , le comte de Foix ayant été créé lieutenant-général en Languedoc pour le Roy , la Cité de Carcassonne reçeut les Lettres de sa lieutenance , les fit publier et registrer , et presta obéissance au comte de Foix , en la personne de ses commissaires, l'un desquels est le même vicomte de Murât qui étoit auparauant commissaire auec le Prince d'Orenge , et les autres sont nommés: Jacques de Montant, conseigneur d'Auteribe proche de Tolose , et Pierre Fournier , licentier en droit canon , juge de Verdun et du comté de Gaurre , en la séneschaussée de Tolose.

Quand aux commissaires du Duc de Bourgougne , ils se retirèrent à Montpellier , au bruit de l'arriuée du Comte de Foix , et mandèrent à tous les séneschaux, capitaines, consuls et autres villes du Languedoc, de s'opposer à l'entrée dud. comte de Foix: les Lettres sont du 19 de nouembre; et le Prince d'Orenge institua Lancelot, seigneur de Layrieu , chambellan et conseiller du Roy et du Duc de Bourgougne , séneschal de Beaucaire et de Nismes , pour son lieutenant sur le fait de la guerre. Depuis, le même prince d'Orenge fut à Tolose , au commencement du mois de feurier , et remporta si peu de satisfaction de son voyage qu'il s'en retourna à Montpelier et passa par Carcassonne et Narbonne , et autres villes qu'il trouua disposées à rendre obéissance au comte de Foix. Quelque temps après, Monsieur le Dauphin vint en personne en Languedoc, tint les Etats généraux à Carcassonne, et establit Guillaume de Arlendio , ou Arlendier , seigneur de Concolis, son chambellan , pour séneschal de Carcassonne et Besiers. 11 establit aussy messire Charles de Bourbon , comte de Clermont, gouuerneur du Languedoc , à la place du Comte de Foix, qu'il restablit en l'année 1424 •. — v. Besse : Histoire des Antiquités de Carcassonne. pag. 256.-et Bouges : Histoire 1424. de Carcassonne. pag. 270.

1417 , Mai 45. — Lettre de Jean d'Armagnac vicomte de Lomagne, capitaine-général pour le Roy en Languedoc et duché de Guienne , par lesquelles il mande au sénéchal, juge mage et autres officiers de la Cité de Carcassonne , de déliurer à Pierre Bernard de Monestier vne grosse bombarde qui estoit en la dite Cité de Carcassonne , pour la faire conduire au siège du château de la Riolle , occupé par les Anglois , ne pointant l'emporter d'assault ni par mine; auec la déclaration y insérée du dit Vicomte , d'auoir receu la dite bombarde (doat. vol. LXIV. fol. 118. Archiues de l'Hostel de ville de la Cité de Carcassonne.).

 Jehan D'armagnac vicomte de Lomaigne , capitainegénéral pour Monseigneur le Roy en ces pays de Languedoc et duché de Guienne , par deçà la riuière de Dourdouigne, au sénéchal de Carcassonne, juge-mage, conuestable , trésorier, juge des crimes, et à tous autres du conseil et officiers de mondit seigueur du dit Carcassonne , à leurs lieutenans et à chacun d'euls, salut. Comme nous et noslre compaigne, tant gens d'armes que de trait, pour mondit seigneur le Roy,ayons au mois d'auril dareinement passé, prins la ville de La Ryolle , que les Anglois détenoient et occupoient, et ycelle ville mise à la obéissance de mondit seigneur, et il soit ainsy que yceulx Anglois ou partie d'eulz se sont retirés dedans le chastel de la dite ville de La Riole , qui est vne très forte place, et que bonnement ne se pourroit auoir ne recouurer par assault ne par mine, et pour ce est de nécessité auoir enquis bombardes et autres habillemer.ts apartenans à l'ait de guerre, pour recouurer le dit chaslel, deuaut lequel nous et nostre dit capitaine tenons le siège pour mondit seigneur, et il est venu à nostre connoissance, que mondit seigueur a, en sa Cité de Carcassoune vne grosse bombarde qui est nécessaire pour le cause dessus dite, et.aussy pour auoir et recouuré à l'ayde de nostre dit seigneur pour mondit seigneur le Roy , et à mes autres villes et forteresses estans eu son dit pay.s de Guyenne; si vous mandons de par mondit seigneur le Roy et de par nous, et à chacun de vous à qui il peut toucher et appartenir , que la dite bombarde vous feites incontinent et sans delay bailler et déliurer à messire Pierre Bernard de Moneslier, nostre cheualier, pour ycelle faire conduire et admeuer par deuaut nous en la dite ville de la Riolle; et les despens qui pour ce seront nécessaires,avons ordonnés estre payes par Hemond Ragnier , trésorier des guerres de mon dit seigneur, ou par son lieutenant pour luy: et pour ce que la dite bombarde est de grant et de gros poix, et à plusieurs pas dengereux dud. Carcassonne iusques en la fin des mettes de la sénéchaussée du dit Carcassonne , voulons et vous mandons que par les gens des villes preuchaines des dits dengereux pas, vous faites yceuls reparer etadober par telle manière que la dite bombarde y puisse passer: et pareil

lement mandons par ces mesmes présantes , au sénéchal de Tholose et à tous les autres ofticiers et subgiets de mondit seigneur estant en la dite sénéchaussée de Tholose, qu'ils lassent reparer et adober les dengereux pas estans en ycelle sénéchaussée , par où la dite bombarde sera menée et conduite. De ce iaire vous donnons pouuoir, authorité et mandement spécial, en mandant à tous ceuls à qui il apartiendra, de par mondit seigneur et de par nous à vous, en ce faisant estre obey. Donné soubs nostre seel, en la dite ville de La Riolle , le quatorsiesme iour de may , l'an mil quatre cens et dis et sept : par Monsieur le Vicomte; présens les gens de mon conseil. Roquetti ».

€ Nous, Jean d'Armagnac, viscointe de Lomaigne, etc. certifions à tous par ces présentes, que par nostre commandement et ordonnance, les sénéchal, juge-mage, conuestable, trésorier, juge des crimes et autres du conseil de mondit seigneur le Roy, de sa Cité de la ville de Carcassonne, ont baillé et déliuré la grosse bombarde de mon dit seigneur, qui estoit en sa dite Cité de Carcassonne, à messire Pierre Bernard de Monestier, nostre cheualier, pour ycelle estre emmenée et conduite par deuers nous en la ville de La Riolle , pour contendre au recouurement du chastel de la dite Riolle pour mondit seigneur, lequel chastel détiennent et occupent les Anglois , ennemis de mondit seigneur ; et aussi à l'ayde de messire, pour recouurer certaines autres villes et chasteaulx estans au dit pays de Guyenne, que yceulx Anglois détiennent et occupent pareillement; lequelle bombarde nous confessons auoir receue, et ycelle promettons aux officiers dessus dits pour mondit seigneur faire retourner et reporter en la dite Cité de Carcassone , aux despens de mondit seigneur, ou noslres si mestier est, le plus tôt que bonnement faire pourra , compli que soit ce que nous auons entrepris à faire pour le fait de la guerre de mondit seigneur en ceste sayson d'esté. En tesmoin de ce nous auons fait mètre nostre seel à ces présentes. Donné en la dite ville de Ryolle, le quatorsiesme iour de may , l'an mil quatre cens dix et sept, par Monsieur le Vicomte; présens les gens de son conseil. Roquet t.

Même anuée, Novembre 27. — Lettres du roy Charles VI, adressées aux consuls et habitans de Carcassonne, par lesquelles il leur défend d'obéir aux ordres de la Reiue et du Duc de Bourgogne , ni de les recevoir dans leur ville (besse : Recueil de pièces pour servir à l'Histoire de Charles VI. Paris. 1660. in-4°. pag. 147.)

Ces Lettres , importantes pour l'histoire générale , furent probablement adressées circulairement, car on les retrouue textuellement , adressées aux consuls et habitans de Narbonne , dans le T. X. pag. 427. des Ordonnances des Rois de France de larace; collationnées d'après l'original, trouvé et laissé aux Archives de l'Hôtel-de-ville de Narbonne, à la date du 26 novembre 1754.

1418 , Novembre 23. — Lettres du roi Charles VI, par lesquelles il confère au connestable , sergens et habitans de la Cité de Carcassonne, le privilège de tenir la garde de leur ville, à l'exclusion du sénéchal de Carcassonne , et leur confère divers privilèges , notamment celui de ne pouvoir être traduits devant d'autres ju

ges que le connestable et le sénéchal du dit Carcassonne (besse: Recueil de pièce* pour servir à l'Histoire de Charles VI. Archives de l'Hostel de ville de la Cité de Carcassonne. — Ordonnances des Rois de France de larace. T. X. pag. 493). — v. Doat. vol. LXIV. fol. 273.

< Carolos Dei gratla Francorum Rex , etc. Cum Civitas Carcassonœ, qute oara caméra nostra, clavisque et magistra cœterorum fortalitinrum totius patries linguœ Occitane ezistet, postquam a manibus iulidelium fuit liberata, sub nostris ac prasdecessorum nostrorura Francis Regum dorainio, veraque obedientia et subjectione , sine intermissione remanserit, ac faveute Domino , in eisdem dominio et obedientia nostris et successorum perpetuo permanebit, mediantibus cura pervigili, et excubiis continuis , ditirnis et nocturnis , quas stipendarii seu seruientes nostri in ea ordinati, ac cives ejusdem Civitatis , faciunt et facere sunt soliti ; nam si per inimicos, vel adversarios nostros occupari contingeret, quod absit, numquam , aut vix , in manus nostras redire posset , sed tota dicta patna Occitana per nostros inimicos et adversarios subderetur; et esto quod dicta patna Occitana ab inimicis et adversariis nostris devicta esset, per médium dicte Civitatis, si bene et diligenler custodiatur , faciliter recuperaretur. Quam obrem beatus Ludovicus et alii prœdecessores nostri Reges Francise , in dicta civitate garnisionem ducentorum et viginti servientium , seu stipendariorum , et unius constabularii , seu capitanei, regimen et dispositionem cuslodiœ et juridictionem ordinariam in dicta Civitate et infrà me tas praepositurœ ejusdem babeutem , ad certa vadia annua , pro defensioneet conservatione prœdictœ Civitatiset castri ejusdem instituerunt ; quibus constabulario et servientibus commissa fuit custodia Civitatis et castri prasdictorum; et demùm dicta garnisio ad numerum centum et decem servientium seu stipendariorum reducta extitit, ultra dictum constabularium , ad vadia duodecim denariorum Parisiensium per diem; in qua Civitate nulla alia garnisio gentium armorum, vel balistariorum unquam fuit apposita, nec apponi fuit opus; cùm in casu eminentis periculi certi barones et nobiles.terrerii dictée» civitatis nuncupati, cum suisarnesiis , familia et victualibus, in dicta Civitate, nobis serviendo residere habeant periculo durante, et custodiœ dictée Civitatis vacare. Verum Arualdus de Caramanio miles , nuper senescallus Carcassonœ , partem defuncti Bernardi comitis Armaniaci favens , in odium hujus quod stipendarii servientes et cives dictas Civitatis non permiserant quod centum quinquaginla homines armorum et totidem balistariorum, in dicta Civitate immitterentur, ipse cum manu et potentia dicti comitis Armaniaci, tune personas et regni nostrorum regimen tortionarie occupanlis, Litteras sub nojnine nostro obtiuuisse dicitur, per quas sibi et senescallis Carcassonœ suis successoribus, dispositio custodiea dictée Civitatis , ac etiam institutio et destitutio servientum garnisionis ejusdem Civitatis, pleno jure deinceps cominittebatur , dictam custodiam et ejus dispositionem ad dictos

stipendarios , servientes , cives et constabularium , ab eodem auferre satagendo. Nos autem fîdelitatem et solertem diligeutiam quam dicti stipendarii, servientes et cives , circà custodiam dictœ Civitatis hue usque habuerunt, in nostree mentis acie revolventes, unde laudandi sunt et merito peramandi , notum facimus quod pro secura conservatione et perpétua tranquillitate dictas Civitatis Carcassonœ,Nos tenore preesentium decernimus et declaramus custodiam prœdictae Civitatis ad dictos constabularium,servientes et cives ejusdem Civitatis.modernos et posteros.de cœtero pertinerespectabat; quam custodiam Civitatis et castri ejusdem,dictis constabulario.servientibus et civibus.de quibus et eorum quolibet tidelitatem ad plénum couddimus , proùt et nostri prœdecessores plenarie confisi sunt, commisimus et committimus liarum série Litterum , inhibentes senescallo Carcassonee qui nuuo est et pro tempore fuerit,ac ejus loccatenenti.neab inde in antea, de custodia Ciuitatis prœdictœ et castri ejusdem, se quoquo modo intermittat , cùm majorem tiduciam habeamus et habere debeamus in centum et decem servientibus etalios dictas Civitatis habitantibus in magno numéro populatis.et ibi perpetuo mansionariis , quam in uno , videlicet dicto senescallo, qui pro exercicio sus senescalliœ oiticii, et non pro dicta custodia prœponetur. Nolumus itaque, sed potius inhibemus quod senescallus Carcassonœ modernus et qui pro tempore fuerit, suive locateuentes, de dictorum stipeudiariorum , seu servientium dictœ garnisionis per nos ibi institutos , officiis , nec etiam de collatione olficiorum dictorum servientium , in viui provisionis vel regentiœ, per mortem , vel aliàs, vacantium, dum contigerit eos decedere sine legitimo successore, se aliqualiter intromittat ; cum sufficienter sumus informati quod cùm contingit aliquod oflicium dictorum stipendiariorum vel servientium , sine legitimo successore vacare, illico et illo providere suis servitoribus, personis ignotis , alienigenis et extraneee nationis , dicto ol'ficio non deservieutibus , sicut facti experientia hoc in pluribus edocuit temporibus retrolapsis.

 Et propterea volumus et per pressentes ordinamus quod ab inde in antea dictus constabularius ejusque locum tenons, cum consilio et assensu Procuratorum dictas Civitatis et eorum consiliarinrum.seu majoris partis eorumdem, providere habeat de regentibus in dictis officiis, dum modo.prœtacto vacabunt; videlicet de civibus ejusdem Civitatis idoneis et sufficientibus , qui teneantur sequi consilium et assensum dictorum procuratorum et consiliariorum prœdictorum, seu majoris partis ipsorum , quousque per nos et nostros successores, dictis ofticijs sic vaccantibus fuerit provisum; quos sic cum tanta deiiberatione electos, conlirmabimus et in dictis officiis instituere faciemus, et eosdem in dictorum olficiorumassensione prœ cœteris , quaravis Litleras doni prœcedentes a nobis obtinuerint, prteferri voluraus acjubemus. Sane cùm per nos et nostros prœdecessores rétro principes , dictis servieotibus fuerit indultum, quod cum contingit aiiquosde dictis servientibus decedere , eorum filii, fratres et nepotcs, in eorum olfîcio succédant, nos dicton) privilegium ampliando, volumus , statuimus et ordinamns, quod deinceps, defunctis filiis, fratribus et nepotibus servientium defunctorum , succédante! succedere possintin dictis officiis, consacguinei et eorum filii, nec non generi talium servientium defunctorum, cum loco fiiiorum habeantur, atque sororii , vel mariti sororum ipsorum servientium, in quacumque œtate fuerint constituti, dum tamen per personas idoneas dicta officia faciant deceuter deservire , si in eorum personis dicta officia non •valent exercere.

« Porro quia propter castrum infrà dictam Civitatem existens , dum supradictus Arnaldus de Caramanio in ea morabalur, dicta Civitas passa fuit periculum eversionis , nisi solertia et exactissima diligentia stipendariorum seu servientium et civium prœdictorum providisset, his et similibus in futurum obviare volentibus, statuimus et ordinamus quod de coetero seuescallus Carcassonaa modernus, et qui pro tempore erit, non moretur seu non habitet in dicto Castro, nisi cum beneplacito et consensu dictorum servientium et civium Civitatis prœdictœ; et toties quotiens eminebit periculum , vel erunt rumores , dissensiones , vel guerree in aliqua parte regni nostri, sit permissum dictis servientibus et civibus prœdictis, dictum senescallum , ex prœdicto Castro expellere, nclento quod dicta Civitas (per) prœdictum castrum de facili posset occupari, et de modico prodesset custodia dicte Civitatis , si in dicto Castro personœ suspectas morarentur.

« Verùra quod in dicto Castro a parte fluminis Atacis est quœdam rétro porta per quam dictum castrum posset occupari, ac etiam in barbacana ejusdem castri sunt nonullœ portée per quas periculum posset evenire , volumus quod dicti servientes et cives dicta Civitatis, si eis videatur expedire, possint et valeant, expensis nostris, dictas portas claudere, seu claudi facere; et si clatisœ fuerint, non possent sine eorum consensu aperiri.

« Cceterum quia dicti servientes non possunt dictum castrum , per muros altos ejusdem circumire, excubias faciendo, sicut expediret, ut fit per alios muros dictas Civitatis, unde custodia eiusdem minus est tuta et secura , quam si dictum castrum per altos ejus muros circui et ambire posset, volumus quod dicti servantes prasdictos altos muros perforari et aperiri faciant sumptibus noslris , vt perinde valeatur dictum castrum circuire , pro tutiori custodia Civitatis et caslri prœdictorum , et hoc ad ordiuationem in talibus expertorum , modo quo utilius et securius fieri poterit. Volumus insuper et ordinamus, tenore prassentium dislncte praecipiendo , mandatons dictis servientibus et civibus, ne deinceps dictum Arnaldum de Caramanio , nu per senescallum Carcassonaa , nec alios quosvis cujuscumque couditionis , prœeminentiœ aut dignitatis existant, dictas Civitati et ejus custodiœ suspectos et eos non admittere , si tamen super hoc per testes , aut alias , légitime fuerunt certificali.Rursùs quia custodia dictas Civitatis nihil aut modicum valeret, nisi dicti servientes et cives artillariam haberent ad custodiam dictas Civitatis eis necessariam , nosque habeamus et teneamus , ac nostri prœdecessores habueriut et tenuerint infrà castrum dictœ Civitatis armature , seu artillariam, pulchriores et notabiliores lotius patries linguas Occilanias, pro custodia et defensione ejusdem Civitatis; quam artilleriam prœfatus de Caramanio , vel ejus locumtenens, prœdictis servientibus tradere et deliberare recusavit, et hoc idem facere possunt in diclo senescalhas successori offieio , prœcipue malevoli Civitatis prœtacte; igitur tenore prassentium volumus , statuimus et ordinamus , quod servientes et cives ipsius Civitatis ad quos ejus, et castri prœlibati pertinet custodia, possint et valeant de coetero,de facto, propria auctoritate, de artilharia seu armaturis noslris prœdictis, accipere artilhariam eis necessariam pro custodia et defensione dictarum Civitatis et castri ; nec non turres et mœnia munire , seu muniri facere de dicta artilharia , quantum eis opus erit, pro resistendo hostibus et inimicis nostris , ac aliis dictam Civitatem invadere, seu occupare volentibus, inventario mediante.ad exonerationem artilhatoris prœdictae artilhariœ custodis. Volumus etiam , statuimus et ordinamus quod dictus constabularius vel ejus locumtenens , reparationes necessarias in portis, mûris et aliis locis forlalicii dictas Civitatis et castri, sumptibus nostris , quoties per dictos servientes requirentur, fieri faciat; quodque propter hoc mandet et prœcipiat thesaurario nostro Carcassonaa , moderno et futuro, ut pecunias pro hujusmodi reparalionibus necessarias , de denariis suœ receptœ minislret, el vadia dictis servientibus débita exsolvat, ut libentiùs ad custodiam dictœ Civitatis veliut intendere ; eundem thesaurarium, si hoc facere recuset, per personas suœ arrestationem et alia remédia opportuna vi«rililer compellendo.

« Veruratanien cum dictus eonstabularius sit ordinatus capitaneus pro regimine et bona dispositione custodiœ dictœ Civitatis, expediatque quod in ea residentiam faciat personalem, ideo statuimus et ordinamus quod deinceps dictus constabularius, et sui in dicto olficio successores , personahter resideaut in dicta Civitate, vel constituant suos locatenentes, bonos viros et notabiles, qui sint de numéro dictorum stipendiariorum , vel civium dictœ Civitatis , qui custodiant r.laves ipsius Civitatis, et aliosactus locatenentis exerceant, de quibus dicti custodes confidant et merito confidere possint , qui etiam sint responsales viri fidèles , uominati el electi per dictos custodes , vel majorent partem eorumdem. Insuper statuimus et ordinamus quod artilharia pro custodia et defensione dictœ Civitatis necessaria, ab eadem de coetero non extrahatur , quod nos districte prohibemus , nec dicti servien les et cives hoc fieri permittant. Praeterea quia dicti servientes habent continue» vacare circà custodiam dictée Civitatis, quaui absque damuo nostro et periculo deserere non possunt, volumus,statuimus Pt ordinamus quod dicti servientes et ciTes cujuscumque conditionis existant, trahi nec vocari ad judicium possint coram aliquibus judicibus ordinariis. delegatis, subdelegatis, vel conservatoribus, sub umbra aiicujus scolaritatis vel aliàs , nisi coràm dictis senescallo et constabulario , vel eorum locatenentibus , tanquam eorum judicibus et conservatoribus, per nos eisdem datis et deputatis; nec extra muros dictée Civitatis extrahantur agendo vel defendendo: praedictique senescallus et constabularius , suique locatenentes, hoc fieri non patiantur, neque talibus judicibus ad hoc pareant, sub pcena c marcarum argenli nobis applicandarum.Verùm quia dicta Civitas diù conservari nequierit.

tatis , per cessum , vel decessum , aut aliter vacare , quod dicti stipendarij seu servientes et cives possint aliquem virura, bonum , tidelem et sufficientem eiusdem Civitatis , in regentem dictum officium eligere , et illum sic electum senescallo Carcassonee praesentare; qui senescallus teneatur electum hujusmodi in regentem instituere ; et electus sic institutus, possit et valeat dictum officium regere et exercere, ad vadia, iura et emolumenta consueta, donec per nos dicto officio aliter fuerit provisum.

H Quœ quidem per nos supea statuta et ordinata, et alia privilégia per nos et praedecessores nostros , dictis stipendariis seu servientibus et civibus concessa , volumus et mandamus per senescallos Tolosse et Bellicadri, eorumque locatenentes . teneri et observari....

« Postremo cùm curia praesidialis senescalliae Carcassonae

nisi dicti custodes et cives victualia necessaria haberent abantiquo fuerit ordinata et iustitnta in dicta Civitate, et adcumque hactenus dum juvamina et impositionis cursum habebatit, incolae et habitantes locorum circumviciuorum victualia quaecumque in dicta Civitate venalia aiferebant, quia ex privile^io habitantibus ipsius Civitatis concesso.venditores dictorum victualium juvamina nec atiam reditnentiam non solvebant, nuncautem ablatis per nos dictis juvaminibus et impositionibus circumvicinis, cessant victualia in dicta Civitate asportare: ea propter, volentes dictam Civitatem victualibus esse prnvisam, statuimus et ordinamus quod habitantes et incolae locorum circumvicinorum, de ccetero qua? camque victualia in dicta Civitate asportent, sicut currentibus dictis

juvaminibus faciebant, et quod ad hoc dicti stipendarii seuservientes et cives eorum , propria auctoritate cogère possint quoscumque quos reperierint in stractis et itineribus publicis sitis infra senescalliam Carcassonae , portantes victualia et alias res vénales , causa vendendi alibi, ad portandum eis,
et ea in dicta Civitate causa inibi vendendi, pro justo pretio, ad eorum necessitatem , proùt antea facere consueverant. a Et una cum ho voluimus,statuimus et ordinamus quod causam hujus dicta Civitas sit et fuerit populata, quam sedem supra dictus de Caramanio tuuc senescallus , et uonnulli alii, ad odium dictée Civitatis et jurium ejusdem, alibi mutare se jaclarunt, licet judices major et criminum , inquisitor hœreticee pravitatis , thesanrarius et contrarotulator receplae nostrae ordinariie, procuratorque noster generalis, advocatus fiscalis , procurator incursuum , in dicta Civitate manere et eorum domicilia tenere debeant, cùm ipsi, seu eorum major pars, suas sedes habeant in consistorio curioe dicti senescalli, deceatque pro negotiis nostris et subditorum nostrorum citius expedieudis , preedictos officiarios nostros esse juxta laïus dicti senescalli, ideircô volumus, statuimus et ordinamus, quod sedes curiee praesidialis jam dicti senescalli Carcassonae et recepta ordinaria in dicta Civitate Carcassonae abantiquo ordinata , de ccetero non moventur, sed ibi perpetuo remaneant , sicut remanere consueverunt, quodque officiarii nostri antedicti sua domicilia in eodem faciantet facere teneantur... Datura Parisius, die xzm' novembris , anno Domiui M.ccccxviiio, et regui nostri xxxix*

 dum conlinget officium constabularij et praepositi dictée Civi

1419 (1420) , Mars il. — Charles , Dauphin de France (Charles VI) , convoque pour ce jour, les Etats de Languedoc , à Carcassonne. Il fit arrêter prisonnier Jean de Murât, chevalier , partisan du Duc de Bourgogne , et le fit enfermer dans une des tours de la Cité de Carcassonne , où il demeura jusqu'au 7 de juillet de l'an 1423 , qu'il fut élargi; il fit mettre aussi en prison , dans la Cité de Carcassonne , Pierre d'Arluc son secrétaire. II fit expédier plusieurs autres Lettres durant son séjour à Carcassonne. Il revint dans la Province au mois d'août, et tint à Carcassonne , le 15 de ce mois , l'assemblée des trois Etats de Languedoc , à laquelle il présida (Histoire générale de Languedoc. L. XXXIV. 14,15 et 20). — v. ci-après : Notes BistobiQues Et Statistiques: Sénéchaussée.

1437 , Mars 4. — Lettres de Charles VII, concernant les sergens et habitans de la Cité. — v. ci-après • ad ann. 4&6I, mars. pag. 360.

Sans date (même anmiée), Mars 9.Lettres du Roy Charles (VII), par lesquelles il pouruoit Vernon de Genestet escuyer d'escuriedu Roy,de la charge de connestable de la Cité de Carcassonne, uacante par la mort de Robert de Hellande.cheualier (doat. vol. LXXXIV. fol. 122. Archiues de l'Hostel de ville de la Cité de Carcassonne).

« Db par le Roy : chers et bien ames; Nagueres, par l'aduis a nostre ame et escuyer d'escuerie Vernon de Genestel, l'of— et délibération des gens de nostre Conseil, nous auons donne fice de conestable et preuost de nostre Cité de Carcassone ,Vaccant par le trespassement de Robert de Hellande, cheua- preuost, ainsi et pareillement que aues acoustume de faire a lier en son viuant,comme ce appert par nos Letres patentes, ses prédécesseurs conneslables et preuoslz de noslre dite si voulons et vous mandons expressément que audit Vernon Cité , sans y faire faute, refus ou delay quels conques, cor nous obeyssies et entendes comme estes tenus de faire es tel est nostre plaisir et volonté. Donné à Limoges , le neuchoses touchans et regardans ledit office de connestable et fuieme jour de mars. — Charles.Courtinelles. ».

1441, — v. ci-après : Cité. Églises : Saint-Sernin. texte.

1442, Août 15. — La Reine , femme de Charles VII, séjourne durant trois semaines, en la Cité de Carcassonne (P. Boiges: Histoire de Carcassomie. pag. 276. Archives de la Ville.).

Même année. — Le tomte d'Armagnac, fait prisonnier dans l'Isle en Jourdain , par le roi Charles VII, est transféré de Lavaur dans les prisons du château de la Cité de Carcassonne, où il resta près d'un an (ibid. pag. 277. Archives de la Cité.).

1443, Mars , à Tours. — Lettres de Charles VII, par lesquelles il vidime et confirme diverses Lettres des Rois ses prédécesseurs , qui accordent ou confirment les privilèges de la Cité de Carcassonne ( Ordonnances des Rois de France de la 3e race, T. XIII. pag. 404.).

Les Lettres royales vidiniées et confirmées par les présentes , sont les suivantes:

1° Lettres de Charles VI, données en juillet 1393 : elles vidiment et confirment celles de Charles V, du 6 septembre 1371 , lesquelles vidiment et confirment celles de Louis duc d'Anjou , frère du Roi, datées du 4 janvier 1469/70 , où sont répétées celles du même duc d'Anjou , datées du 21 décembre précédent (Ordonnances des Rois de France de la 5' race. T. V. p. 421.).

2° Lettres de Charles VI, du mois d'août 1393 , qui vidiment celles du même roi, du mois de juillet précédent; lesquelles vidiment et confirment celles du roi Charles V, du 7 septembre 1371 : ce sont les mêmes qui, dans l'article précédent, sont datées du 6 septembre. Les mêmes Lettres du mois d'août 1393 vidiment aussi et confirment: (a) les Lettres de Louis duc d'Anjou , frère du Roi et son lieutenant en Languedoc , datées du 1er avril 1364/63 , qui vidiment et confirment (b) celles du maréchal d'Audenham, du 16 avril précédent ( Ordonnances des Rois de France de la 3' race); (c) les Lettres de Jean duc de Berry, fils du roi de France et son lieutenant en Languedoc , datées du 25 janvier 1383/4, qui vidiment et confirment (d) celles de Charles V, du 6 septembre 1371, lesquelles vidiment et confirment (e) celles de Louis duc d'Anjou , du 26 octobre 1368.

3» Enfin les Lettres de Charles VII, ci-dessus énoncées , vidiment et confirment encore celles de Charles VI, du mois d'août 1408, qui vidiment et confirment celles de Jean duc de Berry , son oncle et son lieutenant en Languedoc , du 3 février 1407/8 ( Ordonnances des Rois de France de la 3> race. T. IX. pag. 324.).

 

Commenter cet article

À propos

Passionné de généalogie, d'Histoire de France, de royauté et de religion