Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
03 Sep

XIIIe siècle : L'intégration au royaume de France

Publié par Echos de la Bastide St Louis de Carcassonne  - Catégories :  #Carcassonne

XIIIe siècle : L'intégration au royaume de France

XIIIe siècle : L'intégration au royaume de France.

Culture - Histoire - Les dimanches dans l'histoire

«Maison du sénéchal», rue A.-Ramond (Claude Martinez)

Un demi-siècle après l'annexion du Languedoc par Louis IX, où en étaient les relations de la province avec la puissance capétienne ? Pour Monique Bourin, Saint Louis avait œuvré à un premier rapprochement grâce aux enquêtes qu'il avait initiées afin de redresser les torts faits aux populations locales par ses représentants.

Philippe III compléta les efforts de son père par la mutation qu'il réalisa dans la réorganisation de l'armée, vue précédemment, qui n'avait pas uniquement des objectifs militaires. Il s'agissait par ce moyen d'affirmer la présence de l'État capétien, et, entre 1270 à 1305, l'obligation de servir le roi s'étendit à tous les nobles, puis à tous les sujets.

La guerre renforça en effet l'emprise du souverain sur la noblesse par l'intermédiaire des sénéchaux qui le représentaient. La volonté royale semble respectée, non seulement par crainte des amendes, mais parce qu'il y a une adhésion véritable de la chevalerie, laquelle voit souvent dans la guerre une occasion de gloire. Il faut tenir compte également du charisme du roi qui, sacré à Reims, est un personnage à part.

Le Midi ne fait pas exception, car Philippe III ne manqua jamais de combattants dans ses campagnes outre-Pyrénées. Après sa mort, ses fils entraînèrent les Méridionaux qui allèrent se battre à l'autre bout du royaume, en Flandre en 1292, puis en 1301 en Italie.

Dans un autre domaine, on voit Robert II d'Artois, neveu de Saint Louis et grand chef militaire de Philippe le Bel, intervenir dans le Midi comme son lieutenant, accordant la protection du roi aux établissements religieux comme aux particuliers. C'est ainsi que, des Carcassonnais s'étant plaints d'être injustement suspectés d'hérésie par l'Inquisition, il fait surseoir à leur arrestation grâce à l'intervention du sénéchal, son représentant en Languedoc, qui résidait dans la Cité, et non au 70 rue Aimé-Ramond, comme l'affirme la plaque apposée sur cette demeure du XVIe siècle.

À la fin du XIIIe siècle, l'intégration du Languedoc au domaine capétien était bien en marche, ce qui explique la fidélité de la province aux Capétiens durant la guerre de Cent Ans.

Hélary (X.), L'armée du roi de France, Perrin. 2012.

Claude Marquié

Commenter cet article

À propos

Passionné de généalogie, d'Histoire de France, de royauté et de religion