Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 Apr

Carcassonne-Cité (Epoque des sarrasins)

Publié par basilique saint nazaire  - Catégories :  #Clergé de l'Aude

ÉPOQUE DES SARRASINS. (2) Au 712 à 752.

An 712 - 713.— Les auteurs qui u'ont connu l'histoire des Sarrasins que par les chroniques chrétiennes, ne mentionnent pas l'expédition de 712 - 713. Il nous semble que les textes tirés des historiens arabes ne laissent aucun doute sur cette première invasion , qui n'était qu'une gazouat... Makkary, l'un des écrivains orientaux les plus estimés, raconte que Moussa-ben-Nossayr conquit l'Andalous et qu'il parvint jusqu'à une forteresse appellée Carcliachouna, et qu'il y mourut (cros-maïre\ Ieii.le : Histoire du comté de Carcassonne. pag. 88). — v. ci-après : Cité. Fauxbourgs : Eglise de Ste-Marie du St-Sauveur.

720 (circà). El Samah-ben-Abd-el-Meleck (dans les Chroniques chrétiennes Zama), chef Sarrasin, s'avança par la vallée de l'Aude vers les frontières de l'Aquitaine méridionale. On croit avec assez de vraisemblance , bien que la chose ne soit nulle part expressément attestée, qu'il prit en passant, la ville de Carcassonne, sans laquelle ses communications avec Narbonne n'auraient pas été bien assurées ; de là, gagnant la vallée de la Garonne , il vint assiéger Toulouse avec toutes ses forces (fadriel: Histoire de la Gaule méridionale. III. 76.).

— Carcassona quam expugnavit Zama crat Francorum et Aquitanorum contra Barbares tune munitissimum propugnaculum , icet Golhicam incolerent (Lutl. Dufour; dans la collection des Historiens de France , de D. Bouquet. 111. 699.).

— Zama entra dans la Septimanic et l'assujettit à la domination des Sarrasins. Il se mit en campagne vers la fin de l'année 719; se rendit maître de Narbonne vers la fin de la même année ou au commencement de la suivante. 11 paroit certain , suivant le témoignage d'Isidore de Beja , auteur contemporain , que les Sarrasins soumirent alors presque toute la Gaule gothique , qui comprenoit le diocèse de Carcassonne (Histoire générale de Languedoc. 1. VIII. 10 et H.).

— Carcassonne devint la limite du territoire sarrasin : les Arabes s'établirent alors dans cette ville; les églises furent converties en mosquées , les tours voisines des mosquées devinrent des minarets , et les plus belles demeures des fauxbourgs et de- la

(1) « Sui'cr fluvium pnrvuitim propiqtium urbis castra ponit * ( GRÉGontus Turonknms Historix Francnrum. I. IX. c. 31J.

(i) V. Invasion des Sarrasins en France. par M. Reinaid , Je l'Institut. Paris. 1846. in-8*. - et Faurikl : Histoire de la Gaule méridionale. I 111. passim.

Cité servirent de harems (cros-mayrevieille : Histoire du comté de Carcassonne. pag. 92. — Reinaid : Invasion des Sarrasins en France, pag. 270.).

721. Carcassonne est prise par le duc de Toulouse Eudon , et reprise par Anbessa. — Dès que el Samah eut complété l'organisation politique et militaire du pays , il marcha contre le duc Eudon. L'armée musulmane fut battue... Cette bataille fit perdre aux Arabes la ville de Carcassonne , qui tomba alors au pouvoir d'Eudon ( Cros-mayrevieille : Histoire du comté de Carcassonne. pag. 95. d'après la Chronique de Moissac). ,

725 (circà). Nouvelle irruption des Sarrasins dans la Gaule : siège et prise de Carcassonne par Ambiza. — - Ambiza rex Sarracenorum, cum ingenti exercitu, post quartum annum (1) Gallias aggreditur, Carcassonam expugnat et rapit, et usque Nemauso paco conquisivit, et obsides eorum Barchinona transmisit (Annales d'Aniane. Histoire générale de Languedoc, édit. infol. T. I. Chroniques : I. col. 15). — v. Chronique de Moissac , dans le Recueil des Historiens de la France, de D. Bouquet. T. II. pag. 654. D. - et Reinaid : Invasion des Sarrasins en France, pag. 22.

— Dans les villes même telles que Narbonne , Carcassonne, où les Sarrasins s'établirent d'une manière fixe , la masse resta fidèle aux loix de l'Evangile (reinacd : Invasions des Sarrasins en France, pag. 32.).

752 - 741. — Abd-el-Rahmann, - Abd-el-Meleck-ben-Cotan, - Okba-ben-Hedjadj, gouvernent successivement la ville de Carcassonne (cros-mayrevieille : Histoire du comté de Carcassonne. pag. 96 et 98.).

— Les habilans de l'Andalous se soulevèrent contre leur émir Okba-hen-Hedjadi, au mois de safardc l'année 122 (fin décembre 740 et commencement de janvier 741), sous le califat de Hescham-ben-Abd-el-Melek, et ils nommèrent vali pour la seconde fois, Abd-el-Melek-ben-Cotan. Le valayat d'Okba avait été de 6 ans et 4 mois. Il mourut à Carcassonne , au mois de safar de l'année 123 , et l'autorité fut confiée à Abd-el-Melek ( Cros-mayrevieille : ut suprà. d'après Makkary. mss. de la Bibliothèque imp. de Paris. 704. fol. 63. verso: extrait par M. Reinaud.).

— « Le vali de Narbonne, Abd-el-Raman-ben-Olkama, leva de nombreuses troupes dans la Septimanie. Il parvint à réunir à son parti la ville de Carcassonne , qui, depuis la mort d'Okba , ne pouvait rester isolée , ni repousser avec ses seules forces, les attaques de Waifre duc d'Aquitaine (cros-mayrevieille : ut suprà. pag. 103.).

752 (circà). — La Septimanie, dont la ville de Carcassonne faisoit partie, se soumet, par l'influence desGoths , à la domination de Pépin roi des Français , qui réunit cette province à sa couronne (Histoire générale de Languedoc. L. VIII. 53. et t. 1. édit. in-fol. Note Lxxxv. pag. 698.).

 

Commenter cet article

À propos

Passionné de généalogie, d'Histoire de France, de royauté et de religion