Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 Jul

28 juillet: Nazaire et Celse

Publié par basilique saint nazaire  - Catégories :  #Calendrier

SAINT NAZAIRE et SAINT CELSE

Ce sont des martyrs inconnus, à une date inconnue, mais dont saint Ambroise retrouva les corps en 397 dans un jardin de Milan.

 

La célébrité de saint Ambroise les rendit célèbres et le saint évêque évoqua ce qu'avaient pu être leurs tortures, habituelles à l'époque romaine.

 

Ainsi naquit une légende sur un fait historique.


À Milan, les saints martyrs Nazaire et Celse, dont saint Ambroise retrouva les corps.


Martyrologe romain

 

SAINT NAZAIRE et SAINT CELSE
Martyrs
(Ier siècle)

Nazaire naquit à Rome, d'un père païen, nommé Africanus, et d'une pieuse mère nommée Perpétue, qui avait été baptisée par saint Pierre. L'enfant répondit admirablement aux leçons maternelles et brilla par ses vertus précoces et son innocence.

Parvenu à sa neuvième année, Nazaire fut sollicité par son père d'abandonner le christianisme; mais il préféra la vérité au mensonge, fut baptisé par saint Lin et devint un des plus fervents chrétiens de Rome. Son père, irrité, employa la violence pour vaincre sa fermeté; mais, enfin, plein d'admiration pour ce fils, il lui fournit lui-même les moyens d'accomplir le projet hardi qu'il avait formé d'aller prêcher la foi.

Nazaire parcourut l'Italie, semant l'Évangile parmi les populations païennes et les édifiant par ses vertus. A Milan, son premier soin fut d'aller visiter les martyrs Gervais et Protais dans leur prison et de les fortifier dans la lutte par ses paroles. Saisi lui-même comme chrétien, il est cruellement flagellé et chassé de la ville. Près de Nice, il s'attache comme disciple un enfant nommé Celse, après l'avoir instruit et baptisé. Nazaire et Celse ne se séparent plus. Les conversions se multiplient d'une manière étonnante; Nazaire est de nouveau soumis à de cruelles tortures, puis rendu à la liberté, à la condition de ne plus reparaître dans ce pays.

Les deux saints jeunes gens remontent alors les Alpes, traversant sans se décourager d'immenses et solitaires forêts, des rochers inaccessibles, de rares villages où vivaient de pauvres idolâtres, et arrivent à Embrun, où leur zèle opère des prodiges de conversions. Vienne, Genève, Trèves entendent tour à tour leur voix, rendue éloquente par l'amour de Jésus-Christ. Les contradictions et la persécution donnent à leur prédication une fécondité nouvelle.

Condamnés à être noyés, ils marchent sur les ondes comme sur une terre ferme. Après cet éclatant miracle, Nazaire et Celse reprennent la route de Milan, où ils sont bientôt arrêtés comme chrétiens et zélateurs de la foi. A la lecture de la sentence de mort, ils se jettent, joyeux, dans les bras l'un de l'autre: "Quel bonheur pour nous, s'écrie Nazaire, de recevoir aujourd'hui la palme du martyre! – Je Vous rends grâces, ô mon Dieu, dit Celse, de ce que Vous voulez bien me recevoir, si jeune encore, dans Votre gloire." Ils sont alors conduits sur une place publique de Rome, où ils ont la tête tranchée, vers l'an 56 de l'ère chrétienne.

 

L'ANCIENNE CATHEDRALE
SAINT-NAZAIRE ET SAINT -CELSE
Médiathèque du Patrimoine. Cl. Philippe Berthé © CNMHS.
Projet de restauration de l'église Saint-Nazaire, élévation de la façade nord. Viollet-le-Duc, plume, lavis, aquarelle, 1844.

 extinction du chapitre cathédral en 1790 et le transfert de l'évêché en 1801 vers la bastide Saint-Louis menace l'état de l'ancienne cathédrale. L'inquiétude des paroissiens et la découverte par Jean-Pierre Cros-Mayrevieille du tombeau de l'évêque Guillaume Radulphe dans l'une des chapelles, favorise le classement de l'édifice en 1840.

Dès lors, le sort de l'église est placé entre les mains de la Commission supérieure des monuments historiques.

En 1843, Mérimée fait appel à Eugène Viollet-le-Duc pour lui confier l'étude et l'expertise de l'église, ce qui constitue en fait la première intervention du jeune architecte à Carcassonne.

Les travaux de restauration débutent sous la responsabilité de Viollet le Duc dès l'année 1844.

Il s'entoure d'une équipe de maçons, maîtres verriers, sculpteurs et de l'entrepreneur Jean Magné, qui l'accompagnera tout au long des travaux sur les fortifications de la cité. Le chantier se poursuit jusqu'en 1864.

Viollet-le-Duc reconstruit la façade occidentale, rénove les vitraux, les piliers de la nef, les contreforts et les maçonneries du chœur.

Par souci de conservation des sculptures originales, les gargouilles et les corniches ornant les parties hautes de l'église sont déposées et restituées.

Gargouilles pour la tourelle du transept sud de l'ancienne cathédrale, dessin de Viollet-le-Duc

 

Commenter cet article

artisan paris 26/11/2014 20:17

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

À propos

Passionné de généalogie, d'Histoire de France, de royauté et de religion