Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 Sep

19 septembre 1824: Arnaud Ferdinand de La Porte

Publié par basilique saint nazaire  - Catégories :  #Calendrier

Armes telles qu'elles apparaissaient lors du Premier Empire

Arnaud Ferdinand de La Porte

1er baron de La Porte et de l'Empire (25 mars 1809)
(Arnaud Ferdinand de Laporte)

Parents



Etat du portrait conservé dans le cathédrale avant restauration


Graveur amateur, ces armes ont été gravées par l'évêque lui-même.



Se destinant au sacerdoce, il entra au Séminaire St-Sulpice où il fit de solides études de théologie; il devait ultérieurement en recevoir le bonnet de docteur, en la maison de Navarre (1785)

Après son ordination, en 1776, il est choisi, dès 1781, par l'Archevêque de Bordeaux pour être son grand vicaire.

L'année suivante il est élu député à l'Assemblée Générale du clergé, comme, peu après, il sera élu député de la province d'Aquitaine aux Etats-Généraux.

Après le départ en émigration de Monseigneur Champion de Cicé, c'est lui qui assure l'administration du diocèse ; mais, en 1792, la tourmente révolutionnaire l'engage à quitter, lui aussi, la France et il passa en Angleterre.

Très versé dans les langues anciennes, il met à profit sa retraite forcée pour cultiver les lettres et les arts.

Rentré après le 18 Brumaire, il est arrêté à Bordeaux et incarcéré.

A peine relaxé, il se voit nommé par le Premier Consul à l'évêché de Carcassonne, le 6 juillet 1802.

Issu du concordat de 1801, le nouveau diocèse de Carcassonne comprend, jusqu'en 1817, les deux départements de l'Aude et des Pyrénées-Occidentales.

Sacré le 5 septembre, en l'église de St-Etienne-du-Mont, à Paris, par Mgr Duvoisin, évêque de Nantes, il prête serment, le 26 septembre, entre les mains de Bonaparte, dans la chapelle du château de St-Cloud, et, le 7 novembre suivant, il prend possession de sa cathédrale.

C'est au nouveau nommé, le premier évêque concordataire, que revient la charge de restaurer le culte dans le vaste diocèse à lui confié.

C'est lui qui fait de l'église paroissiale Saint-Michel la nouvelle cathédrale ; de même, il rétablit le séminaire diocésain.

Joseph de Saint-Rome-Gualy s'attache à faire imprimer un missel ainsi qu'un bréviaire carcassonnais, destinés à remplacer les livres liturgiques utilisés dans les anciens diocèses disparus.

En effet, bien que disparus au début de la Révolution, les diocèses de Narbonne, Alet, Saint-Papoul et une partie de celui de Mirepoix, étant donné leurs racines profondes survivent encore dans certains usages liturgiques et dans les mentalités encore au cours des premières décennies du XIXème siècle.

L'unification des territoires du nouveau diocèse correspondant au département de l'Aude n'a pas toujours été facile à réaliser.

Outre l'administration de son diocèse, il va avoir à assurer, et jusqu'en 1822, celle du diocèse de Perpignan.
Sa correspondance avec Bonaparte, Portalis et Bigot de Préameneu témoigne de son action et de son zèle.
Membre de La Légion d'honneur il est en 1809 créé baron de l'Empire.
Dès 1814, il se rallie au gouvernement royal.
A la suite du concordat de 1817, il est pressenti pour l'Archevêché d'Auch, il le refuse et meurt le 19 septembre 1824, à Carcassonne où il est inhumé dans sa cathédrale.

 

Commenter cet article

À propos

Passionné de généalogie, d'Histoire de France, de royauté et de religion